La peur de l’invisible

Ce n’est pas parce qu’on commence à méditer, à développer ses perceptions, que l’on sera un jour confronté à quoi que ce soit de « négatif » qui s’en prendrait à nous. Cette peur empêche certaines personnes de se lancer, elle est reliée à des images mentales créées à partir d’histoires et de films.

Alors oui, la méditation ouvre les sens, en particulier ceux qui ne font pas partie des cinq qui nous servent dans notre quotidien. On devient extra-sensoriel, extra-lucide, clairvoyant, etc., bref on développe de nouvelles capacités de perception. Ce sont des sensations, des images, des lumières, des formes, des symboles, des énergies, et plein de choses sur lesquelles il est vain d’essayer de mettre des mots. L’éveil de facultés extra-sensorielles n’est pas un but en soi, mais un moyen d’éveiller notre âme. La perception de l’invisible s’accompagne toujours d’une prise de conscience de notre rôle en tant qu’être humain de passage sur cette Terre.

 
La peur de l’invisible
 
L’avancée sur le chemin spirituel est un apprentissage à propos duquel nous ne maitrisons pas grand-chose. Nous émettons nos intentions, mais nous ne dirigeons rien, seul l’Univers sait ce qui est bon pour nous dans l’instant, et sous quelle forme le message doit nous parvenir. C’est important de bien comprendre cela, afin d’éviter d’intellectualiser trop de choses, et nous permettre d’avancer plus rapidement, simplement en laissant faire, en lâchant prise.

La peur de l’invisible n’a pas sa place sur le chemin, elle ne doit pas servir d’excuse pour passer sa vie dans le monde illusoire du mental. Certes on va constater qu’il existe des énergies négatives, alors on décide de les observer où pas, nous avons toujours le choix. Il y a par contre des peurs qui nous concernent directement : la peur de découvrir qui nous sommes, la peur de changer, la peur du plus grand inconnu : nous-même.
 


 

Laisser un commentaire