Nos pensées agissent sur nos cellules

Toutes les émotions que nous vivons au quotidien sont transmises jusqu’aux plus petites de nos cellules. C’est pareil pour l’eau qui compose plus de 70% de notre corps, elle reçoit instantanément toutes nos pensées qui vont agir sur les molécules (voir l’article : L’eau relie l’énergie et la matière, pour faire des miracles).
C’est déjà une excellente chose d’entreprendre un travail sur nos pensées (voir l’article : Cultivons nos pensées).

Mais cela n’empêche pas notre corps de réagir face aux « agressions extérieures », qu’elles soient verbales, en face à face, par téléphone, par email, par courrier, en voiture (klaxons), physiques, etc. Il y a tout un tas de situations face auxquelles notre corps encaisse des émotions de peur, de déstabilisation, d’énervement, d’irritation, d’exaspération, etc.

Même si dans les secondes qui suivent cette « agression » nous nous calmons instantanément en appliquant nos connaissances : l’amour de l’autre, le respect, la compassion, c’est trop tard pour nos cellules, le message négatif initial est passé. Tant que nous n’entreprenons pas un travail pour conserver notre corps dans l’amour et la paix quoi qu’il arrive (et de laisser passer les émotions uniquement quand nous le décidons), nous n’avons pas relié notre corps à nos vraies valeurs.  C’est un peu comme si nous faisons notre chemin spirituel dans le mental, mais que le travail en profondeur reste à faire.

 
Nos pensées agissent sur nos cellules
 

C’est un énorme lâcher-prise de ne plus avoir de filtre pour nous protéger de l’extérieur et d’être suffisamment dans l’amour de soi et des autres pour ne plus subir les « agressions ». Ce filtre repose sur des réflexes que nous avons mis en place dès notre plus jeune âge, il est costaud. Il faut veillez à ne pas remplacer ce filtre par une nouvelle couche de protection qui ne laissera plus rien passer, notamment les émotions de joie, d’amour, de vie, etc.

Il convient aussi de faire la part des choses avec les réflexes inconscient dits de survie, qui eux restent toujours actifs, mais qui ne s’accompagneront plus d’émotions négatives qui faussent les actions et les perceptions. Idem pour les émotions issues de notre sensibilité, comme les pleurs, qu’il ne faut pas freiner ou brimer, elles font partie de la vie, elles sont la vie, elles sont belles. Ce n’est pas en ce blindant contre tout que l’on aura une vie intense. Le sujet de cet article ce sont les réflexes conditionnés de peur (ou autres), face à une « agression » extérieure.

Je vous propose un exercice pratique. Allongez-vous de préférence sur votre lit, soyez à l’aise, fermez les yeux. Ressentez tout votre corps, et envoyez-lui de belles pensées d’amour, de la chaleur, du réconfort. Attendez-quelques minutes pour être vraiment bien, puis ressentez également tout l’amour que l’Univers (ou Dieu) a pour vous. Cet immense amour qui fait couler la vie en vous. Maintenant imaginez quelque chose de négatif, comme recevoir une mauvaise nouvelle par courrier.  Vous pouvez revivre quelque chose du passé si c’est plus simple. Ressentez les changements immédiats dans votre corps, et localisez où ça se passe (par exemple le ventre, la gorge, etc.). Vous comprenez que l’agression n’est pas seulement extérieure, mais que nous agressons nos cellules à chaque fois que nous avons des pensées négatives…

Maintenant remettez-vous en situation d’amour et de bien-être, et concentrez-vous pour y rester pendant que vous faites appel au même souvenir négatif. C’est possible ! Vous aurez peut-être une réaction de votre égo qui sera contrarié de ne pas pouvoir réagir… Dans un premier temps entrainez-vous simplement à faire cohabiter l’amour et le sujet « négatif » sans chercher à creuser la situation. Puis amenez un autre sujet, etc. Pour les soirs à venir, mettez-vous dans la situation de bien-être et d’amour pour vous endormir, sans amener de sujet particulier. En journée, dès que vous sentirez qu’un élément extérieur a atteint votre énergie corporelle, remettez-vous immédiatement dans cette situation de bien-être. Puis essayez de maintenir consciemment cette sensation le plus longtemps possible. L’objectif à terme c’est d’être en permanence dans la sensation de bien-être et d’amour dans tout le corps.
 


 

Laisser un commentaire