L’Authenticité de Billy Elliot

Je ne regarde pas la télé. Cependant étant invité ici et là pendant ces fêtes de fin d’année chez des personnes inconnues, je me suis adapté aux situations spontanées. J’ai revu alors avec joie le film * Billy Elliot * et des larmes ont coulé à nouveau sur mes joues. J’ai su que cette expérience ne m’était pas proposée à nouveau par hasard.

Billy Elliot est un garçon qui vit avec son père, sa grand-mère et son grand-frère dans les régions charbonnière du Nord Est de l’Angleterre des années 84, là où le manque, la violence, le conditionnement et la frustration remplissent le quotidien des humains. La maman elle, a déjà quitté cette vie.

Billy est comme quelqu’un qui est sorti en dansant du ventre de sa mère. Pourtant comme tous les garçons de son âge, il est orienté par le conditionnement vers la boxe. Partageant le même espace qu’un cours de danse, il découvre peu à peu la passion qui le dévore et ose l’exprimer. Il trouve sa place dans ce cours féminin et bientôt reçoit des cours particuliers du professeur qui croit en Lui.

Billy Elliot

Cependant, il doit affronter avec courage l’opposition patriarcale qui le teste (les garçons ne dansent, ni ne pleurent…). Sa détermination le conduit à un face à face crucial avec son père qui, alerté, le surprend dans le gymnase à danser sa passion devant un copain de quartier qui aime les garçons. Dans un sursaut d’authenticité et au delà de toutes peurs, Billy offre à son père médusé sa danse de * Je suis celui que Je suis.* Ce moment majestueux de vérité et d’éternité, permet alors à son père de dévoiler son humanité. Billy reçoit alors le soutien de sa famille, dont le conditionnement s’écroule peu à peu devant devant la vérité de l’expression de l’amour retrouvé.

Ceci le conduit à passer finalement une audition à une grande école de danse à Londres.
Intimidé par ses examinateurs, sa prestation ne sera pas des meilleures. Ses chances d’accéder à une carrière professionnelle paraissent s’évanouir. Néanmoins, l’Amour authentique a plus d’un tour dans son sac et influence l’un de ses juges à lui poser cette question : * Que ressens-tu Billy quand tu danses ? * Billy répond : * Je ressens de la joie, tout bouge, j’ai comme de l’électricité partout. *
Cette réponse à elle seule, témoignant de l’authenticité de sa passion, l’autorise à réaliser  le rêve de sa vie.

Dans la dernière scène, Billy devenu adulte s’élance devant sa famille venue voir la représentation. Son copain de quartier est là aussi, qui au fil du temps s’est épanoui dans sa vie d’homme qui aime les hommes. Dans un bon gracieux que seul les danseurs savent réaliser, Billy plein de gratitude embrasse Sa Vie.

Dans ce film magnifique, Billy danse ses joies, ses frustrations et ses colères.
Merci, p’tit frère pour ton exemple.

Dans un questionnaire d’examen adressé à des élèves, après la projection du film, la dernière question était :

As tu un rêve que tu aimerais vivre ?


 

Laisser un commentaire