Profitons de cette période de Noël pour être authentiques

Quand j’étais enfant (j’ai bientôt 58), les temps de Noël s’exprimaient dans une expérience magique. Je vivais ce moment qui revenait cycliquement, avec intensité. Tout semblait plus simple. Nous participions activement aux préparatifs avec ma grande famille. Mes rêves innombrables étaient à chaque fois au rendez-vous. La neige au dehors aussi illustrait souvent les contes féeriques que nous écoutions dans le moment présent. C’était le fun ! Nostalgie quand tu nous tiens….

Puis tout cela sembla avoir disparu, quand le monde se mit à se préoccuper de sa propre survie. Les conditionnements de la société de consommation et d’obéissance voilèrent notre propre vérité. Bientôt le jeu de la vie en mouvement disparut, car nous avions oublié les règles… pourtant simples : Soi qui tu es. Soi authentique.

Etre authentique

Noël devint alors pour la plupart de nous une banalité à répétition et un sujet de plus de préoccupation : Que va-t-on faire cette année ? Quels cadeaux acheter ? Que bouffe-t-on au réveillon ? et blabla….

Puisque le système religieux judéo-chrétien fête en ce jour la naissance d’un Messie, pourquoi ne pas célébrer une bonne fois pour toute le retour de notre propre Messie (pas Lionel ..hein !) en nous. Il a été et il est toujours là depuis la nuit des temps (lien : le jumeau en or), attendant avec patience que l’on accepte de lui ouvrir la porte de notre cœur. Toc, toc.

Il n’y a alors pas de “mais”, ni de “si”.

Il nous faut pour cela simplement tomber le déguisement ou la carapace de notre petite personnalité qui s’est faufilé dans la peur à travers notre société falsifiée.

Sommes nous capables de nous foutre à poil physiquement et émotionnellement devant les autres ? C’est à chacun de répondre à cette question et d’en faire l’expérience.

Je pense que il n’y a jamais eu de meilleur moment que maintenant. Pour ceux qui nous lisent, je suis certain que vous ressentez ces bouleversements au fond de vous même et je vous invite à vous exprimer la dessus. Ce ne peut être que le début de la fin.

Jetons nos déguisement et nos masques dans un grand sac et faisons un paquet cadeau  à notre divinité folle de joie. Elle saura à mon humble avis procéder au recyclage… de nos propres jugements.

Alors Déesses et Dieux en devenir, je vous salue et vous souhaite une journée pleine de participation et de partage. Brillez de mille feux authentiques.

Je souhaite par ailleurs en ce jour que les camps de détention (concentration ?) on Christmas Island (Australie) pour réfugiés sans visas, disparaissent au plus vite. Cela fait désordre. C’est cependant du désordre que peut naitre la transformation vers l’authenticité et la liberté.

Commentaires

  1. Soyons authentiques certes, mais soyons dans le non-jugement, dans la bienveillance. Ces périodes festives de Noël m’ont, depuis l’enfance, agacée. Aucune nostalgie n’y est attachée car ma famille y redoublait de travail. Cette année, j’ai lâché prise et ai accepté de me prêter au jeu. J’ai accueilli chacun comme il était, j’ai préparé le repas de Noël avec joie, arrosé copieusement le chapon auquel je n’ai pas goûté car je ne mange plus de viande et me suis réjouie de voir les miens apprécier. Pendant ces journées d’habitudes source de tension j’ai envoyé de l’amour, à ma vieille tante devenue si sourde qu’elle en devient ronchon, à mon cousin dont la vie se résume au tabac et à l’alcool, à ma mère dont le corps n’est que douleur, à tous ceux et celles que j’ai pu croiser. Et, finalement, les fêtes ont coulé dans la douceur et l’harmonie. Je ne suis pas en accord avec ces fêtes qui n’ont guère de sens pour moi, mais je ne regrette pas de m’y être conformée car la joie et la bienveillance se diffusent.
    En respectant ainsi les us et coutumes des autres, mes convictions sont en retour mieux acceptées et reconnues. Je suis dans une gratitude profonde.

  2. Merci Anne, enfant de Noel…
    Je connais toutes ces personnes et elles sont toutes à leur juste place. C’est simplement en changeant le regard sur les autres, donc sur nous mêmes que ce nouveau monde se dévoile peu à peu. C’est si simple.
    Nous sommes tous 1 en milliards de morceaux éparpillés….

Laisser un commentaire