Cultivons nos pensées

Ce sont nos pensées qui précèdent nos actions, et nos actions qui créent notre vie. C’est un résumé un peu court, mais c’est la réalité. Une partie de nos pensées n’ont pas de répercussions immédiates sur nos vies, elles constituent petit à petit notre réalité. Imaginez un grand terrain fertile sur lequel vous plantez vos pensées. Il y a de nombreuses variétés de pensées, des endroits où certaines poussent ensemble, le tout créant un grand patchwork parcouru par des chemins et des raccourcis.

A chaque fois que nous avons une pensée, nous la plantons sur notre terrain. C’est inévitable et systématique. Notre terrain est au milieu de milliards d’autres terrains (autant que d’habitants sur Terre). Et ce qui pousse sur un terrain influence en partie ce qui pousse ailleurs. En étant conscient de nos pensées nous pouvons décider très précisément quel type de pensées nous voulons cultiver sur notre terrain.

Cultivons nos pensées

J’ai décidé il y a quelques années d’être attentif à mes pensées. C’est un travail assez fastidieux les premières semaines, il faut être assidu et vigilant. Au final c’est que du bonheur, j’ai beaucoup moins de pensées qu’avant. Quand on enlève les pensées négatives, celles qui ruminent, celles qui jugent (soi-même et les autres), celles qui ont peur de l’avenir, celles qui ressassent le passé, etc., ça fait beaucoup de place pour le bien-être et pour profiter de chaque instant.

Revenons à notre champ de pensées. Une fois plantée, la pensée est une forme énergétique, même au-delà du domaine spirituel, puisque la physique quantique permet de le mesurer. Une multitude de pensées contradictoires, négatives et conflictuelles constituent des amas d’énergies qui obscurcissent votre vision et vous empêchent d’avoir clarté et discernement. Votre champ est une vaste jungle où se côtoient de magnifiques fleurs, des ronces et des plantes urticantes.

Nous devons être vigilants et ne pas laisser les pensées inutiles, négatives, obsessives, dépressives, prendre de la place. Ces pensées ne servent pas notre plus grand bien. La source de ces pensées peut venir de nous ou d’autres champs. Parfois ces pensées nous habitent depuis tellement longtemps que nous pensons qu’elles font partie de nous, comme un aspect de notre personnalité. Nous sommes créateurs de nos vies, nous pouvons donc demander à certaines pensées de nous quitter, et nous diriger vers des pensées exclusivement positives.

En étant attentif à vos pensées, veillez à ne pas vous juger d’avoir tel ou tel type de pensées négatives. Elles font encore partie de vous, acceptez cela, ne le niez pas, ne l’occultez pas. Dites simplement « je choisis de ne plus avoir ce type de pensées » et poussez les dans le vide. Lorsque ces pensées reviennent, accueillez-les sans émotion (ni énervement, ni culpabilité), et répétez calmement « je choisis de ne plus avoir ce type de pensées ».

Lorsque vous vous surprenez à avoir des pensées négatives, cherchez à en identifier la source. A quoi pensiez-vous ? Petit à petit vous allez découvrir comment naissent ces pensées et connaitre les sujets « de préoccupation » qui en sont l’origine. Faites au fur et à mesure le point sur chaque sujet de préoccupation. Approfondissez, prenez une décision et concluez. Alors il deviendra inutile de « ressasser » le sujet à n’importe quel moment. Et si vous ne vous sentez pas prêt à aborder le sujet, alors prenez la décision de ne pas vous laisser « parasiter » par quelque chose contre quoi vous ne pouvez rien faire. Notre mental est très fort pour agiter sous nos yeux tous les sujets qui nous dérangent. A nous de choisir si nous le laissons faire ou pas. Notre bonheur dépend de nous, et en grande partie de notre capacité à diriger nos pensées, donc à choisir notre vie.

Une fois que vous avez identifié les principales sources de vos pensées négatives, recherchez les sources de vos pensées positives. Développez les pensées qui vous stimulent, qui vous rendent joyeux, euphorique, ou vous apportent la paix et le bien-être. Et lorsqu’une pensée négative connue survient (donc déjà identifiée jusqu’à sa source), remplacez-là par une pensée positive. Visualisez votre champ de pensées, les ronces et les mauvaises herbes sont asséchées et sont progressivement recouvertes d’herbes hautes. Il y a des vastes prairies ensoleillées, de superbes plantes avec des fleurs multicolores.

Il ne vous reste plus qu’à prendre la décision de commencer ce travail. Sur mon cheminement spirituel, c’est à ce jour celui qui m’a apporté le plus. Le contrôle de mes pensées laisse de la place à celles que je choisis, et surtout il laisse la place au vide, qui est la porte ouverte aux intuitions, aux ressentis, au monde invisible, à la spiritualité. Je vous souhaite de belles pensées, bien vertes.

Laisser un commentaire