Rituel du matin

On m’a posé la question si j’avais des rituels au quotidien. Voici mon rituel du matin, libre à vous de vous en inspirer.

En général, j’évite de prendre des rendez-vous avant 11h, ce qui me laisse du temps pour me consacrer à moi-même. Pour ceux qui ont des obligations familiales ou professionnelles, se lever une heure plus tôt est la solution qu’adoptent la plupart des personnes qui ont un rituel. Il s’agit de le faire progressivement, par tranches de dix minutes. A l’inverse se coucher plus tôt est également bénéfique. Ce n’est qu’une question d’habitude, le début est difficile, il faut le faire un mois sans y déroger pour qu’elle prenne place et devienne naturelle. Les dix premiers jours il y a de l’opposition, puis de la résistance, et enfin de l’acclimatation.

Rituel du matin

L’objectif du rituel du matin est de se mettre en bonne condition pour la journée. C’est mieux d’être seul ou avec un(e) partenaire qui partage le même rituel. Cette organisation est à prévoir dès le départ, pour savoir quelle pièce ou chambre y sera consacrée, et de quelle heure à quelle heure.

Avant de me lever, je commence par quelques instants de gratitude. Je remercie la Source pour toutes les expériences qu’elle me permet de vivre sur Terre (mon incarnation dans la matière). Je laisse défiler ce qui vient, sans chercher à me remémorer la veille ou un événement précis. Si mon mental me rappelle des moments positifs ou négatifs, je le laisse faire, sans rentrer dans une spirale d’analyse, de projections ou de questionnements, il s’agit d’observer et de ressentir. Ensuite je me laisse doucement traverser par le flux d’énergie d’amour qui permet à toute vie d’exister et j’y répond avec mon amour, mon émerveillement, et un large sourire.

Une fois levé je me fais un thé ou je presse un jus frais (avec un extracteur de jus pour les légumes). Quand je suis à la salle de bain je me regarde dans la glace pendant deux minutes en me souriant, ou en riant. Le rire est le médicament de l’âme ! Le lever doit être paisible, consacré à écrire, à méditer, à une activité physique. Je m’installe pour méditer, dans un premier temps simplement pour faire le vide et ressentir mon corps et ma respiration. Puis je passe en revue ce qui est important dans ma vie, des personnes, des souhaits, des objectifs. Cela sans y réfléchir, je place l’image du sujet dans mon esprit et je laisse faire, sans attendre quelque chose de précis. Je laisse défiler ce qui arrive, des couleurs, des formes, des ressentis, des symboles, des sentiments, des mots, et quand c’est terminé je passe au sujet suivant. En fin de méditation je demande, à haute voix, de l’aide au monde invisible.

Cette méditation matinale me permet d’avoir la conscience du temps. Le temps nous glisse entre les doigts comme des grains de sable et ne revient jamais. La maîtrise du temps est la maîtrise de la vie. Vu de l’extérieur, il peut se passer des semaines ou parfois plus, sans que je n’aie une activité « visible ». A l’intérieur de moi je vois le chemin et je « sens » la progression, il n’y a pas de perte de temps.

Ensuite je vais lire quelques pages. Des lectures positives et inspirantes, sur le thème de la spiritualité au sens le plus large. Vient le moment d’écrire, pour moi, sur du papier avec un stylo. J’écris sur ce qui me vient, ou la suite de la veille ou d’un texte plus ancien. C’est un exercice intéressant, amusant, troublant, effrayant, exigent, qui me permet de mieux me connaître et de dialoguer avec mon mental (les articles que j’écris pour ce site je les rédige directement sur l’ordinateur, en général après mon rituel matinal).

Puis vient le contact avec la nature, avec une heure de rando. Là, j’avoue que c’est plus simple de sortir l’été qui l’hiver, si je ne fais pas de marche je fais des étirements et un peu d’exercices avec des altères. La marche permet de faire quelques méditations, je vous en déjà parlé. A mon retour une douche et je suis en forme pour aborder la journée. Je commence par faire quelques visualisations créatrices, en me concentrant sur ce que je souhaite. D’un point de vue spirituel (et quantique), il est inutile et même néfaste de penser à ce que l’on ne souhaite pas.

Dans la journée j’essaye de faire au moins une pause méditative pour me sortir d’une activité souvent très « mentale », ce qui me permet de bien me recentrer sur moi-même. J’essaye le plus souvent possible de me mettre dans la conscience de l’observateur, pour relativiser les choses, apprécier le moment, aimer les personnes pour ce qu’elle sont. J’essaye aussi d’être attentif au moment des repas, pour manger de manière éveillée les aliments crus et vivants.
J’ai également un rituel du soir, je vous en parlerai dans un autre article, si ça vous intéresse.

Laisser un commentaire