La foi en Dieu, la foi en soi

Un jeune homme : « Mais pourquoi dépendre de Dieu ? Ne suffit-il pas de faire des efforts ?
Après tout, tous les pouvoirs sont en nous. Les dieux n’ont-ils pas été créés par l’homme ? »

Amma : « Mon fils, nous vivons aujourd’hui avec le sentiment du « moi » et du « mien ». Tant que cette attitude persistera, nous ne percevrons pas ces pouvoirs en nous. Quand le rideau est tiré, il est impossible de voir le ciel. Ouvrez le rideau, et le ciel devient visible. De la même manière, si nous éliminons de notre mental le sens du « moi », nous pourrons voir la lumière qui est en nous. Mais cette destruction requiert humilité et dévouement.

« Pour construire une barque, on fait chauffer le bois afin de le plier selon la forme désirée. On peut dire que cette opération donne au bois sa vraie forme. Ainsi, l’humilité révèle notre vraie forme. Si le fil est épais ou échevelé, il ne passe pas par le trou de l’aiguille. Il doit se faire mince.
Cet abandon de la part du fil lui permet d’assembler d’innombrables morceaux de tissu. L’abandon de soi est également le principe qui mène le soi individuel (jivatman) au Soi suprême (paramatman). Tout cela est en nous, mais pour le trouver, il est nécessaire de fournir un effort constant.

 
La foi en Dieu, la foi en soi
 

« Même si nous sommes doués pour la musique, seule une pratique régulière nous permet de chanter d’une manière qui plaise à l’auditoire. Ce qui est latent à l’intérieur de nous doit devenir une expérience. Il est inutile de déclarer : « Tout est en moi. » Nous sommes fiers de notre statut, de notre position sociale et de nos capacités ; mais quand surviennent des circonstances hostiles, nous chancelons. Nous perdons foi en nous-mêmes. Pour changer cela, nous devons faire un effort incessant.

« Nous croyons que tout fonctionne grâce à notre pouvoir. Mais sans la puissance divine, nous ne sommes que des corps inertes. Nous nous vantons de pouvoir détruire le monde en appuyant sur un bouton. Cependant, ne nous faut-il pas faire un geste pour appuyer sur le bouton ? D’où nous vient la capacité de bouger le doigt ?

« Il existe des panneaux de signalisation dont la peinture est fluorescente. Quand les phares d’un véhicule se posent sur eux, ils réfléchissent la lumière. Cela permet aux conducteurs d’obtenir des informations concernant la route et l’état de la chaussée. Mais imaginez un panneau routier qui penserait : « Ces voitures roulent grâce à ma lumière. Trouveraient-elles leur chemin sans moi ? » C’est tout à fait comparable quand nous disons : « mon pouvoir », « mes facultés ».
Le panneau ne brille que quand il est éclairé par des phares. De même, nous ne sommes capables de bouger et d’agir que par la grâce et le pouvoir du Tout-puissant. C’est Lui qui toujours nous protège. Si nous nous abandonnons à Lui, il nous guidera sans faillir. Si nous cultivons cette foi, nous ne tomberons jamais. »

Extrait de Sagesse éternelle, Amma

 


 

Laisser un commentaire