Ne vous découragez jamais (partie 2)

Pourquoi croyez-vous que le bonheur doit venir uniquement sous la forme que vous attendez ? Tant de possibilités se présentent à vous ! Mais vous ne les voyez pas, vous ne voulez pas les voir, vous vous accrochez à l’idée que vous vous en faites, vous. Vous espérez que telle porte va s’ouvrir à vous, mais voilà qu’elle vous reste fermée. Alors, au lieu de vous lamenter devant cette porte, pensez qu’il peut y en avoir d’autres, à côté, qui s’ouvriront. Vous attendez de bonnes choses de quelqu’un, mais non seulement il ne vous les donne pas, mais il se montre désagréable ou ingrat. Eh bien, au lieu de vous laisser obnubiler par cette déception, regardez un peu mieux autour de vous : il y a d’autres personnes qui sont certainement prêtes à vous aider ; si vous restez tellement concentré sur votre déception, uniquement occupé à envoyer de mauvaises pensées à ceux qui vous ont déçu, vous ne verrez pas ces autres amis qui viennent à vous. C’est dans ce sens aussi que les épreuves sont utiles : elles vous obligent à faire ou à découvrir ce que vous ne feriez pas et ne découvririez pas sans elles.

 
Ne vous découragez jamais
 

Alors, dites-vous bien que c’est souvent à cause de votre attitude négative que vous ne trouvez pas les solutions à vos difficultés. C’est pourquoi la vie continuera à vous donner des secousses en disant : « Mais enfin, tu es aveugle, tu es sourd, secoue-toi, regarde autour de toi toutes les possibilités qui se présentent encore ! » Et ce que je vous dis à vous, je me le dis aussi à moi. Et même c’est justement parce que j’ai fait des millions de fois ces expériences que je peux vous en parler pour vous aider. Croyez-vous que je pourrais vous parler comme je le fais si je n’avais pas vécu moi aussi de grandes épreuves ?

Quand, devant certaines difficultés, vous sentez venir le découragement ou le désespoir, ne les considérez pas comme des ennemis qui n’auraient pas le droit de vous attaquer. Malheureusement si, ils ont le droit. Il faut donc accepter leurs attaques en sachant que, grâce à eux, beaucoup de choses marcheront beaucoup mieux ensuite. Et c’est vrai, après un grand découragement, vous avez ensuite des énergies inouïes. D’où sont-elles venues, ces énergies ? C’est le découragement qui vous les a apportées. Oui. Bien sûr, il faut être prudent et surveiller que ce découragement ne soit pas plus fort que vous, qu’il ne vous entraîne pas, tel un torrent puissant qui finira par vous noyer. Acceptez-le comme quelque chose d’inévitable, tout en vous surveillant. Oui, voilà encore un exercice.

Alors, ne demandez plus désormais de ne pas être découragé, mais seulement de bien comprendre cet état, car il apporte des richesses, des trésors inouïs : le printemps après l’hiver.

Extrait de Le devoir d’être heureux, Omraam Mikhaël Aïvanhov

 


 

Laisser un commentaire