Quand les scientifiques doivent réfuter leurs croyances

Lynne Mac Taggart est une journaliste scientifique. Dans son livre : la quête de la science pour comprendre le champ de la cohérence universelle, elle nous parle de tous ces chercheurs qui face à l’expérience, face à la réalité des faits scientifiques observables ont dû réfuter les dogmes, les croyances que l’on nous a enseignées sur les bancs de l’école.

En voici un extrait :

Tous ces scientifiques ont d’abord été de jeunes chercheurs aux références prometteuses et ayant au départ entamés leur carrière en tenant pour acquis certains dogmes de leurs pairs :

  • L’être humain est une machine qui fonctionne surtout avec des agents chimiques et un code génétique.
  • Le cerveau est un organe ou réside le siège de la conscience. Lui aussi est largement contrôlé par des facteurs chimiques, c’est-à-dire la communication intercellulaire et le code de l’ADN.
  • L’être humain est fondamentalement séparé de son monde et son esprit est dissocié de son corps.
  • Le temps et l’espace sont finis et ils constituent des principes universels.
  • Rien ne voyage plus vite que la lumière.
  •  
    Quand les scientifiques doivent réfuter leurs croyances
     

    Au cours de leurs réflexions, tous ces chercheurs sont tombés par hasard sur une anomalie et ont eu le courage et l’indépendance d’esprit de continuer à l’étudier. Un par un, grâce à d’intenses recherches empiriques, tous en sont finalement venus à la conclusion que chacun de ces dogmes était sans doute faux. En Fait :

  • Dans l’univers, la communication ne s’effectue pas au sein de la dimension visible de Newton, mais bien plutôt dans le monde subatomique de Werner Heinseberg.
  • Les cellules et l’ADN communiquent par le biais de fréquences.
  • Le cerveau perçoit et enregistre lui-même le monde en ondes pulsées.
  • Une substructure régit l’univers entier, qui est d’abord un milieu d’enregistrements de toutes choses, leur fournissant le moyen de communiquer entre elles.
  • Les gens sont indissociables de leur environnement. La conscience vivante n’est pas une entité isolée. Elle crée de l’ordre dans le monde extérieur. Chez tous les êtres humains, la conscience peut réaliser des choses incroyables, comme nous guérir nous-mêmes ou guérir le monde pour qu’il devienne en un sens ce que nous souhaitons qu’il soit.
     
    Commentaire : cet auteur, dans ces ouvrages, étaye son propos de la description des expériences scientifiques à la base des découvertes relatées. C’est une bonne approche du changement de paradigme pour les personnes à l’esprit rationnel, cartésien.
    Si j’ai choisi de vous partager cet extrait, c’est pour vous partager ô combien mes conceptions de la maladie et de la santé sont éloignées de ce que l’on m’a enseigné au cours de mes études vétérinaires et ô combien ce monde de révélations change complètement la vision de qu’est- ce que la santé ? Qu’est- ce que la maladie ? Qu’est- ce qu’une guérison véritable ? Comment y parvenir ?
  •  


     

    Laisser un commentaire