Supériorité et infériorité

Les sentiments de supériorité ou d’infériorité sont tous deux des relations de dépendance dans leur forme la plus pure. On compare vos qualités à celles des autres et inévitablement, un potentiel en excès se crée. Sur le plan énergétique, le fait d’exprimer votre supériorité publiquement ou de vous congratuler en secret n’est pas important. Je n’ai pas besoin de prouver qu’exprimer votre supériorité en public ne vous apporte rien d’autre que du ressentiment de la part des personnes autour de vous. Quand vous vous comparez avantageusement à d’autres, vous vous efforcez de vous donner une auto-assertion artificielle aux dépens des autres. Une telle compétition crée systématiquement un potentiel, même si ce n’est qu’une ombre d’arrogance qui n’est pas tout à fait exprimée. L’action des forces d’équilibrage dans ce cas, se concrétisera encore par un coup dans le nez.

Il est évident qu’en se comparant au monde environnant, un homme essaye avant tout de prouver son importance. Mais l’auto-affirmation que vous mettez en place quand vous vous comparez aux autres est illusoire, tout comme quand une mouche essaye de se frayer son chemin à travers une
vitre, alors qu’une fenêtre est ouverte juste à côté. Quand un homme s’emploie à dire au monde son importance, il utilise son énergie à créer un potentiel en excès artificiel. L’auto perfectionnement d’un autre côté, développe de réelles qualités et ne crée pas de vaines dépenses d’énergie ni de potentiel en excès nuisible.

 
Supériorité et infériorité
 

On pourrait croire que la quantité d’énergie que vous dépensez, en vous comparant aux autres, est insignifiante. En fait, il y en a suffisamment pour générer un potentiel assez fort. Dans ce cas, l’intention de diriger son énergie d’une façon ou d’une autre joue le plus grand rôle. Si le but est d’acquérir des qualités, cette intention alors, transporte la personne vers la cible. Si toutefois, le but est de montrer toutes ses « médailles » au monde, alors la personne est comme une voiture plantée dans la boue, tirant et secouant pour aller nulle part et créant une irrégularité dans le champ énergétique. Le monde est alors stupéfait d’un tel étalage de médailles et comme il se doit, les forces d’équilibrage rentrent en jeu. Elles n’ont pas beaucoup de choix ; elles peuvent, soit raviver les couleurs délavées du monde environnant, soit éteindre l’éclat de l’étoile indésirable. La première étape prend trop de temps, bien sûr, et ne reste alors que la seconde.

Les forces d’équilibrage ont plusieurs façons de faire. Pour elles, il n’est pas nécessaire de priver un individu ambitieux de ses médailles. Il suffit de lui présenter un petit problème embêtant pour rabattre son orgueil. Nous percevons souvent les nuisances, problèmes et obstacles comme parties intégrantes du monde. Personne ne s’étonne que tous ces problèmes, du plus petit jusqu’au très grave, qui sont les compagnons nécessaires de toute personne tout au long de sa vie ; nous pensons tous que c’est ainsi qu’est notre monde. En fait, avoir des problèmes est une anomalie, un phénomène anormal. Il est difficile de comprendre en pure logique d’où ils viennent et pourquoi ils vous arrivent.

Il semble que la majorité des troubles, d’une façon ou d’une autre, sont apportés par les actions des forces d’équilibrage, qui œuvrent à l’élimination des potentiels en excès que vous, ou les gens qui vous entourent, avez créés. Vous ne réalisez pas que vous avez créé ce potentiel en excès et vous acceptez vos problèmes comme un diable inévitable, sans comprendre que c’est simplement le travail des forces d’équilibrage.

Vous pouvez vous libérer de la plupart de vos problèmes si vous vous libérez de l’effort immense que vous déployez pour soutenir un potentiel en excès. Non seulement, vous dépensez un énorme paquet d’énergie, mais en plus vous l’utilisez à pousser les forces d’équilibrage dans une direction telle, que le résultat est directement opposé à vos intentions. Pourtant, vous n’avez qu’à arrêter de vous frapper la tête contre la vitre comme le fait la mouche et rediriger tout simplement votre intention vers le développement de vos qualités en lieu et place, sans vous soucier de votre position sur le barème de la supériorité. Après vous être libéré de cette lourde préoccupation au sujet de votre propre importance, vous vous libérerez aussi de l’influence des forces d’équilibrage. Vous aurez moins de problèmes et gagnerez de plus en plus confiance en votre propre puissance.

Librement inspiré de Vadim Zeland, Transurfing

 


 

Commentaires

  1. Quel beau texte qui m’éclaire, car ces derniers jours résonnait en moi ces deux mots”suprieur” et “inférieur”par des acteurs de ma vie et je ressentait de profondes dualités. Hier je les ai transmuté et aujourd’hui je lis cette article qui me confirme mon ressenti profond. Merci pour ce partage porteur de vérités.

Laisser un commentaire