Le changement d’habitudes alimentaires

En cette période de mutation profonde, nos corps changent pour s’adapter à l’élévation de fréquence de la Terre et simultanément, notre niveau de conscience évolue.

Concrètement, cela passe pour beaucoup d’entre nous par l’envie, l’appel de nous nourrir différemment. Ce changement pouvant s’exprimer de diverses manières : apparition d’appréciation de nouvelles saveurs, aversion pour d’autres, changement de régime alimentaire, changement de rythme alimentaire, diminution du nombre de repas par jour.

L’important est d’oublier les règles, toutes les règles pour réapprendre à faire confiance à la sagesse du corps et à notre ressenti.

 
Le changement d’habitudes alimentaires
 

Dans mon histoire personnelle, j’ai constaté que le gluten rendait mon système nerveux lent et somnolent et que le sucre me rendait triste et irritable. Cependant, pour valider ces expériences, cela m’a demandé d’arrêter complètement tel ou tel aliment un certain temps puis de le re-tester occasionnellement pour être à même de valider les découvertes que ces aliments me permettaient de faire sur moi-même (l’étape suivante est d’apprendre à transformer les aliments que nous ingérons mais c’est l’objet d’un autre article).

L’alimentation nous entraine soit dans un cercle vertueux : plus nous mangeons légèrement et sainement et plus notre corps, nos cellules, nous soutiennent dans cette voie, soit dans un cercle vicieux : plus nous mangeons lourdement et plus notre matière nous appelle à nous « bourrer » pour nous anesthésier.

J’ai aussi remarqué un tandem particulièrement vicieux : c’est le mélange du « gras » avec le sucre. L’un appelle l’autre. Si je mange du fromage, j’ai envie de sucré et inversement. Une lampe s’allume dans mon cerveau qui dit que l’un va compenser les excès de l’autre ce qui est bien sûr archi-faux mais déclenche une spirale sans fin (sans faim).

A chaque fois que l’on prend une décision de changement, cela nécessite d’accepter de passer par une période d’inconfort. En matière d’alimentation, cela commence parfois par un sentiment de restriction frustrant : choisir de manger sans viande ou sans gluten ou sans produits animaux ou encore sans cuisson nous donne l’impression de passer d’un monde de saveurs variées et colorées à un monde morne et insipide. C’est bien sûr une illusion, un deuil à faire. Si nous persévérons dans la voie choisie, nous découvrons tout un nouveau monde, toute une palette de couleurs et de saveurs explorées par notre créativité renouvelée.

En ce qui concerne l’alimentation végétalienne, crue, vivante, je vous offre quelques pistes autres que les sempiternelles salades pour booster votre créativité à ce sujet. Il est possible de réaliser :

  • Des jus de légumes qui sont de vrais « bombes » détoxifiantes et énergétiques pour le corps
  • Des soupes que l’on peut tiédir, particulièrement en hiver
  • Des pâtés végétaux aux goûts variés que l’on peut tartiner sur des feuilles d’endives, dans des chapeaux de champignons, sur des rondelles de radis ou de chou rave etc.
  • Des graines germées (lentilles, fenugrec, alfalfa, tournesol, sarrasin…)
  • Des mousses de légumes onctueuses
  • Des spaghettis de courgettes au pesto par exemple
  • Des steaks végétaux, des crackers salés, des biscuits avec le déshydrateur
  • De succulents desserts

 
Le changement d’habitudes alimentaires
 

Vous pouvez acquérir toutes ces bases au cours d’un atelier pratique.
Envoyez un email (contact@www.vivresanslimites.org) en précisant votre code postal, et lorsqu’un groupe de personnes intéressées sur votre région se constitue, nous vous recontacterons. Merci !

 


 

Laisser un commentaire