Les formes-pensées stables, harmonieuses et négatives

La plupart des formes-pensées naissent et disparaissent rapidement, mais les pensées et émotions émises avec continuité et une forte intensité, prennent forme et se structurent d’une façon assez stable, similaires à des organismes éthériques élémentaires. Nous pouvons les appeler des formes-pensées stables.

Elles sont dotées d’un laps de vie parfois très long et même d’une conscience et autonomie limitées. En outre, elles peuvent être définies harmonieuses (forme-pensée A) ou négatives (forme-pensée B) par rapport à la qualité d’énergie qui les a générées : classification subjective car elle dépend du système des valeurs de celui qui les juge, que ce soient des clairvoyants ou des sensitifs.

Les formes-pensées B stables sont souvent perçues comme des ombres noires, boules sombres, araignées, cafards ou autres animaux repoussants. Naturellement, l’aspect des formes-pensées B perçues par les clairvoyants n’est pas important. Ce qui compte, c’est qu’elles sont perçues en tant qu’entités nuisibles et parasites.

 
Les formes-pensées stables, harmonieuses et négatives
 

On peut également sentir la présence de formes-pensées avec la paume des mains, mais cela demande un peu d’entraînement. Les B (négatives) sont perceptibles plus ou moins comme des congestions physiques-éthériques.

Les formes-pensées B restent très près des chakras, souvent elles pénètrent à l’intérieur.
De là, une forme-pensée B filtre, qualifie et colore les énergies qui entrent et sortent du chakra dans lequel elle s’est placée. Ainsi qu’il a déjà été dit, les formes-pensées sont des circuits de résonance qui nous syntonisent sur des aspects et des vibrations de la réalité, homogènes et cohérents avec l’énergie qui les a créées. Immergés dans un contexte infini d’impulsions, de courants, de lignes de force et réseaux énergétiques, nous entrons en contact avec nos formes-pensées harmonieuses et négatives, quasi uniquement avec ce qui vibre sur leur fréquence, ignorant ce qui leur est étranger. Ainsi, une forme-pensée B se syntonisera sur des énergies négatives et une forme-pensée A sur des énergies harmonieuses.

Les formes-pensées A qualifient d’une manière utile l’énergie subtile, elles sont des condensateurs d’énergie qui entrent en fonction dans des moments spéciaux de notre activité, lors de difficultés, quand il y a un besoin d’énergie supplémentaire, elles nous aident à affronter et à surmonter les problèmes, en nous projetant vers le succès. Par exemple, si une activité qui perdure pendant des mois ou des années, est doublée d’une attitude positive et créative, celle-ci créera de puissantes formes-pensées qui attireront et activeront des énergies d’une plus grande capacité ainsi qu’une attitude positive et créative envers la vie. Un malade qui croit fermement dans sa guérison future, crée une forme-pensée qui l’aide à guérir. Notre inconscient commence à travailler d’une façon plus productive, apparemment presque par magie : nous rencontrons de nouvelles opportunités utiles, nous faisons de nouvelles rencontres et les événements semblent « s’aligner » afin d’assurer le succès de nos projets.

C’est un peu comme si une équipe de serviteurs infatigables, silencieux et invisibles travaillaient pour nous, pour nos projets, notre prospérité et notre abondance. Les formes-pensées A se manifestent dans l’aura en tant que petites sphères brillantes et colorées ou ayant l’aspect de l’idée qui les anime.

Notre aura est une grande forme-pensée, ayant sa propre Caractéristique Vibratoire complexe, qui nous suit partout et qui joue un rôle important dans notre contact avec les dimensions physique, émotionnelle et mentale. La qualité de l’aura détermine la qualité, la richesse et la beauté de l’expérience. C’est comme une paire de lunettes dont les verres sont teintés et à travers lesquels nous voyons la réalité : si les verres sont teintés en gris, la réalité perçue sera grise, mais si le contenu de notre aura est rempli de lumière et de couleurs, alors le monde nous semblera un endroit lumineux où il fait bon vivre et aimer. Le rapport entre qualité et richesse de la perception et qualité et richesse de l’aura est donc très étroit et profond, par conséquent, puisque nous pouvons modifier le contenu et la qualité de notre aura, ainsi que toute autre forme-pensée, il en découle que nous sommes nous-mêmes les principaux responsables de la qualité et du contenu de nos perceptions.

Étant donné que l’aura est aussi un aimant, un champ de force avec un pouvoir attractif et répulsif, créatif et destructif, nous sommes en mesure d’orienter notre expérience. Si l’aimant est positif, il attire les personnes, les événements, les comportements, les pensées, les sentiments et les réponses positives ; s’il est tordu, il attirera les pensées, les sensations, les sentiments et réactions tordues et modèlera la vie et l’expérience littéralement d’une façon négative.

Chacun de nous perçoit inconsciemment, même sans un entraînement spécial, la différence entre une aura rude, sale et pleine de négativité et une aura radieuse et positive. Ceux qui nous fréquentent connaissent parfaitement, à un niveau inconscient, le contenu essentiel de nos sentiments et de nos pensées. Permettre que l’aura se salisse et se pollue avec des sentiments et des pensées chargés de négativité, signifie émettre tout autour de nous des signaux de colère, de mépris, de solitude, de haine, de critique, de rancœur et de violence ; cela signifie provoquer chez les autres des réactions d’abandon, d’isolement et de rejet. Puisque l’aura est l’instrument avec lequel on prend conscience de la réalité, lorsque cet instrument est sale et opaque, on percevra tout ce qu’il y a d’hostile et de négatif dans le monde, se préparant ainsi à affronter la réalité externe avec cette même négativité et hostilité et ainsi à recevoir une réponse encore plus hostile, dans un feedback sans fin.

Extrait de « Les Energies Subtiles », Roberto Zamperini.

 


 

Laisser un commentaire