Ressentir le moment présent

A la suite de l’article « Trajectoire mentale », voici mon expérience pour ressentir le moment présent quand je suis avec d’autres personnes.

Le plus simple, si tout le monde est partant c’est de se faire une petite méditation de groupe improvisée. Selon le groupe de personnes, les méditations ne sont plus improvisées mais deviennent pratiquement un rituel, qui fait un peu entracte entre des discussions plus ou moins sérieuses :-). Pas la peine de faire un grand cérémoniel, chacun peut rester à sa place et simplement fermer les yeux pendant quelques minutes. Ne rien chercher, ne rien penser, être en paix (ainsi on diffuse la paix), respirer, ressentir les énergies du moment.

Ressentir le moment présent

Généralement les personnes qui nous entourent lors d’une rencontre ne sont pas des adeptes de la méditation (ou le moment ne se prête pas à faire une méditation en groupe). Voici comment je fais pour profiter de l’instant présent dans ces situations. D’abord il faut ne pas être trop engagé dans une discussion ou que les autres attendent une quelconque prestation oratoire de votre part. Donc si vous êtes celui ou celle qui a l’habitude du parler le plus ça va être un peu plus compliqué. C’est pourtant à ces personnes que cet exercice peut beaucoup apporter, car il permet aussi de s’observer, parfois de comprendre pourquoi on raconte certaines choses.

Je garde les yeux ouverts, je me centre sur moi-même et je me place en observateur et récepteur. Je ne pense plus (c’est possible de faire le vide, j’en ai déjà parlé, ici par exemple : lien), j’écoute sans chercher à comprendre (j’entends des sons sans les analyser), et j’ouvre en grand ma réception. C’est comme si je devenais invisible, l’air traverse l’emplacement de mon corps. Souvent je perds même mon identification à un humain, ce qui me fait voir les autres comme des êtres d’une race extra-terrestre que je n’ai jamais vu. Hélas le mental qui sommeille en arrière-plan prend peur et me sort de ma méditation. Un petit hors sujet, regardez quelqu’un ou une photo de quelqu’un dans n’importe quel magazine, en vous concentrant sur son nez, ses oreilles, à un moment vous allez voir une créature (rien de négatif dans ce mot). Il n’y a que le souvenir du mental pour nous apparenter à un autre humain…

En général l’observation part de l’extérieur (observer les autres) pour revenir à soi. Ce retour à soi est souvent inattendu et troublant, car c’est le mental qui revient au galop pour dire « qu’est-ce que je fais là ? ». Non pas que je voudrais être ailleurs, mais qu’est-ce que je fais là, à l’instant, dans cette vie, qui suis-je… Si cela vous arrive, je vous donne la réponse qui calme le mental : « je dois simplement être ».

Si quelqu’un me regarde je souris, et si on m’adresse la parole je sors doucement de mon état méditatif pour répondre. Pour ma part il n’y a pas de gêne à faire cela, ça ne se voit pas et ne dérange pas. Si je n’ai pas compris ce qu’on me dit je demande à reformuler en m’excusant, précisant que je méditais un peu. En me consacrant quelques instants par ci par là au moment présent je me recentre sur l’essentiel, la simplicité, je déconnecte, j’aime chacun pour ce qu’il est, pour son être, pour la vie qu’il représente.

Je vous recommande d’essayer, vous allez être surpris du bien-être et du calme qui s’installe en vous, de tout ce que vous apprendrez sur vous, de la nouvelle vision que vous aurez de ceux qui vous entourent dans l’instant, de la paix que vous diffuserez autour de vous. Voir des êtres vivants, sans jugement, sans comparaison, simplement pour ce qu’ils sont, et souvent mieux les comprendre.


 

Commentaires

  1. Cela m’arrive très souvent lors d’une conversation, d’avoir l’impression que tout à coup, je pars ailleurs, que je deviens observateur, comme si tout ce qui pouvait être dit par la personne n’avait aucun effet sur moi. C’est comme si je regardais un film. Mais cela me trouble beaucoup car j’ai l’impression que la personne va s’en apercevoir (car la personne doit bien voir dans me regard que je ne suis plus réellement présente ?) et du coup je suis très gênée et me mets à rougir. A une époque, cela m’arrivait systématiquement lors de longues conversations, enfin je veux dire lorsque la personne en face de moi fait un long monologue… Alors par gène, j’essaie de contrôler et de rester présente. Comment faire pour que le personne ne le prenne pas pour un manque d’écoute ou de respect ?

  2. Il arrive que notre mental se mette lui-même en pause. Cela arrive lors de discussions animées ou quand plusieurs personnes échangent en même temps. Oui, tu le décris bien « comme si je regardais un film ». La prochaine fois va un peu plus loin que le film, et observe les âmes des personnes, ne regardes plus Marc (exemple) comme étant Marc (idem pour les autres personnes présentes), mais comme une entité vivante qui reçois la grâce de dieu à chaque instant. Tu ressentiras beaucoup de calme, de paix et d’amour, et tu t’amuseras à voir que ce qui parle et gesticule beaucoup c’est le mental de chacun 🙂
    En réponse à ta question, les autres sont libres de penser ce qu’ils veulent et ce qu’ils pensent ne te concerne pas, c’est leur chemin à eux. Moi par exemple si je constate que quelqu’un ne m’écoute plus je me mets à sourire et je m’approche un peu plus pour lui dire un mot gentil pour l’accompagner dans sa quiétude. Ce n’est que l’égo qui est vexé par le manque d’attention des autres, ce que nous avons à dire est tellement intéressant et important que c’est vexant de ne pas être écouté… 🙂
    Tu peux simplement répondre à la personne que tu l’apprécie beaucoup et que tu aimes être en sa présence, que tu as eu une absence de quelques instant et que tu es de retour (tout cela avec un large sourire). Si malgré tout elle le prend plus ou moins mal, cela ne te concerne pas, c’est son égo qui a encore du travail à faire.

Laisser un commentaire