La maladie de Alzheimer : une maladie de manque d’amour pour soi ?

La maladie de Alzheimer est pour les scientifiques une énigme, car aucune cause jusqu’à ce jour n’aurait été trouvée ; peut être parce que il n’y a rien à trouver…
J‘ai lu toutefois sur un site à grande diffusion sur la santé que la maladie d’Alzheimer serait une infection transmissible par contamination et que ceci était un information révolutionnaire !

En effet, une groupe de chercheurs (japonais ?) a montré qu’en injectant du tissu d’individu atteint de cette maladie à des souris saines, ces dernières finissent par développer la maladie. Comme il y a beaucoup plus de cas d’Alzheimer en France qu’au Japon ou en Inde, les chercheurs pensent que cette transmission est à relier à la consommation de viande industrielle plus importante en occident. Le mécanisme de transmission se ferait comme dans le cas de la vache folle (maladie de Kreuzfeld-Jakob) par l‘intermédiaire des prions. Pourquoi pas ?…

 
La maladie de Alzheimer : une maladie de manque d’amour pour soi ?
 

Ce qu’on omet de dire, c’est que les collectifs les plus touchés par cette maladie, sont ceux où le mental règne en maitre, où l’intellect avec son analyse tourne à deux cent à l’heure, et où l’ouverture aux autres est à la traine.
De mon point de vue, la maladie d’Alzheimer est l’expression du mental qui s’enferme dans ses peurs et ses souffrances dans sa propre prison, dans un total manque d’amour de soi. Car l’amour du cœur est d’abord la relation que l’on a avec les autres ; c’est un art de communication. C’est une vibration dont l’existence échappera toujours au radar de la recherche bio-moléculaire.

Voila une anecdote vécue pour supporter ma perception sur cette problématique.
Il y a un an, ayant postulé pour un poste de médecin dans un e.p.a.a.d. , j’ai donc rencontré la directrice de ce lieu qui voulait créer des transformations. Elle était frustrée par le fait que les personnes atteints d’Alzheimer (en milieu fermé et sécurisé) ne la reconnaissaient pas alors qu’elles reconnaissaient le gros gentil chien de la maison.
Je lui dit spontanément : *Pourquoi à votre avis ?*. Elle me répondit : Le chien doit avoir un sixième sens ! J’ajoutai alors: *Le chien ne s’embarrasse pas avec le mental.*

J’ai rencontré aussi une personne dont l’un des parents est Alzheimer. Curieusement elle  souffrait de fibromyalgie. Encore une maladie, qui de mon point de vue exprime un manque d’amour pour soi et de communication avec son entourage.

Pour se connecter avec des Alzheimer, il reste l’ intelligence du cœur qui échappe pour le moment à beaucoup de thérapeutes et de scientifiques. Enfermer de plus, pour des raisons légales, des gens qui sont en prison dans leur tête, ne va pas apporter de solution, bien au contraire (vol au dessus d’un nid de coucou).
Pourtant des solutions existent, si on a le courage de les voir :

  • Bain avec des dauphins, contacts avec d’autres animaux comme les chiens.
  • Utilisation de sons alignés sur des fréquences universelles (flutes pentatoniques, bols chantants, sons de la nature).
  • Rééquilibre des énergies de l’habitat par le feng shui.
  • Massages légers (effleurements), toucher intuitif pour réactiver la sensibilité et la connexion à la réalité.
  • Hydratation correcte et nourriture vivante.
  • Techniques de réflexologie et autres.
  • Art thérapie.
  • Ecoute inconditionnelle.

Toute création qui a pour origine l’intelligence du cœur fera merveille. N’oublions pas aussi de régler nos problèmes de famille, non dits et autres secrets qui alimentent les sentiments de rancune, colère, honte et culpabilité qui fond le nid de ces maladies de l’enfermement. Enveloppons la maladie d’Alzheimer dans nos vibrations d’amour.

La maladie de Alzheimer étant aussi une maladie de société (manque d’amour du collectif pour lui même), il appartient à chacun d’apporter sa contribution personnelle pour espérer voir les choses avancer.

Alors, au travail ! Ouvrons nos cœurs, la divine intelligence fera le reste.
 


 

Laisser un commentaire