Les maladies iatrogènes : soyons les acteurs de notre santé

Les maladies iatrogènes médicamenteuses sont occasionnées par les effets secondaires des médicaments, par une association de médicaments, par une incompatibilité à un médicament donné ou par un surdosage. On parle de iatrogénèse globale quand on ajoute à cela les infections nosocomiales attrapées dans les hôpitaux et les conséquences des négligences médicales (ça arrive, l’erreur est humaine).
En France la iatrogénèse globale est responsable de 140 000 hospitalisations et de + de 20 000 décès par année. Oulalah ! Il en faut des accidents mortels en voitures et des avions qui s’écrasent pour arriver à ce chiffre.
Puisque l’on paye des amendes pour excès de vitesse, ceux qui prennent leur santé en main ne pourraient-ils pas bénéficier d’une diminution de leurs cotisations d’assurance santé ?

Maladies iatrogènes

Les Français consomment énormément de médicaments et surtout des psychotropes. N’y aurait-il pas un problème de mal-être dans notre collectif ? Les statistiques estiment que seulement 2 à 3 personnes sur 100 sortent d’une consultation médicale sans prescription. Voilà de quoi réjouir les prévisions de l’industrie pharmaceutique.
Dans les années 90, la sécu de Portet/Garonne s’étonnait et menaçait de refuser de rembourser une consultation quand aucun médicament n’avait été prescrit !( je l’ai vécu ).
Les personnes les plus vulnérables à ce principe de médication sont les personnes âgées que le système médical conventionnel abuse régulièrement. J’ai connu une personne qui est repartie à la Source avec une ordonnance régulière de 13 médicaments. Quel calvaire !
Toutes les autorités politiques et médicales dénoncent ces abus. Mais rien ne semble fait pour améliorer la situation. Qui gouverne ? L’industrie pharmaceutique et les banquiers qui tirent les ficelles de ce jeu macabre. Pour faire de l’argent, l’illusion que l’on est malade doit être entretenue dans le collectif. ( Molière ).

Certains médicaments sont intéressants et utiles quand ils servent à sauver des vies dans des cas aigus de maladie ou des accidents.
Pris régulièrement ou de façon chronique, ils tuent dans la majorité des cas les gens à petit feu en leur apportant l’illusion du confort et du bien être. Un médicament est une substance chimique (drogue) qui est absorbée par un corps naturel qui ensuite le métabolise et l’excrète. Il en résulte pour le patient une perte d’énergie considérable pour faire ce travail, un abaissement du système immunitaire ainsi qu’une inflammation des organes d’excrétion (foie, reins, …). L’addiction se crée quand le mental et le corps croient qu’ils ne peuvent plus se passer de ces drogues. L’alarme retentit alors !
Quant aux microbes nosocomiaux des hôpitaux, il serait bon d’arrêter de leur faire la guerre avec du Vigor ou du Mr Propre, car nous initions alors leur intelligence de mutation, donc de résistance. La peur de l’annihilation existe aussi chez les germes.( pas folle la guêpe )

Entretenir sa santé avec des médications est une solution de facilité, un choix de soumission aux autorités de ce monde.
Il n’y a rien à attendre de Big Pharma qui n’est pas prêt à réinvestir ses profits colossaux pour l’établissement d’une santé plus naturelle et plus humaine. Ce n’est d’ailleurs pas son but…
Quant aux politiciens et autres bureaucrates de l’OMS, les places sont bonnes et tous les jeux de compromis sont possibles. Bref, on s’agite, on dénonce, et pendant ce temps on tourne en rond (c’est le but du jeu d’ailleurs). Dormez en paix, nous savons la situation en mains…
Devant ce mur de complexité et d’absurdité que faire ?
D’abords accepter que nous sommes tous responsables de ce qui nous arrive.

La solution collective est dans le changement individuel. Nul n’est obligé de jouer au Monopoly de la santé conventionnelle en investissant sa force de vie dans des offres plus que douteuses, quelles soient médicamenteuses ou préventives. Tous ces dépistages basés sur la peur n’ont jamais apporté de bénéfice à la santé d’un groupe. Il n’y a jamais autant eu de cas de cancer qu’en 2013. Comment les ténors du système de santé expliquent-ils cela , eux qui se gorgent des interprétations des études épidémiologiques? Ils sont bien muets, tenaillés par la peur de se libérer de leurs croyance médico-scientifiques. Quand on sort de la limitation, on se retrouve face au vide ; pour le mental alors, c’est vraiment les boules.. !

Réduire la prise de médicaments, c’est déjà faire un pas vers la souveraineté !
La vraie solution vient de l’intérieur de nous, là où se trouvent les conflits générateurs de maladies. Ne nous laissons pas distraire par notre mental harcelé par les nombreuses peurs que le système créé pour mieux nous contrôler. Allons chercher la vérité au fond de nous, même si c’est un processus inconfortable. Faisons la paix avec nous-même et les autres, en construisant des ponts d’amour surtout avec nos ennemis.( ceux qui jouent la sécurité.. ). Prenons les justes décisions pour créer la vie illimitée de nos rêves, dont les marqueurs sont la joie, l’estime de soi et la participation au jeu collectif.
L’amour de soi est bien plus contagieux que n’importe quel microbe…je suis désolé Mr Pasteur.
Dans ces temps de grande lessive individuelle et collective, je vous souhaite de trouver votre Vérité.( surtout dans les cinq dernières minutes ….bon Dieu…c’est….)
Dans la Vérité, il n’y a pas de place pour la maladie et le mal-être.
Soyons les acteurs souverains de notre Vie, donc de notre Santé retrouvée !

Laisser un commentaire