Les épreuves de la vie : un défi à relever

Qu’est-ce qui oblige les alpinistes à entreprendre l’ascension de sommets de plus en plus élevés et de plus en plus difficiles d’accès ? Qu’est-ce qui oblige les sportifs à nager, à courir, à rouler de plus en plus vite ? Qu’est-ce qui oblige des joueurs d’échecs à réfléchir des heures entières avant d’avancer un pion sur leur échiquier ? Rien. C’est eux-mêmes qui s’imposent ces efforts, ces problèmes, ces exploits. Et quelle joie pour eux, chaque fois, de remporter une victoire !

Combien d’activités, jeux et compétitions de toutes sortes les humains ont ainsi inventés ! Cela montre bien qu’ils éprouvent au plus profond d’eux-mêmes le besoin d’aller toujours plus loin, plus vite, plus haut, de se dépasser, de se surpasser. Mais alors, ces qualités d’endurance, d’adresse ou d’intelligence dont ils doivent faire preuve quand il s’agit de jeux ou de compétitions, pourquoi ne pensent-ils pas qu’ils devraient les appliquer aussi dans la vie quotidienne ? Pourquoi là, se plaignent-ils toujours d’avoir des efforts à faire ?

 
Les épreuves de la vie :  un défi à relever
 

Beaucoup de jeux qui sont pratiqués de nos jours ont été imaginés il y a des siècles par des Initiés. Avec le temps, la plupart d’entre eux se sont transformés, mais surtout on n’en voit plus maintenant que l’aspect extérieur, leur sens profond s’est perdu. Pour les Initiés, ces jeux étaient à l’image de la vie, ils étaient la transposition des problèmes que nous avons tous à résoudre chaque jour ; car c’est une loi absolue : sous une forme ou une autre, on retrouve les mêmes phénomènes dans les différents plans, physique, psychique et spirituel.

Et puisque les jeux sont une image des problèmes que nous rencontrons dans la vie, pourquoi ne pas prendre ces problèmes comme des jeux ? Au lieu de vous sentir accablé, irrité par la moindre difficulté, dites-vous : « C’est encore une occasion de m’exercer, voyons comment je vais réussir. » Étudiez bien la nature de l’épreuve que vous devez affronter et lancez-vous des défis à vous-même. Par exemple : « Je ne m’arrêterai pas de marcher avant d’arriver au but… Je porterai patiemment ce fardeau… Je franchirai cet obstacle… Je naviguerai sur cette mer déchaînée et je ne sombrerai pas… Je veux quitter la région de la poussière et des nuages, pour atteindre le plus haut sommet : là je respirerai l’air pur et je verrai toujours le soleil… » Oui, ce sont des défis comme ça que vous pouvez de temps en temps vous jeter à vous-même, comme le font les sportifs, et vous verrez que les épreuves de la vie vous apparaîtront plus faciles à supporter.

Alors, comprenez bien : le bonheur, ce n’est pas la possibilité de vivre sans épreuves, sans obstacles, sans souffrances. Ça, ce sont des illusions, des fantasmagories ! Le bonheur, c’est d’être capable de traverser les épreuves sans capituler et d’en sortir plus riche et plus fort. Oui, c’est dans la victoire sur les épreuves que vous puiserez votre bonheur.

Extrait de Le devoir d’être heureux, Omraam Mikhaël Aïvanhov

Laisser un commentaire