Les vaccins : le face à face avec la peur

Pour écrire cet article je renfile ma peau de médecin et je repars sur le front de la santé pour semer quelques graines de bon sens, je l’espère.

Vous êtes vous déjà posé la question : Que va-il se passer si je ne me vaccine pas et si je ne fais pas vacciner les miens ? C’est très simple, faites l’expérience et vous verrez bien.
Dans mon cas, il ne s’est rien passé qui ait pu mettre ma vie en danger ou celle des miens.

 
Les vaccins : le face à face avec la peur
 

Pour vous aider à prendre votre décision (dans un sens ou dans l’autre) dont il vous faudra prendre la responsabilité, voici quelques éléments de logique et de bon sens pour éclairer votre lanterne :

  • Les vaccins ont fait leur apparition quand les grandes épidémies touchaient à leur fin.
  • Les vaccins procurent une protection artificielle alors que les maladies produisent une immunité naturelle. Il n’y a pas d’immunisation par vaccins.
  • Contre quoi alors les vaccins sont-ils sensés nous protéger ?
  • Les vaccins provoquent l’apparition d’anticorps chez un individu. Néanmoins, il n’y a aucune étude scientifique qui prouve que ces anticorps auront une quelconque efficacité contre d’éventuels agresseurs. Pourquoi ces études n’existent-elles pas… ?
  • Les nourrissons ne peuvent produire d’anticorps dus au vaccin avant six mois. Alors pourquoi le calendrier vaccinal commence-t-il à trois mois… ?
  • La coqueluche, nous dit la médecine, peut être fatale avant trois mois. Alors pourquoi commence-t-on la vaccination après cette période… ?
  • Le tétanos n’est pas contagieux. Le bacille (germe) ne peut pas vivre en présence d’oxygène (anaérobie). Où ce germe se trouve-il dans la nature ? Dans le corps, il évolue le long des voies nerveuses, alors que les anti-toxines du vaccin sont dans le sang… Où sont les études qui montrent que les antitoxines peuvent annihiler le germe sur les régions nerveuse ?
  • L’histoire du vaccin contre la rage est le parfait exemple de comment la science peut raconter n’importe quoi pour faire peur et inciter les gens à se protéger contre un épouvantail.
  • Le vaccin contre l’hépatite B a tué les gens atteints de SIDA… Son injection provoque une hépatite transitoire.
  • Les vaccins peuvent véhiculer dans leur surnageant toutes sortes de poisons pour le corps d’un individu. Il n’y a aucune étude existante sur les effets à long terme des vaccins… !
  • Le HPV contribue à provoquer un cancer du col de l’utérus (non prouvé). On propose le vaccin contre le HPV chez les filles pubères avec une efficacité sur cinq ans, alors que le cancer du col apparait à la cinquantaine… !!!?
  • Certain médecins vaccinent leurs patients, mais ne se vaccinent pas, ni ne vaccinent leur famille… demandez leur pourquoi ?
  • La grande pandémie de 2009 s’est arrêtée très vite sans l’aide des vaccins, mais par faute d’y croire.
  • Les vaccins sont avant tout une histoire de gros sous. Ceux qui sont derrière cela n’ont aucun intérêt à vous maintenir en bonne santé.

L’ histoire des vaccins, c’est avant tout un bon miroir pour nos confronter à nos propres peurs. Voulons nous nous protéger de tout dans ce monde, en remettant notre salut aux autorités (qui ont encore plus peur) en adoptant un comportement robotique livré à nos croyances. Alors il nous faudra fabriquer des vaccins contre les accidents de voitures, viols et autres catastrophes…
Ou bien voulons nous accepter sans condition la vie qui nous est offerte en exprimant notre souveraineté, en harmonie et équilibre avec tout ce qui nous entoure ; voulons nous changer notre perception de ce monde et s’apercevoir ainsi, qu’en enlevant le jugement, il n’y a que l’amour que l’on sème ici et là et rien d’autre.
La peur est le manque d’amour de soi. Tout ce que nous vivons, c’est nous qui l’avons attiré et il ne peut en être autrement. Alors, c’est à chacun de nous de savoir ou investir: Dans la protection et la sécurité… ou bien dans la libération des peurs personnelles et collectives. Dans cette décision, les vaccinations ont un rôle à jouer, celui du miroir.
 


 

Laisser un commentaire