Des solutions pour la gale

De nos jours, une recrudescence de cette maladie est observée ; nous verrons plus loin pourquoi.

La gale est décrite comme une maladie de peau causée par un parasite acarien. Ça gratte terriblement surtout la nuit au lit et c’est extrêmement contagieux par contact cutanée (même histoire que les poux). La femelle parasite creuse des sillons sous la couche cornée de la peau et y pond ses œufs. Sur la peau, des vésicules et des nodules prurigineux sont observés. Les régions les plus touchées sont : face interne des poignets, face interne des cuisses, la région des fesses et des organes génitaux et les aisselles. Des lésions de surinfection au grattage peuvent compliquer le diagnostique. Tout le monde peut exprimer la gale.

 
Des solutions pour la gale
 
De mon point de vue, la gale est une maladie de société, de communauté qui trimbale dans sa communication un égrégore de honte, de culpabilité, de saleté (images collectives d’Epinal). C’est avant tout un problème de respect de soi et de son corps, donc des autres et du corps des autres. La gale peut s’exprimer chez tout le monde, même les plus purs et spirituels. La gale est un hic dans notre communication avec les autres. Bref, nous sommes tous égaux devant la gale. Derrière l’archétype de la gale, il y a la peur. Peur de l’attraper, peur de la refiler, peur de ne pouvoir s’en débarrasser. Cette maladie nous reflète notre séparation et le manque d’amour que nous avons pour nous même et  pour les autres. Il n’est pas étonnant que tout cela remonte à la surface dans ces périodes de grands changements… car tout cela était non dit et caché. L’amour inconditionnel n’a que faire de cela. La gale est une expérience comme une autre, avec ses leçons à apprendre.

Le traitement collectif de la gale se fera dans l’amour et la coopération. C’est à tout le monde de prendre conscience de la signification de cette maladie et de se traiter en même temps, loin de la peur et des discriminations (ceci rejoint la problématique du sida).
Au niveau chimique : deux molécules arrivent en tête. Le benzoate de benzyle (ascabiol) en traitement externe et l’ivermectine par voie orale (1 dose à 15 jours d’intervalle pour tuer les œufs).

A un niveau naturel, l’huile essentielle d’origan et de sarriette par voie orale dans un peu d’huile, montre de l’efficacité. J’ai trouvé par ailleurs ce mélange sur le net, dont l’auteur loue la réussite, à utiliser en externe :

  • 2ml d’HE de cannelle de chine.
  • 2ml d’HE de giroflier.
  • 1ml d’HE de tea tree.
  • 1ml d’HE de menthe poivrée.
  • 1ml d’HE de tanaisie annuelle.

Mélanger le tout à de l’huile végétale pour obtenir 100 ml et étaler sur les lésions.

En Homéopathie, le produit phare est Psorinum, à utiliser surtout chez les personnes qui ont peur de ne pas pouvoir guérir et qui sont désespérés de la chronicité des lésions.
Cependant, je conseille à tous des doses à prendre en échelle : premier jour une dose en 9 ch, le deuxième jour une dose en 12 ch, le troisième jour une dose en 15 ch et le quatrième jour une dose en 30 ch. Une dose en 30ch à reprendre 1 mois après.

Le linge et les literies sont à laver à 60 degré. Les textiles d’ameublement peuvent être pulvérisés avec des sprays anti-acariens.

Voila, tout cela n’est pas un branle bas de combat, mais plutôt une autre façon de percevoir les choses de la vie. Le jeu en vaut la chandelle. La gale, on en parle calmement entre nous et on trouve des solutions nouvelles. Ce peut être une belle expérience pour changer notre communication et déclencher des rencontres inattendues.

Pour finir sur une note humoristique, du point de vue de la gale… un bisou sur la joue n’est pas contagieux, comparé à une poignée de main virile ! Peut-être quelque chose à méditer pour nous les hommes… modernes.

Commentaires

  1. Bon, si j’ai bien tout compris, l’huile essentielle de cannelle soigne la honte, celle du giroflier soigne la culpabilité, le tea tree soigne la saleté, la menthe soigne le respect de soi et la tanaisie soigne la peur!
    Super!

  2. Merci beaucoup pour ce point de vue que je partage et pour la bienveillance des mots…Maux tabous, mis bouts à bouts et s’éclos la lumière de desous les tapis…
    Je voyage avec la gale depuis presque 2 ans, par intermiuttence, et effectivement bienveillance et communication demandent davantage de soin et d’amour…
    Merci.
    Je vais tester, psorinum et huilles essentielles avec joie et gratitude pour la beauté de l’enseignement…
    Merci

Laisser un commentaire