Réflexion sur notre condition et sur celle des autres

Aujourd’hui, je vous propose une réflexion. Celle-ci n’est pas destinée à nous culpabiliser ou à nous déprimer. Elle peut simplement nous aider à voir les choses en face, dans la nudité de leur réalité, quand nous sommes en proie à nos questions existentielles ?

Village mondial

J’ai trouvé ce texte anonyme sur un écriteau planté sur un parcours de silence entourant l’abbaye de Langonnet en Bretagne ; je le partage ici, avec vous :

« Si l’on pouvait réduire la population du monde en 1 village de 100 personnes, tout en maintenant les proportions de tous les peuples existant sur la Terre, ce village serait ainsi composé :

  • 57 asiatiques, 21 européens, 14 américains (nord, centre, sud), 8 africains
  • 52 femmes et 48 hommes, 30 blancs et 70 non blancs, 30 chrétiens et 70 non chrétiens, 89 hétérosexuels et 11 homosexuels
  • 6 personnes posséderaient 59% de la richesse et tous les 6 seraient originaires des Etats-Unis
  • 80 vivraient dans de mauvaises conditions, 70 seraient analphabètes, 50 souffriraient de malnutrition, 1 serait en train de mourir, 1 serait en train de naître, 1 posséderait un ordinateur, 1 seul posséderait un diplôme universitaire.

Si l’on considère le monde de cette façon, le besoin d’accepter et de comprendre devient évident.

  • Si vous vous êtes levés ce matin avec plus de santé que de maladie, vous êtes plus chanceux que le million de personnes qui ne verra pas la semaine prochaine.
  • Si vous n’avez jamais été dans le danger, la solitude de l’emprisonnement, l’agonie et la torture, l’étau de la faim, vous êtes mieux que 500 millions de personnes.
  • Si vous allez prier à l’église sans peur d’être menacé, torturé ou tué, vous avez une meilleure chance que 3 milliards de personnes.
  • Si vous avez de la nourriture dans votre réfrigérateur, des habits sur vous, un toit au-dessus de votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riches que 75% des habitants de la planète.
  • Si vous avez de l’argent à la banque, dans votre portefeuille et de la monnaie dans une petite boite, vous faites partie des 8% des plus privilégiés dans le monde.
  • Si vos parents sont encore vivants et toujours mariés, vous êtes des personnes réellement rares.
  • Si vous lisez ce texte, vous ne faites pas partie des 2 milliards de personnes qui ne savent pas lire…

Voilà ! J’aime beaucoup ce texte, car il réduit immédiatement en silence l’éternel bavard et insatisfait qui gesticule dans notre tête. Les pendules sont remises à l’heure… du présent.
Vivons le moment présent et invitons, dans cet instant, ceux qui nous entourent, à participer à la danse de la Vie.
Là se trouve l’Essentiel.

Laisser un commentaire