Renoncez à la relation que vous entretenez avec vous-même

Quand on est pleinement conscient, a-t-on encore besoin d’être en relation ? Un homme se sent-il alors encore attiré par une femme ? Une femme se sent-elle encore incomplète sans un homme ?

Illuminé ou pas, vous êtes soit un homme, soit une femme. Donc, sur le plan de l’identité par la forme, vous n’êtes pas complet. Vous êtes la moitié d’un tout. Cette incomplétude se fait sentir sous la forme de l’attirance homme-femme, l’attirance vers la polarité énergétique opposée, peu importe le niveau de conscience. Mais quand vous êtes en état d’harmonie intérieure, vous ressentez que cette fascination se produit plutôt à la périphérie de votre vie et non dans le centre. D’ailleurs, quand vous êtes dans cet état de conscience réalisée, tout ce qui vous arrive se ressent à la périphérie. Le monde entier ne semble plus qu’ondulations ou vagues à la surface d’un vaste et profond océan. Vous êtes cet océan, mais vous êtes aussi une vague qui a réalisé sa véritable identité comme étant celle de l’océan. Et comparativement à l’immensité et à cette profondeur, le monde des ondulations et des vagues n’est pas si important que ça.
 
 
Renoncez à la relation que vous entretenez avec vous-même
 
 
Ceci ne veut pas dire que vous n’entrez pas profondément en relation avec les autres ou avec votre partenaire. En fait, vous ne pouvez y arriver que si vous êtes conscient de l’Être. Comme vous « fonctionnez » à partir de l’Être, vous pouvez voir au-delà du voile qu’est la forme. Chez l’Être, masculin et féminin ne font plus qu’un. Il se peut que la forme ait certains besoins, mais l’Être, lui, n’en a point. Il est en soi complet et entier. Si les besoins de la forme sont comblés, tant mieux. Mais qu’ils le soient ou pas, cela ne fait aucune différence pour votre état intérieur profond. Il est donc parfaitement possible chez une personne réalisée, si le besoin de contacter la polarité féminine ou masculine n’est pas comblé, de sentir un manque ou une incomplétude à la périphérie de son être et d’être en même temps totalement complète, comblée et intérieurement en paix.

Quand on cherche à se réaliser, le fait d’être homosexuel est-il un avantage ou un désavantage, ou cela ne fait-il aucune différence ?

Quand vous approchez de l’âge adulte, l’incertitude par rapport à votre sexualité et à la réalisation subséquente que vous êtes « différent » des autres peut vous forcer à vous dissocier des conditionnements sociaux intellectuels et comportementaux, et à vous en désidentifier. Ceci amènera automatiquement votre niveau de conscience à dépasser celui de la majorité inconsciente qui avale sans se questionner les conditionnements qui lui ont été laissés en héritage. Dans ce cas, le fait d’être homosexuel peut aider. Le fait d’être en quelque sorte un étranger, quelqu’un qui ne cadre pas avec les autres et qui se fait rejeter par eux pour une raison ou une autre, rend la vie difficile, mais cela vous avantage en ce qui concerne l’illumination. Presque par la force des choses, cela vous fait sortir de l’inconscience.

D’un autre côté, si vous établissez le sens de votre identité à partir de votre homosexualité, vous êtes sorti d’un piège pour tomber dans un autre. Vous jouerez des jeux et des rôles qui vous seront dictés par l’image mentale que vous vous faites de vous-même en tant qu’homosexuel. Vous ne serez plus réel, et sous le masque de l’ego vous serez très malheureux. Si c’est votre cas, alors le fait d’être homosexuel sera devenu un obstacle. Mais vous avez toujours une seconde chance, bien sûr. Le tourment aigu peut s’avérer un grand éveilleur de conscience.

N’est-il pas vrai que l’on a besoin d’entretenir une bonne relation avec soi et de s’aimer soi-même avant de pouvoir établir une relation satisfaisante avec une autre personne ?

Si vous ne réussissez pas à vous sentir bien avec vous-même quand vous êtes seul, vous chercherez à établir une relation avec une autre personne pour masquer le malaise. Mais vous pouvez être sûr que le malaise refera surface sous une forme ou une autre dans la relation et que vous en rendrez probablement votre partenaire responsable.

Tout ce dont vous avez vraiment besoin, c’est d’accepter totalement l’instant présent. Vous êtes alors bien dans l’ici maintenant et avec vous-même.

Mais avez-vous absolument besoin d’être en relation avec vous-même ? Pourquoi ne pouvez-vous être simplement vous-même ? Quand vous êtes en relation avec vous-même, vous êtes divisé : d’un côté, il y a le « je » et de l’autre, le « moi-même », soit le sujet et l’objet. Cette dualité créée de toute pièce par le mental est la cause de toute complexité superflue, de tous les problèmes et conflits qui surgissent dans votre vie. Quand vous êtes réalisé, vous êtes vous-même. Autrement dit, le « vous » et le « vous-même » ne font plus qu’un. Vous ne vous jugez pas, vous ne vous prenez pas en pitié, vous n’êtes pas fier de vous, vous ne vous aimez pas, vous ne vous détestez pas, etc. La division causée par la conscience qui revient sur elle-même est résorbée, et sa malédiction, éliminée. Il n’y a plus de « moi » à protéger, à défendre ou à sustenter. Quand vous êtes réalisé, vous n’entretenez plus cette relation avec vous-même. Une fois que vous y avez renoncé, toutes les autres relations deviennent des relations d’amour.

Extrait de : Le pouvoir du moment présent, Guide d’éveil spirituel, Eckart Tolle

 


 

Laisser un commentaire