Mission impossible

Notre mission, ici, sur terre est impossible, car il n’y a en fait pas de mission.

Nous sommes ici pour balader notre Présence sur cette planète, au-delà de toutes croyances et autres adhésions.

Cela suffit à influencer les autres et à créer les changements collectifs.

Il n’y a rien d’autre à entreprendre.

Alors choisissons-nous un domaine de vie pour exprimer nos potentiels d‘amour véritable.

Car, ce n’est pas ce que nous faisons qui est important, mais comment nous le faisons.

 
Mission impossible
 

Continuer à échafauder des stratégies basées sur nos connaissances, nous éloigne toujours plus de notre source.

Car nos connaissances sont en fait ignorance dans le moment présent et à quoi nous servent-elles ?

De plus, nous ne pouvons aider les autres, si nous ne nous aidons pas nous-même d’abord.

Tout ceci ne pourra s’établir, si nous n’arrêtons pas de croire que nous sommes séparés les uns des autres, ce qui est une aberration de notre mental : Le syndrome de l’illusion de la séparation.

Quand nous quitterons cette planète, nous n’emmènerons que l’amour des graines que nous aurons semées ici et là.

Nous ne faisons que passer de façon éphémère dans l’éternité de la Vie.

Qu’attendons-nous alors pour partir à l’aventure vers des rivages inconnus ?….

Dans la Joie et la Paix… intérieures.

Commentaires

  1. “Notre mission, ici, sur terre est impossible, car il n’y a en fait pas de mission.”

    Ce que je ressens pour ma part est que nous avons une mission (ou on peut appeler cela aussi un but) sur cette Terre : celui de renaître à nous-mêmes et nous reconnecter au Divin en nous, exprimer et sentir la Vie en nous. Et pour atteindre ce but, nous rencontrerons probablement plein de cailloux sur le chemin, qui ne sont que des expériences (le mental, ou l’ego, dira que ce sont des problèmes !) nous permettant petit à petit d’évoluer vers cette reconnexion Divine, chacun à son rythme.
    Si chaque Etre sur la planète fait de même… les autres Etres encore dans l’inconscience autour seront alors comme “contaminés”… à moins qu’ils ne souhaitent rester dans l’inconscience dans cette incarnation, ce qui est leur choix.
    Ce qui suit est ressorti d’une séance avec une thérapeute ce matin.
    “Balader sa présence sur Terre”, OUI, tout en gardant en vue (sans y être attaché ;-)) le but que l’on s’est fixé. Le but donne une direction, mais c’est le cheminement à travers l’action, nos comportements qui est important et sur lequel on doit se focaliser chaque jour. Le but, on ne peut le “contrôler” (car il peut changer aussi en cours de route) mais nos choix et décisions nous appartiennent chaque jour pour essayer d’atteindre ce but. C’est l’action consciente et inspirée. Après, c’est à nous de sentir si chacune de nos actions, chacun de nos choix sont en cohérence avec le but qu’on s’est fixé ou le résultat que l’on souhaite.

  2. Je pourrais ajouter que c’est grâce au but que l’on se fixe que l’on évolue, car comme sur le chemin, nous rencontrerons de multiples expériences, le fait de les expérimenter et de les dépasser fera évoluer petit à petit notre conscience de la Vie. Donc avoir un but est important, même si celui-ci, à travers nos différentes expériences, peut changer par la suite. On doit donc se focaliser sur le cheminement mais non sur le but, duquel on doit resté le plus détaché possible, même s’il est nécessaire pour expérimenter notre cheminement : qui dit chemin, dit destination.

  3. Se laisser balader au gré du vent, même si c’est en conscience, risque de ne pas être aussi riche en évolution qu’en se fixant un but et en transcendant les embûches sur le chemin. Eckart Tolle disait dans l’un de ses livres quelque chose comme “plus on a de problèmes à surmonter, plus on est sur la bonne voie pour faire un énorme bon en avant sur le chemin spirituel” (c’est d’ailleurs par cette voie qu’il y est parvenu lui-même). Je trouve cela assez juste ! lol

  4. Merci Claire pour ton partage.
    On peut aussi voir le but comme étant simplement un outil, comme tout le reste, pour aller vers la conscience. Plus le chemin s’éclaircit et moins le but devient important, il fini même par s’effacer dans le moment présent.

Laisser un commentaire