Rendez-vous maître de votre bonheur

Pourquoi est-il si difficile de trouver le bonheur ? Parce qu’on l’attend.

Observez-vous et vous verrez : vous attendez de rencontrer le grand amour, vous attendez de rencontrer le succès, vous attendez la fortune, la gloire, et s’ils ne viennent pas, vous êtes malheureux. Certains iront même consulter des clairvoyants, des astrologues qui leur diront : « Mais oui, l’amour viendra, le succès viendra… Dans six mois, dans un an, quand il y aura tel transit de planètes, telle conjonction, vous verrez, tout va changer. » Alors les voilà rassurés, ils reprennent espoir et ils continuent à attendre.

Eh bien non, le bonheur n’est pas quelque chose qui vient ou ne vient pas, comme ça, de l’extérieur. Le bonheur est un état de conscience qui dépend de notre bonne compréhension des choses. Il ne faut pas s’imaginer qu’on est venu sur la terre pour vivre dans la facilité, les plaisirs, l’abondance. On est venu sur la terre pour apprendre et se perfectionner. Or, comment se perfectionner si on n’a pas chaque jour de nouveaux problèmes à résoudre ? Voilà, il faut que ce soit bien clair : la terre est une école et, comme dans toutes les écoles, seuls ceux qui apprennent et progressent peuvent être heureux. Alors, n’attendez pas que le bonheur vienne de l’extérieur sous la forme de rencontres ou de conditions favorables. Le bonheur réel, définitif, ne peut venir que de nous, de notre façon de considérer les choses.

 
Rendez-vous maître  de votre bonheur
 

Faites une expérience : allez interroger les personnes qui possèdent certains avantages matériels dont vous rêvez tellement, elles vous confieront qu’elles ne sont pas si heureuses que ça. Ou bien, si elles sont heureuses, c’est qu’elles possèdent déjà dans leur cœur, dans leur âme, des éléments qui leur permettent d’apprécier leur situation, et elles seraient donc tout aussi heureuses dans des situations qui vous paraissent moins enviables. D’ailleurs, combien de fois on l’a constaté : placés dans des situations identiques, des gens différents ne réagissent pas tous de la même façon.

Prenons un exemple tout à fait banal dans la vie quotidienne : un embouteillage. Regardez les réactions des automobilistes : l’un s’énerve, klaxonne et injurie ses voisins ; l’autre parcourt son journal ou écoute la radio ; l’autre bavarde avec son passager, ou bien l’embrasse si c’est sa bien-aimée. Enfin un autre – mais c’est évidemment beaucoup plus rare – profite de ce moment d’arrêt pour s’apaiser, s’harmoniser, rentrer en lui-même, se lier au Ciel et envoyer son amour et sa lumière à tous les êtres sur la terre.

Il en est de même dans la plupart des circonstances de la vie. C’est donc dans notre tête qu’il faut faire des mises au point. C’est notre pensée qui agit sur nos états de conscience. Avec un bon raisonnement, une bonne philosophie, on peut se rendre maître de son bonheur. Et là où les autres s’irritent, se rongent et empoisonnent la vie des gens autour d’eux, vous au contraire, vous vous renforcez, vous vous enrichissez, et grâce à vos expériences vous pouvez ensuite aider votre entourage par vos conseils, votre attitude, votre rayonnement, et même parfois par votre seule présence : par la force, la lumière et la paix qui émaneront de vous.

Alors, que ce soit bien clair : n’attendez pas passivement que le bonheur vous vienne de l’extérieur. Au contraire, c’est à vous d’agir et d’appliquer les méthodes qui vous permettront de transformer les chagrins en joies, les échecs en succès.

Extrait de Le devoir d’être heureux, Omraam Mikhaël Aïvanhov

 


 

Laisser un commentaire