Les vertus du Lapacho, plante ancestrale magique

Le Lapacho, encore appelé Pau d’Arco, est un arbre d’Amérique latine, qui peut atteindre trente mètres de haut. Les Amérindiens et les Incas le considéraient comme le remède de beaucoup de leurs maux. Il en existe plus de deux cent cinquante sortes différentes. Ces arbres en floraison sont magnifiques. Les arbres à fleurs pourpres semblent avoir plus d’efficacité médicinale que les espèces à fleurs claires. C’est l’écorce interne qui est utilisée pour ses principes actifs.

 
Les vertus du Lapacho, plante ancestrale magique
 

Parmi toutes les espèces, celles qui nous intéressent sont les suivantes :

  • Tabebuia impetignosa.
  • Tabebuia avellanedae.
  • Tecoma curialis.
  • Tecoma Adenophylla.

Ces quatre variétés font du Lapacho, un remède universel. L’écorce interne est récoltée sur les arbres sauvages en pleine forêt.

Elle contient  des antiseptiques, des antifongiques (champignons), des antibiotiques, des antiviraux, des flavonoides, des coumarines (fluidifie le sang), du fer assimilable, des oligoéléments et des minéraux tels que magnésium, calcium, sodium, potassium, chrome, cuivre, silice, bore, strontium, baryum, nickel, argent, sodium… ouf !

Le Lapacho possède les propriétés suivantes :

  • Il favorise l’oxygénation des cellules.
  • Il stimule le système immunitaire.
  • Il a un pouvoir antioxydant.
  • Il participe à la destruction des radicaux libres.
  • Il diminue le risque de caillots sanguins dans le corps.
  • Il favorise la diminution de la consommation du tabac.
  • Il aurait un effet anticancéreux, par pénétration à l’intérieur des cellules cancéreuses. Des études en Amérique du sud  sont en cours pour confirmer cette renommée anti-tumorales.

Nous pouvons voire ici que cette écorce interne est riche en vertus curatives. Je ne vais pas vous énumérer toutes les maladies que cette plante peut soigner, car elle est considérée à juste titre comme un remède universel. Que chacun fasse son expérience, en fonction de ses maux. Ce n’est pas pour rien, que le Lapacho était considéré par les Incas comme une plante miraculeuse.

C’est un très bon nettoyant du corps. Son action n’est plus à démontrer sur le sang, sur la peau, le système respiratoire, digestif, urinaire et locomoteur.
Il existe néanmoins une contre indication à respecter chez les Hémophiles et les personnes prenant des anticoagulants (à cause des coumarines).

Le Lapacho peut être absorbé sous forme de décoction, de tisane, d’élixir ou encore de gélules. Pour la décoction, deux cuillerées à soupe d’écorce à bouillir pendant cinq minutes dans un litre d’eau. Laisser refroidir dix à vingt minutes et filtrer avant de consommer.
Il existe de nombreux ouvrages pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet et faire l’expérience de cures. Je conseille aussi le Lapacho à prendre de temps en temps même si vous n’avez pas de symptômes, pour renforcer votre système immunitaire et votre énergie vitale.
Merci à la nature, pour ce cadeau divin.


 

Commentaires

  1. Je confirme l’intérêt du Lapacho pour toutes sortes de pathologies.
    Je l’ai moi-même testé lors d’une mononucléose il y a 4 ans, en complément de séances d’acupuncture et de vitamine C à forte dose, et j’étais sur pied au bout d’un mois pour reprendre mon travail !

Laisser un commentaire