Faire le point – suite

Dans un article précédent nous avons abordé l’utilité de faire le point dans sa vie : lien

Vous vous préparez à quitter pendant quelques jours votre “biotope” pour faire le point sur votre  vie et avec vous-même.
Quoi emporter ? Le strict minimum. Une bonne quantité de papier pour écrire, des stylos, des crayons. Pas de livre, pas de musique, pas de distractions. Il s’agira d’être seul avec soi-même… vaste programme. Pour les contacts téléphoniques avec l’entourage, prévoyez des heures fixes, une fois par jour peut suffire, ou tous les deux ou trois jours c’est bien aussi. Idem pour les emails. Si vous avez un smartphone connectez-vous à internet une fois par jour (ou pas), uniquement pour les emails, et ne répondez qu’aux messages urgents, si possible très brièvement. Le monde ne va pas s’écrouler si pendant quelques jours vous n’allumez votre portable qu’occasionnellement (ou pas du tout) pour recevoir les messages.
Vous êtes seul à vous discipliner, le résultat ne sera pas le même si vous papotez avec des amis au téléphone. J’ai eu plusieurs fois l’occasion de me passer volontairement de mon portable pendant sept jours, et bien c’est une expérience formidable, une impression de liberté renforcée, un retour aux sources, à l’essentiel, à soi-même.

Faire le point

Alors une fois arrivé sur le lieu de votre « retraite » que va-t-il se passer ? Personne ne le sait, et c’est à chaque fois différent. N’essayez pas de vous y projeter à l’avance, ça ne servira pas à grand-chose.
Commencez par vous installer et faites le tour des lieux, à l’intérieur et à l’extérieur. Quelle que soit la durée de votre séjour, il est important de ne pas avoir des idées de distractions ou de loisirs, vous n’êtes pas venu pour cela. Donc ne faites pas de projets dans ce sens. Repérez les lieux où vous pourrez vous installer au calme, si possible dans la nature, et les parcours de marche à pied à faire.

Installez-vous dans votre chambre, en déballant vos affaires. Il est important de prendre possession du lieu et de valider le fait que vous resterez toute la durée prévue. Faites le pacte avec vous-même de ne pas abandonner, même si ça peut être difficile. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de vous accorder quelques jours seul et loin de votre environnement habituel, les premiers moments peuvent être assez particuliers… Sans projeter quoi que ce soit, soyez prêt à tout, votre mental va agir, observez-le.

Allongez-vous sur le lit, faites le vide et concentrez-vous sur votre respiration. Passez environ une heure à vous observer tout en restant allongé. Un peu comme si vous regardiez quelqu’un d’autre.
Ca peut paraitre long, le but est de mettre de la distance avec votre schéma de pensées habituel et de créer un nouvel espace, plus neutre.

Prenez une feuille de papier et un stylo pour dresser la liste de tous les sujets qui vous tiennent à cœur. Prenez le temps d’approfondir. Ne cherchez pas de réponse, ne prenez pas de décisions. Consacrez-vous uniquement à tout noter. Faites le tour, dans tous les domaines, les situations de la vie, l’entourage. Et ne vous oubliez pas, ce qui vous plait et déplait en vous, vos émotions, vos comportements, vos pensées, dans telle ou telle situation, etc.

Consacrez la première moitié de votre séjour à dresser l’état des lieux, à visualiser, à approfondir, à faire le point, à constater. Soyez honnête avec vous-même, n’empirez pas les choses, ne les embellissez pas non plus. Le tout sans vous comparer aux autres, la clé est là. Ne pensez qu’à vous, laissez de côté tous les formatages relatifs à votre éducation et la morale, aux « normes », au qu’en dira-t-on, à votre « image », etc.

A ce stade, voyez les émotions qui sont liées à chaque sujet que vous avez noté. Ecrivez-les à côté, ou dans une autre couleur (ou refaites la liste). Le mental ne peut pas tricher avec nos émotions, elles viennent du cœur. Sur certains sujets vous n’aurez pas d’émotions, cela cache peut-être quelque chose (ou pas). Autant une émotion exprimée est authentique, autant le mental pour se protéger peut faire le nécessaire pour éviter des émotions sur certains sujets. Il va minimiser le sujet, ou conclure par avance que tout va bien, qu’on ne peut rien y changer, etc.
Maintenant vient le moment de réfléchir à l’orientation que vous souhaitez donner à votre vie. Dans quels domaines êtes-vous prêt à faire des changements. Soyez inspiré, prenez du temps pour cela. Visualisez ce vers quoi vous êtes attiré (sans chercher à savoir comment y arriver), ce qui vous fait vibrer. Projetez-vous à court, moyen et long terme.

Puis décidez. Passez de l’envie, du rêve, à la réalité. Sans décision il ne se passera rien. Et si sur certains sujets vous ne bougez pas, alors décidez de ne pas bouger, c’est une forme d’acceptation, même temporaire (rien n’est immuable) de la situation.
Liez vos décisions à des actes à réaliser dans un avenir proche. Dressez la liste de ce que vous ne voulez plus (ou souhaitez supprimer), à tous les niveaux. Puis la liste de ce que vous souhaitez changer. Puis la liste de ce que vous souhaitez créer, apporter, mettre en place, etc.
Et enfin recherchez « comment ». Certaines actions vous viendront facilement à l’esprit, d’autres nécessiteront un peu plus de réflexion. Si vous ne voyez pas comment mettre en place certains changements, lâchez simplement prise, n’y pensez plus (tout en restant motivé sur la décision), la solution viendra bientôt toute seule.

Dans la joie et l’euphorie des décisions prises, le mental peut avoir tendance à rechercher des distractions, par habitude, pour « fêter » cela. Restez avec vous-même, ne vous dispersez pas, profitez-en pour vivre ces émotions de l’intérieur. C’est pareil si les décisions ont été douloureuses à prendre et que votre « retour » semblera difficile dans les premiers temps, assumez cela seul, sans vous évader avec des distractions. Vous trouverez les pensées positives qu’il faut.

Voyez si mes quelques suggestions résonnent en vous. Restez libre de les suivre ou pas. Faites même l’inverse si c’est ce que vous ressentez, seule l’expérience compte. Prendre du temps pour faire le point n’est pas une épreuve qu’il faut réussir. Il n’y a pas de barème ou de critères pour mesurer le succès. Si par exemple vous constatez que vous ne parvenez pas à faire le point, ou que vous bloquez sur un sujet, essayez de changer de point de vue, d’approche, reformulez les choses, etc. Si vous n’avancez pas plus, acceptez cela, soyez honnête avec vous-même. Notre mental nous cache souvent la vérité, ou refuse de voir l’évidence, que ce soit nos forces ou nos faiblesses. Ne plus se mentir à soi-même c’est déjà un énorme pas en avant. Se regarder dans les yeux comme devant un miroir. Sans se juger, on constate, on accepte, on se pardonne et on s’aime. Et on laisse sortir les émotions, s’il y a lieu.

Commentaires

  1. Je rentre d’Angoulême. Merci à tous les deux pour votre aide efficace dans mon retour aux sources et le soin de mes blessures. Après 4 jours bien remplis, je reviens le coeur en paix à la maison et prête à poursuivre mon évolution. Je garde dans mon coeur votre regard magnifique le jour de mon départ. Encore toute ma gratitude à vous deux pour ce bout de chemin ensemble.

Laisser un commentaire