[Vétérinaire] Quelques données scientifiques révolutionnaires

Il est curieux de constater l’écart phénoménal entre les avancées de la science et leur non application dans le domaine de la santé. Je vais donc vous partager ici quelques remises en question qui viendront peut être choquer votre conscience dans un premier temps. Cependant, si vous êtes curieux, vous pourrez aller vérifier vous même les informations que je vais vous partager.

– Les virus, bactéries et champignons ne sont pas des entités distinctes mais il s’agit d’une même entité qui évolue dans le temps. Cela s’appelle le pléomorphisme bactérien.

– Les virus, bactéries, et champignons ne sont pas la cause d’une maladie mais une conséquence. Le problème de base est le terrain, le milieu intérieur, qui est un « bouillon de culture » par son encrassement et son manque d’énergie vitale. Le microbe n’est rien, le terrain est tout (Voir les travaux d’Antoine Béchamps entre autre).

 
[Vétérinaire]  Quelques données scientifiques révolutionnaires
 

– Le système immunitaire n’est pas un système de défense. C’est une vision basée sur la compétition et la guerre. En réalité c’est un système d’adaptation basé sur la coopération. C’est toute notre vision qui est à revoir !

– L’eau garde la mémoire des molécules et des informations avec lesquelles elle a été en contact (travaux de Jacques Benveniste et Luc Montagnier). ça c’est énorme comme information car cela explique non seulement le fonctionnement de l’homéopathie, des fleurs de Bach mais aussi que tous les poisons qui ont un jour été en contact avec l’eau que nous buvons même s’ils ont été enlevés sur le plan organique, restent actifs sous la forme informative !

– L’acquisition de compétences modifie le code génétique. A 70 ans de vrais jumeaux présentent des différences génétiques. Il n’est donc pas vrai que ce code soit figé dès la naissance. Il est modifiable, c’est toute la science de l’épigénétique.

 


 

Laisser un commentaire