Déformation de la réalité (partie 2)

Les clichés fonctionnent de deux façons. D’un côté, ils déforment la notion d’une personne sur sa place dans le monde et sur ce que les autres pensent d’elle. D’un autre côté, ils déforment sa conception du monde extérieur. Chacun a particulièrement tendance à voir les qualités de ses clichés chez les autres. Par exemple, une personne n’aime pas certaines caractéristiques inhérentes à son caractère. Elle s’efforce de les cacher bien loin d’elle-même, de sorte qu’elle ne les voit plus. Mais il est impossible de dissimuler un cliché peu séduisant — il est installé dans votre tête et fait son travail. Donc, il se crée dans l’esprit de cette personne l’illusion que les autres pensent et agissent à peu près comme elle le fait elle-même. Et s’il y a des caractéristiques personnelles qu’elle n’aime pas en elle-même, elle aura alors tendance à voir les mêmes chez les autres. En d’autres mots, elle projettera ses caractéristiques sur les autres personnes.

Les projections prennent forme lorsqu’un mécontentement personnel, qui s’est retrouvé dans le subconscient, rejaillit sur les autres personnes. La personne ne veut pas se reprocher ses mauvais clichés, donc a tendance à voir les mêmes mauvais clichés chez les autres. Les gens sont souvent contents de reprocher aux autres des choses qu’ils n’aiment pas eux-mêmes.

Et vous avez probablement fait la même chose, sans en être conscient. Cela ne signifie pas, bien sûr, que si une personne reproche quelque chose à quelqu’un, elle possède automatiquement la même caractéristique. Pourtant, ceci arrive très souvent. Faites vous-même un peu d’observation. La position de l’observateur dans un jeu de rôle vous permettra de repérer facilement la personne qui essaye de diriger ses projections à votre égard. Si quelqu’un vous accuse à tort, ou essaye de vous attribuer des qualifications qui vous sont totalement étrangères, essayez alors de vous poser cette question : cette personne qui vous accuse possède peut-être les mêmes caractéristiques qu’elle essaye de projeter vers les autres ? Le plus souvent, ce sera exactement le cas, parce que si vous ne possédez aucune de ces qualifications, alors la personne qui vous les reproche a un cliché dans sa tête qui projette cette image.

 
Déformation de la réalité
 

Qu’est-ce qui constitue un cliché ? Quel film contient le cliché ?
L’importance. Nous y revenons une fois de plus. Vous vous inquiétez de votre apparence, c’est tellement important pour vous. Le cliché est dans votre tête et non dans la tête des autres, sauf si c’est important aussi pour eux. La laideur d’une personne devient un décor usuel pour les autres personnes, parce que ce n’est pas significatif pour eux. La laideur n’est importante que pour la personne qui a un aspect inhabituel.

Son apparence est différente, et rien de plus. C’est le cliché de l’importance qui transforme l’apparence inhabituelle en laideur. Le fameux peintre Henri de Toulouse-Lautrec se cassa les deux jambes lorsqu’il était jeune, et resta handicapé toute sa vie. Pendant que Lautrec grandissait, il était très troublé par sa mutilation. Au fur et à mesure des années, son handicap physique devint de plus en plus apparent, et ceci le tourmentait encore plus. À la fin, son inquiétude au sujet de son imperfection atteignit un sommet, et Lautrec fut forcé d’accepter l’inévitable. Il cessa de faire attention à sa malformation et repartit dans la vie. Dès qu’il se fut débarrassé de l’importance, le cliché cessa d’exister et la chance commença à sourire à Lautrec. Il était très apprécié des femmes, sans oublier qu’il avait beaucoup de succès en mettant en œuvre son talent. Il était, à ce propos, l’un des fondateurs du fameux cabaret Moulin Rouge à Paris, et les femmes l’aimaient beaucoup. Et ce non pas uniquement pour sa peinture, comme vous le comprenez.

Les clichés surviennent quand vous attachez une valeur excessive à ce que les autres pensent de vous. Si vous ne savez pas à coup sûr ce que les autres pensent de vous, et qu’en même temps c’est très important pour vous, alors vous pouvez être certain à cent pour cent qu’il y a un cliché associé planté dans votre tête. Un cliché est le produit de l’imagination, et en ce sens, il pourrait être considéré comme une illusion. Néanmoins, une telle illusion a un effet actif sur la vie d’une personne. C’est le cas lorsque l’intention externe agit de manière destructive, contre la volonté de son esprit.

Un cliché négatif donne habituellement naissance à l’unité de l’âme et de l’esprit. Comme vous le comprenez, l’intention externe dans ce cas travaille sans problème. Elle agrippe le propriétaire du cliché négatif et le transfère sur un secteur où le négatif se manifeste à son plus haut potentiel. Le transfert ne se produit pas en un coup, mais plutôt graduellement. Le transfert dure tout le temps que le cliché est dans la tête de cette personne. À cause de l’importance, elle esquisse quelques coups sur ses clichés négatifs, et ils deviennent de plus en plus tranchants, pour au final briller de « toute leur gloire. » Si une personne n’aime pas son surpoids — elle prend encore plus de poids ; sa tache de naissance l’embête — elle s’élargit encore ; elle se sent inférieure — elle reçoit de plus en plus de signes pour le confirmer ; elle est troublée par son manque d’attirance — ce manque empire ; elle est tourmentée par le sentiment de culpabilité — la punition lui tombe dessus.

Et tout ceci continue jusqu’à ce que la personne cesse d’attribuer une grande valeur au cliché ou jusqu’à ce qu’elle change pour créer un cliché positif. Dès que l’importance est partie, le cliché négatif perd ses bases. Il se dissout et cesse de fonctionner. Ne mettez qu’un cliché positif et coloré et vous constaterez que cela fonctionne, tout comme le négatif. Montrez à vous-mêmes les aspects positifs de votre personne, et les gens vous percevront de la même manière. Voilà une autre qualité positive du cliché, qui peut et doit être utilisée.

Extrait de Transurfing 2, Vadim Zeland

Laisser un commentaire