Un partage pour ceux qui se sentent fatigués

Il y a quelques jours un ami m’a écrit pour me faire part qu’il est déprimé, fatigué, vidé. Son message indiquait également des doutes, des questionnements, la perte de tout désir de cheminement, d’idée d’accomplissement, de perspective de réalisation.

J’ai ressenti qu’il pouvait être utile de partager avec vous la réponse que je lui ai adressé. Il n’est pas le seul dans cette situation. Bien qu’aucune vie ne soit comparable à une autre, si quelques mots peuvent éclairer certains lecteurs, l’objectif sera atteint.

J’ai publié un deuxième article ce jour, tout le monde n’étant pas concerné par le présent sujet.

 
Un partage pour ceux qui se sentent fatigués
 

— 0 —

Merci pour ton message qui porte ta sincère amitié.

Ce que tu vis ces temps n’est pas facile, et je sais bien que personne ne peut se mettre à la place de l’autre pour vraiment tout comprendre.

Je pense que tu as eu besoin de te libérer de certaines culpabilisations mentales.
Pour ma part, tu ne m’as pas menti, car je ne fais pas de suppositions.
Tes propos d’y être ou pas, de ressentir ou pas, d’entendre ou pas en fonction d’événements supposés se passer à l’avenir ne sont aussi qu’un point de vue du mental. Personne ne peut prévoir, ni prédire qui « participera » ou pas. Personne, et personne ne peut s’exclure, même en état persuadé d’être à côté de la plaque. Et personne ne prétendre être fin prêt et à la bonne place.
Franchement, il vaut mieux en rigoler et attendre de voir (ou pas) ce qui se passe.
Ce n’est pas chacun individuellement qui décide ou qui croit se préparer en menant une vie « qui va bien » dans l’espoir de je ne sais quoi.

Tu fais ce que tu peux en fonction de qui tu es. Et tu sais que personne ne peut prétendre faire mieux que toi avec la même incarnation que toi. Et il n’y a que toi pour te juger et t’apitoyer. Ceci est vrai pour chaque être humain sur terre.

Et tout cela tu le sais déjà.

En ces temps, même si nous sommes bien entourés, nous sommes seuls pour franchir les épreuves. Pensons aussi à remercier l’Univers de nous mettre face à ces difficultés, car elles nous mettent face à nous même, pour pouvoir progresser. C’est l’attitude de chacun qui est déterminante pour ajuster la difficulté des épreuves. Entre une simple prise conscience de quelques minutes ou plusieurs mois ou années de galère. Le temps n’existe pas, sauf pour ceux qui sont incarnés dans la matière.

« Suis les signes ». Si tu en es arrivé là, c’est que tu n’as pas été attentif dans les mois précédents, aux signes, aux intuitions, aux événements. Du toc toc toc sur l’épaule, pour te faire comprendre quelque chose, l’Univers en est arrivé au coup de marteau-piqueur, parce que tu n’as pas compris, ou parce qu’une croyance est fausse, ou pour une autre raison. Cela doit être important, sinon après un moment l’Univers laisserait tomber et ferai valoir ton libre-arbitre. Mais là c’est un immense acte d’amour de l’Univers, parce ce que tu comptes pour lui, il fait tout pour que tu ailles sur le meilleur chemin qu’il a préparé pour toi. Tu ne le vois simplement pas encore.

Ton message montre que c’est ton mental qui continue à te leurrer en cherchant lui-même la porte de sortie et comment il va remonter la pente.
Tu analyses tout, chaque situation, chaque voie, chaque solution, chaque piste.
Tu classes tout dans des catégories.
Au final ton mental cherche un endroit tranquille, ou il sera enfin sauvé.

Arrêtes de penser. Arrêtes de penser d’essayer de t’en sortir. Arrêtes de juger ta situation.
Fais la paix en toi. Tu peux le faire. Se reposer ce n’est pas qu’arrêter de réfléchir au quotidien et au travail, c’est aussi arrêter de penser et de ressasser. Et de chercher des solutions avec le même état d’esprit/de conscience que celui avec lequel on les a créé (cf Einstein).

Tu n’es pas le seul dans cette situation en ce moment. Le mental voit que le gros lâcher prise est proche (donc qu’il perd la partie), et la personne va s’adresser à autrui pour lui demander de l’aide. Derrière tout cela c’est le mental qui veut sauver sa peau et/ou chercher à justifier qu’il est bien à la bonne place avec les théories qu’il a échafaudé.

Je crois bien qu’on se rapproche de plus en plus du « sois, tout simplement », toute discussion n’étant que pur bavardage mental et éloignement de la solution et de la Vérité.

— 0 —

 

 


 

Laisser un commentaire