Une pratique spirituelle simple mais radicale

Cet article est la suite de celui publié le mardi 27 janvier 2015.

Une pratique spirituelle simple mais radicale consiste à accepter tout ce qui survient dans le Présent
– en soi et en dehors.

Lorsque votre attention est concentrée sur le Présent, une vigilance s’enclenche. C’est comme lorsque vous vous éveillez d’un rêve : celui de la pensée, du passé et du futur. Tant de clarté, de simplicité ! Aucune possibilité de créer des problèmes.

Juste cet instant, tel quel.

Dès que vous entrez dans le Présent avec votre attention, vous réalisez que la vie est sacrée. Lorsque vous êtes .présent, tout ce que vous percevez a un caractère sacré. Plus vous vivez dans le Présent, plus vous ressentez la joie simple mais profonde de l’Être et du caractère sacré de toute vie.

La plupart des gens confondent le Présent avec ce qui s’y passe, mais ce n’est pas le cas. Le Présent est plus profond que ce qui s’y déroule : c’est l’espace dans lequel cela se déroule.
 
 
Une pratique spirituelle simple mais radicale
 
 
Ne confondez donc pas le contenu de cet instant avec le Présent. Le Présent est plus profond que tout ce qu’il renferme.

Lorsque vous entrez dans le Présent, vous sortez du contenu de votre mental. L’incessant flux mental ralentit. Les pensées n’absorbent plus toute votre attention, ne vous aspirent pas complètement. Des écarts surviennent entre les pensées – ampleur, calme.

Vous commencez à voir que vous êtes plus vaste et plus profond que vos pensées.
Les pensées, les émotions, les perceptions sensorielles et toutes vos expériences composent le contenu de votre vie. « Ma vie », c’est ce dont vous tirez votre sentiment de soi, et « ma vie », c’est du contenu, ou du moins ce que vous croyez.

Vous négligez continuellement l’évidence même : votre sens le plus intime du Je Suis n’a rien à voir avec ce qui se passe dans votre vie, ni avec son contenu. Ce sentiment de Je Suis est uni au Présent. Il est toujours le même. Dans l’enfance et la vieillesse, la santé ou la maladie, le succès ou l’échec, le Je Suis – l’espace du Présent – demeure inchangé en profondeur. Comme vous le confondez habituellement avec le contenu, vous ne le vivez, comme le Présent, que d’une manière faible et indirecte, par le contenu de votre vie.

Autrement dit, votre sentiment d’être est obscurci par les circonstances, le flux de votre pensée et les mille choses de ce monde. Le Présent est assombri par le temps.

Vous oubliez donc votre enracinement dans l’Être, votre réalité divine, et vous vous perdez dans le monde. La confusion, la colère, la dépression, la violence et le conflit surviennent lorsque les humains oublient qui ils sont.

Pour retourner chez soi, il est facile de se rappeler la vérité :
Je ne suis ni mes pensées, ni mes émotions, ni mes perceptions sensorielles, ni mes expériences. Je ne suis pas le contenu de ma vie. Je suis la vie. Je suis l’espace dans lequel tout se produit. Je suis la conscience. Je suis le Présent. Je Suis.
 
Extrait de Quiétude, A l’écoute de sa nature essentielle, de Eckhart Tolle.

Laisser un commentaire