Prenons notre place et dirigeons nos projets – Partie 1

Il y a une nette différence entre avoir (ou proposer) des idées et les mener à bien. Certaines personnes sont destinées à prendre leur position de leader, comme d’autres sont plus efficaces par ailleurs. Que ce soit à titre individuel, social ou professionnel, pour diriger un projet et le faire aboutir il faut réunir un certain nombre d’éléments clés, voici les plus importants :

  • Se définir comme le porteur du projet, celui qui en est responsable et qui l’assume. Que ce soit face à soi-même ou avec un groupe de personnes. Le nom donné à la fonction peut être : leader, dirigeant, chef, responsable, etc. Il n’y a qu’un seul leader pour un projet, et il est indispensable que tout le monde sache qui est le leader, sinon le projet ne peut pas avancer.
  • Lâcher prise sur tous les préjugés liés à la position de leader. Les leaders sont parfois mal aimés, critiqués, on leur prête tout un tas de défauts égotiques, etc. Il faut faire mentalement table rase de tout cela, sans quoi on ne pourra jamais être à l’aise dans sa position de leader. Faisons attention à ce que nous pensons des leaders, si  nos pensées sont négatives, nous aurons beaucoup de difficultés à assumer ce rôle. C’est pareil si nous avons des pensées négatives envers ceux qui sont riches, du point de vue quantique et de la loi de l’attraction cela freine considérablement notre capacité à recevoir l’abondance.
  • Il est bon de garder à l’esprit le 2e accord Toltèque : « Quoi qu’il arrive, n’en faites jamais une affaire personnelle : ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Ne plus prendre les choses personnellement, retirer à autrui le pouvoir qu’on lui a donné de nous juger, de nous critiquer, de nous nuire. Cesser d’attacher de l’importance à l’opinion d’autrui, ne plus dépenser d’énergie à défendre une image idéale de soi contre les critiques, ni à chercher à la nourrir de compliments. ». Voir l’article : lien

Mouvement

  • Le leader est indispensable pour le projet, il doit aussi permettre aux participants de s’épanouir dans ce qu’ils font et être là pour eux. Et accepter que certaines personnes ne supportent pas qu’on leur donne des conseils ou des directives, donc ne pas contraindre.
  • Etre visionnaire, savoir précisément ce que l’on veut, avoir l’objectif en tête. Là aussi il faut savoir lâcher prise et oser, oser prendre des décisions, oser changer les choses. Créez vos croyances, soyez déraisonnables, créez vos valeurs, vos règles et partagez les. Le flou est l’ennemi du leader, le flou anéanti la motivation des participants et il ne favorise aucune aide de l’Univers.
  • Ne pas craindre le résultat et dépasser ses peurs. Tant pis s’il y a de la casse, ne pas craindre de perdre du temps, de l’argent, des amis. La vie est un mouvement, tout le monde apprend dans le mouvement. Dans l’évolution des espèces celles qui ont disparu ont permis à d’autres de se fortifier et de survivre, et ainsi de suite.

J’ai moi-même dirigé plusieurs entreprises pendant 23 ans, je connais ce sujet de près, et j’ai toujours été à l’aise avec. Depuis 2010 je fais une pause, pour me permettre de travailler sur moi-même, essentiellement sur mon chemin spirituel. J’ai beaucoup appris en me mettant en retrait, en observant les autres et moi-même. C’est une belle expérience qui m’a permis de travailler sur l’humilité et la compassion. Aujourd’hui j’ai une vision du leader autour du partage, de la communication, et d’un mouvement fort qui apporte de la joie.

A suivre…


 

Laisser un commentaire