Le pouvoir guérisseur de la fièvre

Il y a encore un demi siècle, quand une personne avait de la fièvre, elle était mise à une diète de bouillon de légumes et on lui recommandait le repos. Aujourd’hui, nous sommes devenus des gens pressés, impatients, qui ne supportent plus l’immobilité du corps qui nous met face à notre agitation mentale. Nous avons oublié ces principes hygiénistes hyper-simples pour les remplacer par des médicaments dont l’action apparente est rapide mais les méfaits potentiels à long terme sournois.

Pourtant, les effets de la fièvre possèdent des vertus phénoménales pour ramener la santé dans nos corps.
De nombreux virus et bactéries sont tous simplement détruits par une température de 1 à 2 degrés de plus que la température corporelle de base de leur hôte de prédilection.
Le foie, qui est déjà l’organe le plus chaud du corps humain voit ses capacités de détoxination enzymatique décuplées sous l’action de l’apport de chaleur supplémentaire. Il peut ainsi éliminer beaucoup plus de toxines accumulées.
La fièvre, en provoquant la sudation permet également l’élimination des toxines par la peau. Elle augmente également le rythme respiratoire permettant aux toxines volatiles d’être éliminées avec l’air expiré. A certains, elle donne soif, favorisant l’épuration des toxines par les urines.

 
Le pouvoir guérisseur de la fièvre
 

Tous les émonctoires sont donc stimulés, ils œuvrent en synergie, permettant l’élimination accrue d’un grand nombre de toxines accumulées. Le corps se purifie et élimine les causes de son déséquilibre. Le microbe n’est rien le terrain est tout, disait Béchamp, biologiste contemporain de Pasteur
Par ailleurs quand un corps se soigne par lui même, sans apport de remèdes extérieurs, il reprend confiance en lui même, et ce sur tous les plans.

Si la fièvre est trop inconfortable ou pour les bébés, pour éviter le risque de convulsion, il suffit de prendre un bain chaud, à température du corps 39° pour commencer puis de le laisser refroidir jusqu’à 37° et de sortir quand le froid devient trop inconfortable. Cette pratique permet de baisser la température corporelle pour quelques heures. Pour les personnes qui le souhaitent, les bains de siège à l’eau froide peuvent aussi être salutaires.

Pour passer ce cap, ensuite chacun trouvera ce qui lui convient le mieux dans le moment présent, l’attente patiente et confiante, le chlorure de magnésium, les huiles essentielles, les tisanes, les oligoéléments, l’homéopathie et bien d’autres soutiens encore peuvent favoriser le retour à la santé. Mais en définitive, même si l’Homme se soigne, c’est uniquement la Source en lui qui le guérit.

Laisser un commentaire