Les Univers parallèles (partie 2)

Dans cette expérience imaginaire, on fait tenir la vie d’un chat à l’état quantique d’un atome. Supposons qu’un chat soit placé dans une cage avec un dispositif pouvant lui envoyer une décharge électrique mortelle, dispositif déclenché par un relais électrique. Maintenant, ce relais est relié à un circuit électronique qui le déclenche, ce circuit électronique étant commandé par un détecteur capable de déceler l’état quantique d’un atome que l’on pourrait appeler « oui » et « non ». Comme naturellement cet atome se trouve à la fois, en même temps, dans les états quantiques « oui » et « non », en conséquence le chat est à la fois électrocuté et non électrocuté, à la fois mort et vivant.

Comme de tels phénomènes contradictoires ne s’observent jamais dans la nature (un chat est toujours soit vivant, soit mort, pas les deux à la fois), les scientifiques se retrouvaient devant un beau paradoxe, car en même temps, la physique quantique confirme bien la superposition de deux ou plusieurs états quantiques pour une même particule.

Par exemple, dans l’expérience dite des fentes de Young, on fait passer par de fines fentes des photons (mais le même résultat est produit avec des électrons, des neutrons ou des atomes), sur l’écran disposé à la sortie des fentes on observe des franges d’interférence qui signifient que les photons ont dû se comporter comme une superposition de deux ondes. En d’autres termes, c’est comme si chaque photon était passé à la fois par deux fentes !

Les expériences actuelles lèvent le voile sur ces paradoxes des transitions entre mécanique classique et mécanique quantique. Du côté quantique, on sait qu’une particule, un atome, en un mot un système quelconque, s’il possède plusieurs états distincts possibles, peut être à la fois dans tous ces états, comme si plusieurs réalités se superposaient. Cependant, si ce principe de la superposition des états se vérifie bien au niveau des expériences microscopiques, dans notre monde macroscopique de tous les jours on n’observe pas habituellement de telles superpositions d’états.

 
Les Univers parallèles
 

Une souris ne passe jamais en même temps par deux trous, une porte n’est jamais en même temps ouverte et fermée… Pourtant, les souris et les portes (et nous-mêmes et tout notre univers) sont constitués d’atomes et de particules fondamentales qui existent en permanence sous la forme de superpositions quantiques d’états différents. Comment se passe alors cette transition entre mécaniques quantique et classique ?

Lorsqu’on cherche à détecter ce passage du quantique au classique (par exemple, un appareil macroscopique du genre détecteur avec un cadran et une aiguille qui indique si un atome est dans un état A ou B selon son niveau d’énergie), on n’observe bien entendu jamais l’aiguille à la fois à droite et à gauche du cadran. Simplement, si l’on recommence la mesure plusieurs fois, on observe que l’aiguille se place statistiquement dans 50% des cas à gauche ou à droite.

Ainsi, les états quantiques superposés subissent-ils un phénomène de réduction à un état probable aléatoire. Cette réduction signifie que le passage à la mesure macroscopique cache le phénomène à son niveau quantique : ce qui est superposition d’états différents et indéterminée au niveau microscopique quantique, devient état différencié et déterminé au niveau macroscopique de la mécanique classique. Pourquoi existe-t-il une telle transition ?

La réponse que les physiciens apportent à ce problème est la suivante : ce sont les interactions de toutes les particules entre elles (c’est-à-dire l’environnement de la particule que l’on observe) qui provoque une « décohérence » quantique. Si l’on reprend l’expérience des fentes de Young avec des atomes et que l’on « éclaire » les atomes pour savoir par quelle fente ils passent, aussitôt l’effet des franges d’interférence disparaît : l’information produite par l’éclairage (qui revient à bombarder les atomes avec des photons lumineux) produit une décohérence et supprime l’effet de cohérence quantique qui permettait à un atome de passer par deux fentes en même temps.

D’autres expériences ont montré que la perte de cohérence quantique prenait un certain temps, un temps de plus en plus court en fonction du nombre d’atomes, de molécules en présence. L’ensemble de ces recherches amène de nombreux chercheurs physiciens à concevoir, eux aussi, des univers parallèles. A un niveau quantique une particule n’appartient à aucun univers, sinon à tous ! Elle est partout à la fois et possède tous les états possibles. C’est par un phénomène de décohérence multiple que la particule va se trouver ici et dans cet état, c’est-à-dire dans tel univers.

