Faut-il manger des fruits ?

Même en faisant abstinence des médias (de désinformation) d’information, le slogan « 5 fruits et légumes par jour », tout le monde connait.

Ce qui suit est mon avis, n’y croyez pas (lien), et faites votre propre expérience.

Ok pour inciter massivement tout le monde à manger des légumes et des fruits. Installer cette habitude, c’est-à-dire de les consommer avec plaisir et envie, c’est déjà énorme pour beaucoup. Il suffit de regarder les chariots aux caisses dans les supermarchés, et de comparer la proportion fruits-légumes (s’ils existent !) par rapport aux produits alimentaires industriels.

Fruits

Alors faut-il consommer des fruits ? La question peut paraître saugrenue, puisque les fruits c’est plein de vitamines. Et bon pour la santé… à voir.

Nous sommes liés à la nature, comme les animaux. Notre organisme s’adapte au climat, et pas l’inverse. Contrairement aux animaux, nous avons la chance de pouvoir vivre sous toutes les latitudes, avec plus ou moins de couches de vêtements, et plus ou moins de chauffage. Mais l’adaptation des cellules de notre corps, on n’y pense pas.

Donc en tenant compte climatiquement :

  • de la région où l’on vit
  • de la saison
  • des fruits qui poussent dans la nature

On s’aperçoit que les variétés disponibles ne sont pas les mêmes que dans les supermarchés.

Au Pôle Nord les esquimaux n’ont pas de fruits. Et plus on se rapproche de l’équateur, donc d’un ensoleillement maximal, plus la population consomme des fruits.

Par simple déduction logique, faut-il manger des fruits en hiver ? Non.

Faites le test, en consommant des fruits on est nettement plus sensible au froid.

Le fruit à l’état sauvage (quasiment introuvable) rassasie plus vite et contient moins de sucre, donc on limite sa consommation. Les fruits que nous achetons (ou plantons dans nos jardins, arbres fruitiers inclus) n’ont plus rien à voir avec leurs ancêtres.

Donc nous absorbons plus de fruits en quantité que ce qui serait « la norme » dans un contexte naturel.

Sur les étals français beaucoup de fruits viennent d’Espagne (l’indication de la provenance est obligatoire), où la loi est très souple concernant l’usage de pesticides et d’engrais chimiques… Globalement, les fruits contiennent une quantité de produits pas vraiment naturels

Il y a un rayon fruits et légumes bio, dans quasiment chaque supermarché maintenant. C’est plus cher, mais si c’est pour s’injecter des produits chimiques pas cher mieux vaux se tourner vers le bio et en consommer deux fois moins. Pour ceux qui habitent à la campagne, les fruits non traités se trouvent assez facilement, c’est plus rare pour les légumes. La plupart des consommateurs de fruits et légumes exclusivement bio constatent qu’ils développent une sensibilité particulière pour la Vie dans les aliments. Pour ma part les rayons fruits et légumes bio des supermarchés ne m’inspirent pas (ça fera l’objet d’un article), je préfère aller dans un magasin bio et chez un agriculteur bio.

Un petit mot pour la culture de bananes qui est un génocide pour l’environnement (tapez simplement « pollution banane » dans google).

Au-delà des évidences de la nature, de la pollution, des pesticides et autres chimiques, la principale caractéristique des fruits est qu’ils contiennent beaucoup de sucre. Et le bon sucre des fruits, peut amener à de multiples ennuis. Le sucre appelle le sucre, plus on en mange et plus on aime.
Manger trop de fruits, ne nuit apparemment pas. Ca décrasse : vitalité en hausse, troubles et ennuis en baisse, kilos en fuite… Comment ne pas souscrire à un aussi beau programme ? Et pendant des mois on a effectivement l’impression de planer dans la félicitée… Plus dure sera la chute !

Car il n’y a pas d’échappatoire à la rigoureuse logique de l’abus. Les douleurs reprennent, la fatigue ne nous quitte plus.

Alors manger un peu de fruits. Oui, un peu. Les jus de fruit, c’est déjà trop.

Si vous êtes crudivore les fruits ne vous apporteront plus grand-chose, car vous avez toutes les vitamines etc. dans votre alimentation si elle est diversifiée. On ne devient pas crudivore du jour au lendemain, il est conseillé d’augmenter la proportion de nourriture crue progressivement pendant un an ou deux, jusqu’à atteindre 90 ou 100%. Ce cheminement est un plaisir grandissant, sans frustration, c’est assez difficile à croire tant qu’on ne l’a pas entrepris (moi-même il y a quelques années je disais que ça n’est pas pour moi et que je m’y ferais jamais). Maintenant j’ai un tel plaisir à manger « vivant » (cru, bio, végétarien) tous les jours que j’ai l’impression d’être dans un restaurant trois étoiles à chaque repas !

Mais avec une alimentation reposant sur la cuisson des aliments, qui détruit beaucoup trop de vitamines, donc qui créé des carences, il est concevable que les fruits peuvent apporter un plus, mais aussi du sucre…

Mon expérience personnelle m’a prouvé que la consommation de fruits réduisait nettement mes capacités à méditer, ma sensibilité aux énergies subtiles et mon intuition.  Ceci m’a été confirmé par ailleurs. Le sucre est un aliment du mental, il ne favorise pas (voir bloque) l’ouverture du canal vers la conscience.

Au moment où j’écris ces lignes je mange encore des fruits à l’occasion. Parce que j’en ai envie. Je les mange en pleine conscience, en sachant que je vais perdre pour quelques jours un peu de mes capacités « sensorielles ». Je sais aussi que prochainement je n’en consommerai plus.

Voilà, je vous ai peut-être apporté quelques pistes de réflexions, à vous de faire votre choix, en toute Souveraineté.

Laisser un commentaire