Votre passé ne justifie pas votre inaction

Certaines de vos expressions véhiculent un goût de défaite. « J’ai toujours été comme cela », « ça c’est moi », « je ne sais pas faire autrement », « je ne peux pas m’empêcher de réagir de la sorte », « c’est ma nature » et bien d’autres constats qui laissent prévoir que le comportement passé sera obligatoirement celui que vous adopterez demain.

Plus graves encore sont les références socioculturelles que vous sortez sans arrêt pour justifier votre comportement, votre immobilisme et votre démission face aux changements. « Que voulez-vous, c’est dans cette mentalité que j’ai grandi », comme si le respect des traditions vous ancrait systématiquement dans le passé et l’inaction.

Vous êtes invités à répondre aux mêmes questions :
1. Qu’est-ce que vous voulez faire et où voulez-vous aller ?
2. Comment vous mettre dans les meilleures conditions pour y arriver ?
3. Quelles sont les adaptations nécessaires pour progresser ?

Dans ce contexte, le passé devient pour vous une source d’information exceptionnelle sur ce que vous aimez ou n’aimez pas faire. Il vous apprend ce que vous savez et ne savez pas faire ; ce qui vous réussit le mieux et pourquoi.

 
Votre passé ne justifie pas votre inaction
 

Le passé devient source d’inspiration pour vous permettre de réadapter votre parcours en direction de l’objectif final. Pris ainsi, votre passé n’est plus un handicap, bien au contraire. Enfin, s’il y a une chose à éviter, c’est celle de vivre dans le passé en regrettant sans arrêt ce qui n’a pas pu être achevé car cela n’apporte rien et n’encourage pas le passage à l’action.

• Vous devez apprendre à vous connecter au passé pour comprendre qui vous êtes, d’où vous venez, comment vos racines ont façonné votre destinée ainsi que votre cursus personnel et professionnel. Il n’y a pas de hasard.
Un lien existe entre tous ces événements et vous en êtes plus ou moins conscients.

• De même, revoir le film de certains de vos comportements passés, surtout ceux que vous reproduirez très probablement si aucune correction n’est engagée.

• Ce n’est pas parce que vous changez d’entreprise que vous êtes totalement transformés. Des efforts seront faits certes pour ne pas reproduire les erreurs du passé, mais un certain nombre de comportements répondant à des croyances que vous placez en vous et dans les autres, auront de fortes chances de refaire surface si rien n’est fait pour les corriger.

Les chasseurs de tête le savent très bien : un candidat reproduira tôt ou tard son comportement en passant d’un poste à l’autre. Il n’y aura pas de miracle à moins de travailler sur soi pour ne plus recommencer.

 

Extrait de : Agir pour réussir, Docteur Pierre Achard

Laisser un commentaire