Comment avoir une vision juste de la réalité

Comment se fait-il que la même réalité soit vue tantôt avec espérance et tantôt avec un regard empreint d’inquiétude ? Et surtout comment savoir laquelle des deux est juste ?

La réponse est claire, nette : quand vous oscillez d’une vision à une autre, la vision juste est celle qui correspond au sentiment détendu, heureux, et la vision fausse celle qui correspond à une émotion négative, pénible, qui vous met mal à l’aise.

 
Comment avoir une vision juste de la réalité
 

Pour réussir à avoir gain de cause, à être le maître de la situation, je n’ai pas dit le dictateur ni le tyran, mais le maître de la situation, il faut que vous arriviez à saisir comment vous basculez d’une vision juste à une vision fausse à partir d’un indice qui vous inquiète ou vous rassure. Vous y parviendrez si, dans les moments où vous êtes ouverts et détendus, vous réussissez à vous souvenir du type de pensées qui vous préoccupe quand vous êtes inquiets. Vous pourrez alors regarder tranquillement ces pensées. Il s’agit d’un réel travail de discipline qui ne peut se faire que consciemment : « A l’instant, mon cœur est ouvert, et j’ai tendance à voir les choses d’une manière plutôt sereine mais il faut que je me souvienne des pensées qui surviennent quand je suis dans un autre état émotionnel. »

Vous souvenir de vos émotions négatives quand vous êtes bien centrés vous permettra d’acquérir la maîtrise des pensées. Si vous allez un peu trop loin pour raviver ces pensées, subitement l’émotion négative va ressurgir. Attention à ne pas vous laisser submerger en pratiquant cet exercice : si l’émotion négative revient, essayer de retrouver directement l’ouverture du cœur permet une lutte efficace contre les pensées qui se précipitent sur leurs thèmes préférés et déclenchent la peur de l’avenir immédiat ou lointain.

Librement inspiré d’Arnaud Desjardins (Approches de la Méditation)

 


 

Laisser un commentaire