Démasquez les trois voleurs de paix

L’un des premiers voleurs de paix consiste à passer son temps à essayer de deviner ce que les autres pensent de nous. Pourtant, si nous sommes soucieux de l’opinion des autres, c’est parce que nous sommes persuadés qu’ils détiennent le pouvoir de nous prendre ce à quoi nous nous accrochons afin de conserver notre paix imaginaire. Libérons-nous ! Personne n’a le pouvoir de nous voler notre paix. Elle n’appartient pas aux autres, ils ne peuvent pas nous la prendre !

 
Démasquez les trois voleurs de paix
 



Le deuxième voleur de paix consiste à bâtir un « dossier » contre quelqu’un d’autre, pour une raison quelconque. Personne ne peut voler notre paix et il est inutile d’essayer de blâmer autrui. C’est comme si nous reprochions au soleil de nous avoir brûlés de ses rayons après que nous nous sommes endormis sur la plage. Nous perdons notre paix parce que nous nous identifions à tort avec une pensée douloureuse qui cherche à nous entraîner dans sa vie mesquine. Débarrassons-nous de la mesquinerie. Débarrassons-nous de la rancœur et laissons la paix prendre sa place.

Enfin et surtout, le troisième voleur de paix nous incite à nous évaluer en permanence. Vous avez sûrement remarqué qu’après une discussion vous aviez tendance, comme tout le monde, à procéder à une analyse mentale de tout ce que vous avez pu dire. Même lorsque nous nous promenons dans les allées du supermarché, nous nous comportons comme si nous étions sur scène. Débarrassez-vous de la caméra invisible. Tout ce qu’elle est capable de faire, c’est de vous rendre malheureux.

Vous ne connaîtrez jamais la paix si vous passez votre temps à surveiller et à juger vos gestes et vos paroles.

Il existe d’autres voleurs de paix, par exemple lorsqu’un événement futur – favorable ou non – nous emporte dans un tourbillon de suspense ou lorsque nous comparons notre vie avec celle des autres, amis ou étrangers. Espérer trouver la paix en songeant au futur ou en nous comparant à autrui revient à attendre d’un énorme cumulus noirâtre qu’il fasse pleuvoir des rayons de soleil. À chaque instant de notre vie, nous devons être honnêtes envers nous-mêmes.

Mieux encore, pour accroître l’effet de ces leçons, prenez une feuille de papier. En haut, inscrivez : « Les voleurs de ma paix, réels et potentiels ».
Puis dressez la liste des pensées, sentiments, habitudes ou convictions qui, selon vous, mériteraient d’être examinés de plus près. Ce petit travail vous aidera à exorciser les démons intérieurs qui ne cherchent qu’à vous dépouiller de votre satisfaction.

Extrait de Vivre et lâcher prise, Guy Finley

 


 

Commentaires

Laisser un commentaire