Nous projetons nos humeurs sur les autres

Quand vous éprouvez un sentiment à l’égard de quelqu’un, quel que soit ce sentiment, ne le projetez pas sur la personne en cause, mais restez au centre de vous-même.

Quand on hait quelqu’un ou quand on aime quelqu’un, que faisons-nous ? On projette le sentiment sur l’autre. Quand vous me haïssez, vous vous oubliez complètement dans votre haine. Je suis votre unique objet. Quand vous m’aimez, vous vous oubliez complètement. Je suis votre seul objet. Vous projetez votre haine ou votre amour sur moi. Vous oubliez le centre intérieur de votre être. C’est l’autre qui devient le centre. Un sutra dit, lorsque vous éprouvez un sentiment à l’égard de quelqu’un, « ne le projetez pas sur la personne en cause ». Vous êtes la source de ce sentiment, voilà ce que vous ne devez pas oublier.

Je vous aime. Je pense que vous êtes la source de mon amour. Mais en réalité, c’est moi qui suis la source de cet amour. Vous n’êtes qu’un écran sur lequel je projette mon amour. Je projette mon énergie sur vous. Et dans cet acte, vos devenez « aimable ». Pour quelqu’un d’autre, vous pouvez être absolument repoussant. Si vous étiez la source de l’amour, tout le monde devrait vous trouver « aimable ». Mais vous n’êtes pas la source, vous êtes l’écran.

Nous projetons nos humeurs sur les autres. C’est pour cette raison que, lorsque vous aimez quelqu’un, le monde entier vous parait différent ; la lune vous semble merveilleuse, miraculeuse. Mais au même instant, cette même lune peut apparaitre triste, insupportable à votre voisin.
 
 
Nous projetons nos humeurs sur les autres
 
Quand vous éprouvez un sentiment à l’égard de quelqu’un, restez centré en vous. N’oubliez pas que vous êtes la source. Alors allez à la source et non pas à l’objet. Remontez au centre d’où jaillit l’énergie, utilisez votre haine ou votre amour pour pénétrer en vous-même au lieu de vous en échapper.

Quelqu’un vous a insulté ? La colère qui s’empare de vous, ne la projetez pas sur l’autre. Utilisez-là pour entrer en vous-même. Cette colère est la vôtre. Sa source est en vous. L’autre n’est que l’instrument qui l’a provoquée. Si la colère n’était pas déjà en vous, elle ne pourrait pas s’exprimer. Jetez un seau d’eau dans un puits à sec, l’eau disparaitra. Mais si vous jetez un seau dans un puits plein, le puits va déborder. Il en est de même pour vous.

N’oubliez jamais que vous êtes la source de tout sentiment que vous projetez sur les autres. Quand vous êtes en colère, au lieu de projeter cette colère, remontez jusqu’à sa source, jusqu’au centre de vous-même et restez là. On vous a donné la chance de prendre conscience de votre colère, soyez en reconnaissant. Fermez les yeux, remontez le courant de cette colère, pénétrez en vous, au centre de vous-même.

L’amour, la colère, c’est de votre centre qu’ils jaillissent. Profitez de ce courant, de cette chaleur, suivez le fil conducteur qui vous mènera à la source de l’énergie. Vous pénétrerez soudain une autre dimension, dans un autre monde.

Nous avons à tel point l’habitude de projeter nos sentiments sur les autres que, lorsque nous sommes seuls, lorsqu’il n’y a personne sur qui projeter nos humeurs, nous les projetons sur des objets inanimés. Il y a des personnes en colère contre leurs chaussures, ou contre une porte…
 
Librement inspiré de Bhagwan Shree Rajneesh, Le livre des secrets.

Laisser un commentaire