Par la gaieté on donne, par le chagrin on prend

N’attendez pas que les autres vous apportent la vie, qu’ils vous apportent l’amour, qu’ils vous apportent la joie : c’est vous d’abord qui devez ouvrir en vous les sources de la vie, de l’amour et de la joie.

Pour recevoir, il faut commencer par donner. Certains diront qu’ils sont trop accablés par le chagrin et la tristesse pour pouvoir donner quoi que ce soit. Non, ce n’est pas un bon argument et cette attitude ne sert qu’à entretenir ces états. Qu’ils divorcent tout de suite avec ce chagrin et cette tristesse ! Aujourd’hui même, qu’ils leur écrivent une lettre : « Chère tristesse, chagrin chéri, j’ai décidé de vous abandonner. Comment cela ? diront-ils, nous étions si bien ensemble ! «  Et vous répondrez « Oui, vous peut-être, mais pas moi, alors je vous quitte. » Et que, dès maintenant, votre regard traduise la séparation.

 
Par la gaieté on donne, par le chagrin on prend
 

Vous possédez tellement de trésors enfouis, pourquoi faut-il qu’il n’en transparaisse rien à l’extérieur ? Laissez donc de côté toutes les raisons d’être triste et cherchez celles que vous avez d’être gai. Par la gaieté on donne, et par le chagrin on prend. Dites-vous bien que si certains jours vous ne pouvez plus rire, c’est que vous vous écartez de la voie juste.

Extrait de Pensées quotidiennes, Omraam Mikhaël Aïvanhov

 


 

Laisser un commentaire