Les magiciens d’Ose créent un défilé de mode

Bien que les médias relatent souvent des mauvaises nouvelles, il se passe de bien belles choses dans notre monde. Ce qui suit en fait partie.

Ce dernier week-end, j’ai participé malgré moi à un défilé de mode intergénérationnel en tant que mannequin. Deux douzaines de personnes se sont rencontrées pour mener à réalisation un projet débuté il y a plus de six mois. L’étincelle : des couturières amateurs créatrices utilisant des matériaux de recyclage pour donner naissance à des chefs d’œuvre. Ce fut une grande fête de partage dans la joie et l’amour des créateurs que nous sommes et ceci au milieu de nulle part.

Quand quatre jours auparavant une amie me demande si je voulais me marier, j’ai cru d’abord à une blague. En fait, il s’agissait pour moi de remplacer quelqu’un dans le rôle du marié dans un défilé de mode. Après courte réflexion je lâchais prise et décidais de faire l’expérience de cette aventure dans l’inconnu que la Vie me proposait ; comme un enfant qui joue et qui ne sait pas de quoi le lendemain sera fait.

Défilé de mode
Crédit photo : Charente Libre

Je rencontrais donc le vendredi soir à Mansle (Charente) dans un gymnase, tous les acteurs du scénario final lors de la générale. Il y avait là le groupe des couturières et des habilleuses, l’équipe des mannequins dont l’âge variait de 8 à 82 ans, l’animateur, le quartet de musiciens, l’équipe de montage de la scène et de l’espace et ceux qui s’occupaient du buffet de restauration. Tous ces groupes de personnes s’exprimaient dans leur individualité pour participer à la mise en place d’un projet plus grand et unique. Tout cela était supervisé et mené de main de maître par la chef du projet qui dépensait une grande énergie.

Je dois avouer que le vendredi à 18h tout était à créer afin que tout soit prêt pour le lendemain. Une belle valse de la Vie sous fond de tension. Chacun dans sa présence aimante donnait un coup de main là où cela lui semblait nécessaire, sans jamais empiéter toutefois sur les plates-bandes des autres. Un très bon exercice, pas si facile à réaliser.

Les mannequins nous apprîmes donc sur le tas à défiler dans la liberté de nos gestes. Il s’agissait avant tout de nous faire plaisir et de nous observer dans notre rôle. Nous apprîmes également à nous déshabiller et à nous rhabiller en toute hâte (chacun faisant plusieurs apparitions) dans un coin aménagé en vestiaire, que j’avais baptisé « le vestiaire du tourbillon intime, des courants d’airs et des fous rires.» Chacun pris peu à peu sa place dans le grand serpentin de couleurs et de mouvements qui se faufilait sur la scène.

Samedi, 20h30, 250 personnes assises formant une arche attendaient avec impatience le début du spectacle. Dans les coulisses la tension montait. Les crayons et les pinceaux des maquilleuses dessinaient des regards irréels sur les visages malicieux. Chacun de nous était conscient du rôle qu’il avait à jouer, car c’était bien d’un jeu qu’il s’agissait. Les plus calmes et les plus sereins prenaient sous leurs ailes ceux dont l’estime de soi commençait à douter. La grande famille était unie pour l’expérience. Puis le défilé commença sur une musique de jazz-tzigane enivrante. Il m’apparut alors que chacun était magnifique dans sa présence et dans la vibration qu’il émettait, en exprimant son individualité dans un monde de mouvements et de couleurs au service de l’unité. Les énergies se mélangeaient harmonieusement, sans effort, afin de créer un spectacle vivant et magique. En captant le regard des spectateurs (surtout les hommes), je pu percevoir comment ils nous enviaient et nous remerciaient avec amour d’oser prendre notre place dans ce défilé de Vie. Puis les mariés apparurent (35 ans de différence d’âge…) et la belle épouse virevolta pour faire admirer sa robe magnifique confectionnée avec des filtres à café… !

De mon ressenti, ce spectacle fut un grand moment d’harmonie et de bonheur tout simple au service de l’Unité. Nous sommes tous des magiciens d’Ose. En dépassant courageusement nos peurs illusoires et nos résistances mesquines, nous devenons une source d’inspiration pour les autres. Alors la Vie redevient ce qu’elle a toujours été, un jeu de partage et de fraternité.

Un lien vers l’article dans la Charente Libre :
http://www.charentelibre.fr/2013/12/02/defile-decale-a-mansle,1868304.php

 


 

Laisser un commentaire