Ce que nous devons bien comprendre à présent, c’est que l’univers qui est le nôtre est formé d’un certain nombre de particules fondamentales qui sont toutes, à la base, dans un état de cohérence quantique. C’est parce qu’il y a à un moment donné décohérence des particules au niveau quantique que l’univers se crée, au sens où il se détermine sous une forme spatio-temporelle précise. Cette forme ne saurait être unique car la décohérence peut se produire vers n’importe quel état possible et nous rejoignons ainsi les réflexions des philosophes qui considèrent que la liberté des possibles implique la présence simultanée et parallèle d’une multitude d’univers.

A partir de là, nous voyons bien qu’au niveau macroscopique les actions de changement, de transformation sont limitées par la décohérence : l’univers est comme il est et nous sommes soumis aux lois macroscopiques des causes et des effets qui nous engluent et limitent les possibles. Par contre, au niveau quantique, lorsque l’ensemble des univers sont potentiellement confondus dans la cohérence, tout devient possible et chaque possible correspond bien au basculement dans un univers particulier. Aussi, la véritable action « magique » ne porte-t-elle pas sur l’univers dans lequel nous sommes, mais consiste en notre passage d’un univers parallèle vers un autre. La question qui se pose à présent est comment créer les conditions du passage d’un univers à l’autre ?

Extrait de « Changer d’Univers, Méditation et physique quantique » de Lama Darjeeling Rinpoché.

Commentaires

  1. ASTROPHYSIQUE – DANS QUEL ORDRE FAUT IL LIRE IMPERATIVEMENT MES 16 ARTICLES.
    Pour une bonne compréhension de tout ce que j’ai rédigé sur l’ASTROPHYSIQUE, il est vivement conseillé de lire dans un premier temps la rubrique ASTROPHYSIQUE – RECAPITULATIF GENERAL qui comporte 8 Articles numérotés de 1 à 8 à lire dans l’ordre croissant, c’est-à-dire :
    – 1 : Théorie de l’Infini version Alain Mocchetti,
    – 2 : IL existe une infinité de planètes habitées par de la vie organique – Démonstration par récurrence,
    – 3 : Principe fondamental relatif aux Univers Multiples,
    – 4 : Comment s’est formée la gigantesque Sphère de Plasma à l’Origine de notre Big Bang,
    – 5 : Théorie de la Boucle version Alain Mocchetti – La boucle est elle bouclée ?
    – 6 : Univers Parallèles – Définition,
    – 7 : Combien y a-t-il de Vortex entre les Mondes Parallèles,
    – 8 : Dans l’Univers, il existe 3 types de Vortex.
    Dans un second temps lire la rubrique ASTROPHYSIQUE – SUITE DU RECAPITULATIF GENERAL (1) qui comporte 8 articles numérotés de 9 à 16 à lire dans l’ordre croissant, c’est-à-dire :
    – 9 : Qu’est-ce qu’un Vortex Espace – Temps et un Trou de Ver ?
    – 10 : Le Triangle des Bermudes cache t il un Vortex du type 1, 2, 3 ou 4 ?
    – 11 : La dimension de l’Univers Généralisé est 6 – Démonstration,
    – 12 : Définition simplifiée de l’Hyperespace,
    – 13 : Comment voyager par Vortex d’un Corps Céleste indice 1 vers un Corps Céleste indice 3,
    – 14 : Comment voyager par Vortex Spatio – Temporel d’un Corps Céleste indice 1 vers un Corps Céleste indice 3,
    – 15 : Quels sont les voyages possibles dans l’Univers Généralisé ou Hyperespace,
    – 16 : Astrophysique & Physique Nucléaire.
    Pour lire les 2 rubriques ASTROPHYSIQUE – RECAPITULATIF GENERAL et ASTROPHYSIQUE – SUITE DU RECAPITULATIF GENERAL (1), se connecter au Journal Facebook DAVID MOCCHETTI qui est mon Journal Scientifique, il est gratuit, donc bonne lecture et bonne compréhension des 16 Articles Scientifiques à lire IMPERATIVEMENT dans l’Ordre sous peine de mauvaise compréhension générale. Bientôt dans mon Journal Scientifique, vous pourrez lire 8 nouveaux Articles concernant l’Astrophysique numérotés de 17 à 24.
    Il important de bien compiler et dissocier les Univers Multiples, les Univers Parallèles et l’Univers Généralisé dont la dimension est 6 pour ce dernier type d’Univers.
    Alain Mocchetti
    Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
    Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
    UFR Sciences de Metz
    alainmocchetti@sfr.fr
    alainmocchetti@gmail.com
    @AlainMocchetti

Laisser un commentaire