Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu (partie 1)

Un problème ne peut pas être résolu si tu ne sais pas ce qu’il est. Même s’il est réellement déjà résolu, tu auras encore le problème parce que tu ne reconnaîtras pas qu’il a été résolu. Voilà la situation du monde. Le problème de la séparation, qui est réellement le seul problème, a déjà été résolu. Or la solution n’est pas reconnue parce que le problème n’est pas reconnu.

Chacun en ce monde semble avoir ses propres problèmes particuliers.
Or ils sont tous les mêmes et ils doivent être reconnus comme ne faisant qu’un si la seule solution qui les résout tous doit être acceptée. Qui peut voir qu’un problème a été résolu s’il pense que le problème est autre chose ? Même si la réponse lui est donnée, il ne peut pas en voir la pertinence.

Telle est la position dans laquelle tu te trouves maintenant. Tu as la réponse, mais tu es encore incertain de ce qu’est le problème.

 
Que je reconnaisse le problème afin qu'il puisse être résolu
 

Tu sembles être confronté à une longue série de problèmes différents et, lorsqu’un problème est réglé, un autre surgit, puis encore un autre. Il semble qu’il n’y ait pas de fin. Il n’est pas un moment où tu te sentes complètement libre de problèmes et en paix.

La tentation de considérer les problèmes comme multiples est la tentation de garder irrésolu le problème de la séparation. Le monde semble te présenter un grand nombre de problèmes, chacun exigeant une réponse différente. Cette perception te met dans une position où ta façon de résoudre les problèmes doit être inadéquate, et l’échec est inévitable.

Nul ne pourrait résoudre tous les problèmes que le monde paraît contenir. Ils semblent être à des niveaux si nombreux, sous des formes si diverses et avec des contenus si variés qu’ils te mettent en face d’une situation impossible. Le désarroi et la dépression sont inévitables quand tu les regardes. Certains surgissent à l’improviste, juste au moment où tu pensais avoir résolu les précédents. D’autres restent irrésolus sous un nuage de déni, qui refont surface de temps en temps pour te hanter avant d’être cachés à nouveau, mais toujours irrésolus.

Toute cette complexité n’est qu’une tentative désespérée pour ne pas reconnaître le problème, et donc ne pas le laisser être résolu.

A suivre.

Extrait de Un cours en miracles, livre d’exercice des étudiants, leçon 79.

 


 

Laisser un commentaire