Laisser l’intention se manifester

Chacune des expériences négatives de votre vie est là pour vous aider à clarifier ce que vous ne voulez pas et vous permettre de focaliser sur ce que vous voulez vraiment. Tout doit se passer comme si le but était déjà atteint, et non comme s’il fallait l’atteindre. Et quand le souci d’accomplir le but disparaît, tout s’ouvre et tout devient possible.

L’intention doit donc être alimentée par un ressenti de grande qualité : vous devez vous sentir dans l’état qui serait le vôtre si vous aviez déjà atteint votre but. Cela doit vous permettre d’en savourer tous les bienfaits, comme si ce but n’était plus devant vous, mais derrière vous.

Plongé dans un état de bien-être, vous allez attirer à vous le futur que vous avez choisi de vivre. Dès l’instant où vous commencez à avoir des ressentis positifs, même si les circonstances n’ont pas changé, tout se met à évoluer dans une autre direction. La manifestation peut prendre des jours, des semaines ou des mois, et parfois des années, ça n’a pas d’importance. Quand vous vous sentez vraiment bien, votre corps, votre posture change ; vous souriez, vos épaules vont vers l’arrière, vous avez des ressorts sous les semelles, vous chantonnez… Quand vous vous sentez mal, votre corps change aussi, mais dans l’autre sens. Ce qui est important, c’est de se sentir bien le plus souvent possible. Le problème, c’est que la plupart des gens pensent à ce qu’ils n’ont pas ou n’ont pas eu, au lieu d’anticiper l’idée de l’avoir déjà reçu. Et ils se sentent mal.

 
Laisser l'intention se manifester
 

Laisser l’intention se manifester, c’est avoir le courage d’abandonner cette propension à vouloir contrôler tous les événements de notre vie. Vérifiez simplement que tout se déroule correctement, sans chercher à anticiper toutes les étapes qui vous conduiront au but. Lâcher prise, c’est se libérer de l’attente.

Vous devez tirer votre joie et votre plaisir du moment présent, convaincu qu’un autre succès vous attend demain. Vivez pleinement l’instant présent. Demain est une autre histoire. La semaine prochaine est une autre étape. Pour gravir correctement un escalier, on doit porter son attention sur la marche où l’on pose le pied. Votre esprit a tendance à considérer comme un échec ce qui n’entre pas dans son scénario ? Considérez-le comme une occasion d’apprendre quelque chose ! Ne cherchez pas à scénariser le chemin pour y arriver. Nos attentes définissent et anticipent ce que nous prenons pour des désagréments, et notre rigidité les amplifie. Le chemin se révélera sans qu’il soit besoin de l’imaginer.

Imaginez que tout ce dont vous avez rêvé existe déjà dans un champ qui vous entoure, dont vous faites partie dans une autre réalité, plus immatérielle, et qui ne demande qu’à se matérialiser. Que ressentez-vous à cette idée ?

« N’en déduisez pas pour autant que tous vos désirs, notamment sur les êtres vivants, sur le monde, peuvent se réaliser dans une forme de toute-puissance qui serait la vôtre, nous prévient Stéphane Drouet. Aucunement. Chacun conserve son libre arbitre, peut choisir de faire partie de votre expérience et d’aller dans le sens de vos désirs. Et la vie également se garde le choix comme une perfection, un ordre sous-jacent, de matérialiser vos souhaits, vos intentions profondes, dans la forme qui convient le mieux à votre évolution, au moment propice où vous êtes prêt à l’accueillir ».

Extrait de « Et si je croyais en moi », Gilles Noblet, sous la direction de Stéphanie Brouard

Laisser un commentaire