Sur la fluidité de la Vie et des rencontres synchrones

Le week-end dernier, Angoulême était en ébullition, car cette petite ville célébrait la fête de la bande dessinée. Beaucoup de gens étaient au rendez vous pour partager leur passion.
Je décidais donc de participer à ce rassemblement et par là de rencontrer des personnes intéressantes .Mon intention était posée.

Les rues étaient animées par toutes sortes de personnes qui gesticulaient dans la gaité, à la recherche de la perle rare: une bande dessinée inconnue, un poster…
Je pénétrais pour la première fois dans la cathédrale,  où se trouvait une exposition… de BD. Le thème me fit sourire : Les pionniers du nouveau monde !!!
 
Sur la fluidité de la Vie et des rencontres synchrones
 
Une amie n’étant pas disponible pour me rejoindre, je décidais de continuer à flâner ici et là, en m’enivrant de cette ambiance bienveillante. Soudain, je passai devant une boutique d’art qui avait retenu mon attention bien des fois, mais qui était restée toujours fermée. Elle était ouverte ! Je rentrai et ne tardai pas à sympathiser avec l’homme qui décorait l’intérieur. Nous parlâmes d’art, d’énergie et de bien des choses de la vie.

Bientôt, une autre personne rentra et me fut présentée. Stupéfait, immobile, je reconnu en cet homme… quelque chose que l’on ne peut pas expliquer. Une rencontre d’un autre temps dans un moment présent d’éternité. Nos yeux humides scrutaient l’impossible à comprendre. Nous parlâmes peu ; le silence était d’or. Je reconnu celui qui allait me faire avancer vers la prochaine étape de ma vie active. Nous nous donnâmes  une accolade et échangeâmes nos coordonnées. Puis il disparut.
Au moment où j’écris ces lignes, notre rencontre est sur le point d’initier de grandes choses pour nous deux… dans la danse de la vie.

Le reste de la soirée, je la passais avec le maitre des lieux, son père, un photographe. Une amie du maitre vint le rejoindre en boitant, s’aidant d’une canne. Elle nous dit s’être foulée la cheville quelque jours avant. Nous échangeâmes sur beaucoup de sujets, sauf la BD. La guitare était au rendez vous, une collation était servie. L’ambiance était à la transparence.

Tard dans la nuit, deux hommes passèrent devant la devanture. La femme * à la cheville * leur fit signe de rentrer pour visiter les lieux. Ils étaient père et fils. Nous sympathisâmes et je demandai au père ce qu’il faisait dans la vie. * Ostéopathe, à Paris * : me répondit-il. La femme lui proposa de regarder sa cheville. Cinq minutes plus tard, elle marcha sans gêne. Elle avait attiré magiquement son guérisseur.
Nos deux compères partirent peu de temps après. La soirée se termina tôt le matin, dans la bonne humeur et le partage.

Cette anecdote est l’illustration de la magie de la Vie qui danse avec nous quand nous acceptons de lâcher prise avec le connu. Les bonnes personnes nous sont présentées au bon moment. Tout est fluide, témoignant d’une intelligence au delà de toute compréhension.

Quelques jours auparavant, j’avais exprimé l’intention que j’étais prêt à partir dans le flot de la Vie, en acceptant les cadeaux qui m’étaient promis.
 


 

Commentaires

Laisser un commentaire