Je change mes croyances – Partie 2

Il se peut que cet enfant que vous étiez soit tellement peu habitué à l’amour qu’il se méfie au début… Donnez-lui le temps, faites comme avec un petit enfant que vous ne connaîtriez pas. Approchez-vous avec délicatesse. Laissez-lui le temps de s’habituer à vous, de sentir le lien de confiance.
Selon son âge, prenez-le par les épaules, sur les genoux ou dans les bras. Caressez-lui doucement la tête, vous l’aimez et le lui montrez. Il a besoin de cet amour donné sans condition.

Écoutez ce qu’il a à vous dire, ce qu’il a sur le cœur, écoutez ses émotions. Laissez-le pleurer ou crier dans vos bras… Il est très important qu’il vous parle, qu’il s’exprime.

Vous êtes son futur, vous le connaissez mieux que personne.

Parlez-lui maintenant, dites-lui ce qu’il a besoin d’entendre, expliquez-lui ce qu’il ne peut comprendre encore, apprenez-lui ce qu’il ne sait pas encore.
Souvent des larmes coulent, ce sont des larmes de soulagement, acceptez-les. Votre amour a touché l’enfant en vous.

 
Je change mes croyances
 

Sentez ce qui se passe en lui, ce qui se passe en vous, lorsque vous enfant recevez cette tendresse.

Aidez maintenant l’enfant que vous étiez à reprendre confiance en lui, apprenez-lui à être lui-même et à s’affirmer.

Accompagnez-le dans les situations difficiles de sa vie.

Apprenez-lui à se faire respecter, à jouer avec les autres, apprenez-lui tout ce qu’il a besoin d’apprendre.

Voyez quel enfant vous auriez été si vous aviez été accompagné, aidé de cette façon. Si vous aviez reçu à ce moment-là l’amour et l’attention que vous méritiez.

Il est temps maintenant de dire au revoir à l’enfant, dites-lui que vous reviendrez et surtout qu’il peut vous appeler à chaque fois qu’il en a besoin.

Comme vous remontez le temps progressivement jusqu’à aujourd’hui, voyez comment vous auriez grandi, comment vous auriez vécu d’autres étapes de votre vie.

Visualisez l’adolescent que vous auriez été, voyez-vous à 20 ans, 25 ans, 35 ans… Voyez celui que vous auriez été aujourd’hui, celui que vous auriez pu être.

C’est celui que vous êtes en réalité, celui que vous auriez été si vous aviez été respecté et accompagné correctement, comme vous le méritiez.

Comme vous êtes conscient de cela, conscient de votre réalité, laissez naître un profond sentiment de confiance et de gratitude. Confiance et gratitude.
Sentez la vie en vous.

Et, tout en restant en contact avec ces sensations, revenez auprès de votre arbre. regardez autour de vous, sentez les odeurs, écoutez les bruits de la nature,

Et revenez dans votre bulle bleue. Respirez plus profondément. Prenez conscience de ce que vous verrez lorsque vous ouvrirez les yeux. Bougez les orteils et les doigts, les pieds et les mains. Reprenez contact progressivement avec tout votre corps, respirez, bâillez, étirez-vous… Ouvrez les yeux.

Refaites cette méditation de temps en temps et à chaque fois que vous avez une réaction émotionnelle disproportionnée ou que votre confiance s’effrite.
L’enfant en vous mérite que vous preniez soin de lui.

Extrait de Fais-toi confiance, Isabelle Filliozat

 


 

Laisser un commentaire