Comment élever la fréquence vibratoire de notre corps (partie 1)

Nos fonctions vitales : respirer, manger, boire, dormir (et dans un registre un peu à part, se reproduire), nous accompagnent tout au long de notre existence terrestre. En cette période de mutation profonde de l’humanité ou l’humain s’éveille à sa divinité, ou chacun s’apprête à rencontrer sa propre splendeur, chacune de ces fonctions vitales peut devenir un maître pour le chercheur de vérité.

Dans notre multi-dimensionnalité, quand on se place au niveau de notre humanité, la physiologie s’accomplit à notre insu, de manière totalement inconsciente et permet à nos corps de fonctionner « correctement » à un certain niveau d’efficience et pendant un temps limité.

Quand on se place au niveau de notre divinité, c’est-à-dire quand nous commençons à nous identifier à l’être de lumière que nous sommes, et qui est venu faire une expérience terrestre dans une incarnation humaine, nous pouvons observer ce fonctionnement humain à partir de notre conscience  divine et cela change tout.
 
 
Comment élever la fréquence vibratoire de notre corps
 
 
Pour retrouver nos attributs divins, mettre de la présence consciente dans tout ce qui entre dans notre corps : air, eau, nourriture et dans notre sommeil est une aide considérable pour élever la fréquence vibratoire de notre corps physique. Or, le défi actuel que nous avons à relever est de faire fusionner notre corps de lumière avec notre corps de matière, de rendre notre matière dense de plus en plus perméable, transparente à l’être véritable que nous sommes, qui lui est un être de fréquence, de lumière. Chaque atome que nous absorbons par l’air qui entre dans nos poumons, par l’eau que nous buvons et par les aliments que nous digérons vient apporter sa contribution à nos fonctions vitales. Quand nous avons  conscience, en les absorbant,  que ces atomes sont des ondes lumineuses avant d’être de la matière dense, peu à peu nous modifions la conscience des cellules qu’ils vont composer. Peu à peu, la conscience cellulaire s’ouvre, se fluidifie, passe d’une conscience organique, chimique, physiologique à une conscience vibratoire, quantique, lumineuse.
 
Comment pouvons-nous donc agir pour aider nos corps physiques à accueillir la fréquence lumineuse de notre être supérieur ?
 
Au niveau de la respiration

Nous pouvons choisir d’observer simplement notre respiration physiologique en plaçant notre attention au centre de notre poitrine. Cet acte simple nous fait descendre de notre mental situé dans le cerveau à notre cœur, non pas en tant qu’organe mais en tant que siège de l’âme dans le corps, là où réside la fréquence du silence de reliance, d’où tout est possible.

Une telle attitude, d’observation neutre et bienveillante, nous permet de prendre de la distance vis-à-vis des comportements automatiques de notre matière et attire des atomes imprégnés de Présence pour remplacer ceux des cellules qui meurent chaque jour et sont renouvelées. Ce simple exercice va aussi nous aider à découvrir ô combien nous sommes souvent absents et sans nous juger, il est important de nous féliciter à chaque retour à la présence, à cette conscience de notre respiration. Il peut également être judicieux de pratiquer trois respirations profondes successives en pratiquant quelques secondes d’apnée à plein en fin d’inspir et quelques secondes d’apnée à vide  en fin d’expir. Contrôler occasionnellement le rythme de notre respiration nous oblige à être conscients de cet acte, de le transformer d’acte involontaire en acte volontaire.

Quand nous marchons, nous pouvons également synchroniser notre cycle respiratoire avec nos pas (marche afghane). Par exemple, sur le plat, nous pouvons expérimenter d’inspirer sur trois pas, rester en apnée à plein sur un pas, expirer sur trois pas, rester à vide sur un pas et ainsi de suite.

A suivre…

 


 

Commentaires

  1. Bonjour,

    je ne ressens pas forcément les choses comme vous, mais j’affectionne tout particulièrement le soin et la cohérence de votre site en général et de ce billet en particulier. Je suis impressionné, tout simplement !

    Dans l’introduction de ce beau billet sur “face de livre”
    https://www.facebook.com/associationvivresanslimites/posts/775792789171397
    vous évoquez une mutation des temps présents.

    Cela me fait plaisir car je me sens moins seul à rejeter la notion de crise mise en avant par tous ceux qui sont dans le déni, qui pensent que l’on peut revenir en arrière… 🙂

    Par contre, je vois une certaine contradiction entre l’esprit et la vocation de votre association, de son site ici, et l’instrumentalisation non éthique de nos données faites par les GAFAMT et Facebook en particulier.

    Connaissez-vous l’initiative http://degooglisons-internet.org/ de l’association Framasoft ?

    Ils valorisent une alternative à Facebook qui mériterait d’être mieux valorisée et encouragée :

    diaspora dont ils proposent une instanciation à https://framasphere.org/

    Qu’en pensez-vous ?

    Meilleurs sentiments

    • Bonjour Julien,

      Merci pour votre partage et vos liens que je ne connaissais pas.

      A propos de l’utilisation de facebook, c’est un choix qui a été mûrement réfléchi en 2013.
      Pour l’instant, nous utilisons les moyens qui nous semblent les plus performants pour communiquer.
      Même si à notre grand regret, ils sont sous le contrôle des quelques “entités” qui gouvernent le monde.

Laisser un commentaire