Fabrication familiale d’une dilution homéopathique Korsakovienne 200K

Fabrication familiale d’une dilution homéopathique Korsakovienne 200K

Korsakov, médecin russe, travaillait sur les champs de bataille pour soigner un maximum de personnes en un minimum de temps. Cette méthode simple et rapide est particulièrement adaptée pour traiter les personnes qui ont un problème relationnel électromagnétique soit avec un médicament (effets secondaires), soit avec un aliment, une plante, ou des poils d’animaux qui provoquent des allergie, intolérances et autres troubles. On dilue alors la substance responsable et on l’absorbe. On appelle cela de l’isothérapie.

Korsakov

Ce qui est important dans la médecine homéopathique c’est l’empreinte électromagnétique que créé le médicament dilué. Donc ne vous prenez pas la tête avec les ml et les mg. Cependant respectez les proportions. Pensez vibrations. Soyez intuitif, attentif et créatif. Travaillez dans la joie du cœur et la vibration de la réussite.

 

Néanmoins, pour préparer une ou plusieurs 200K il vous faut :

  • 50 ml d’alcool à 90° non dénaturé
  • 50 ml de glycérine anhydre
  • 3 litres d’eau pure osmosée ou type Montroucous.
  • 2 seringues de 10 ml
  • 4 flacons pipettes de 30 ml
  • 1 spatule en plastique ou en bois

 

Mélangez dans un flacon de 30 ml en enlevant la partie pipette : 10 ml d’alcool à 90°, 10 ml de glycérine et 10 ml d’eau. Se servir pour cela de la de seringue de 10 ml. La solution obtenue se conserve longtemps, mettre une étiquette.

 

Pour faire un macérât de produit on mélange 2 ml de cette solution (eau, glycérine, alcool) avec 20 mg du produit en question. Par exemple : 20 mg de médicament dissous dans 2 ml de la solution. Laissez macérer 1 heure en remuant fréquemment. Utilisez la spatule pour écraser et mélanger le produit. Mettez une étiquette sur le 2e flacon. On obtient ainsi une première K. Pour des poiles d’animaux, il est claire que quelques poiles suffisent…

Respectez les proportions, si vous augmentez ou réduisez.

 

Pour créer une deuxième K : prenez un troisième flacon de 30 ml et enlevez la pipette du bouchon. Mettez 4 gouttes de macérât( 1 K ). Ajoutez ensuite avec la 2e seringue 10 ml d’eau pure. Fermez avec le bouchon et secouez pendant 30 secondes.

Voilà, vous avez une 2K.

 

Ensuite vous versez le contenu du flacon rapidement et sans insister dans l’évier ; ainsi il reste des traces de liquides sur les parois du flacon, ce qui est important. Vous le remplissez à nouveau de 10 ml d’eau. Vous fermez, vous secouez pendant 30 secondes. Vous obtenez une 3K.

 

Ainsi de suite, vous utilisez toujours le même flacon( ici le troisième ) pour progresser. Vous pouvez aussi utiliser un tube à essai, ou un tube à prélèvement et mettre une marque à 10ml.

 

Vous versez la 3K, vous remplissez avec 10 ml d’eau, vous fermez, secouez, vous obtenez une 4K.

 

Sur un papier faites un trait pour chaque dilution obtenue; utilisez un système de carrés ou le système de comptage de votre choix. Comptez 1h30 pour la réalisation de l’ ensemble du processus. Ce peut être très méditatif….

 

Quand vous arrivez à 199K, vous ne versez pas le contenu du tube après l’avoir secoué. Vous prenez la pipette du dernier flacon de 30 ml non utilisé. Vous prélevez 4 gouttes de 199K, vous les mettez dans le flacon inutilisé( le quatrième ) et vous ajoutez 10 ml d’eau pure et 10 ml d’alcool à 20° non dénaturé. Vous obtenez une 200K conservable. Etiquetez le flacon.

Pour obtenir de l’alcool à 20° à partir de l’alcool à 90° utilisez l’opération suivante : 2,2 ml d’alcool à 90° plus 7,8 ml d’eau pure donne 10 ml d’alcool à 20°.

 

Prenez 10 gouttes de la solution 200K 1 fois par jour pendant 3 jours sous la langue. Observez les changements. La quantité de gouttes ne joue pas un grand rôle, car le signal reçu par le corps est électromagnétique.

Une dilution 200K contient par ailleurs la mémoire de toutes les autres dilutions ( 1K, 2K, 3K, 4K,etc…), ceci représente un grand pouvoir d’ efficacité.

 

J’ai suggéré a une personne de faire une 200K d’un comprimé de chimiothérapie. De tenir le comprimé dans ma main me déclenchait des nausées… ! J’ai pu assister à une transformation énergétique chez cette personne quelques heures après la prise.

 

Pour finir, j’ajoute ma touche personnelle. Si on peut faire un macérât à partir d’un produit, pourquoi ne pas faire un macérât de vibration. Par exemple : on concentre sa colère en tenant le flacon dans la main et on fait ensuite une 200K de cette colère.

Je sais, ce n’est pas conventionnel, mais les fous d’aujourd’hui sont les maîtres de demain. Les secrets du monde quantique sont illimités.

Faites votre expérience. Amusez-vous bien et partagez.

Commentaires

  1. Bonjour et merci pour cet article. Super, l’idée de faire une korsakovienne de sa colère !

    Question pratique : quel est l’intérêt du deuxième et du quatrième flacon ? Pourquoi ne pas faire la deuxième et la dernière dilution dans le flacon précédent ?

    Par ailleurs, étant très sensible, je crains que commencer directement avec une 200K soit un peu brutal. Que pensez-vous de commencer par une faible dilution et de monter peu à peu ?

Laisser un commentaire