La visualisation, quelques habitudes à prendre

Le respect de certaines règles de base vous assurera des séances de visualisation pleinement efficaces. À long terme, si vous constatez que tel ou tel mode ne vous convient pas, vous pourrez faire des changements, mais durant les premiers temps, respectez les indications de ce chapitre, car elles vous guideront en lieu sûr. Voici donc ces règles.

Visualiser efficacement, c’est parler positivement. Voilà une règle à respecter pour une raison toute simple : il est impossible d’utiliser négativement une affirmation. Si je vous dis : Ne voyez pas le ciel bleu… vous le verrez tout de suite. Si je vous dis : Ne pensez pas à votre mère, elle apparaîtra aussitôt sur votre écran imaginaire. Si, par exemple, vous souhaitez retrouver votre aisance face à quelqu’un, imaginez-vous en sa compagnie, calme, serein, joyeux… En pensant à la tristesse ou à l’agressivité que cette personne suscite en vous-même, vous risquez de renforcer les sentiments négatifs plutôt que de les écarter. Le fait de comprendre les raisons pour lesquelles un sentiment vous envahit pourrait vous être utile (en période de réflexion, par exemple), mais la visualisation marche dans les deux sens : en imaginant une scène triste, on encourage sa répétition plutôt que d’en changer. Procédez donc positivement : imaginez ce que vous désirez, plutôt que de penser à ce qui vous a fait souffrir.

Visualiser efficacement, c’est parler au présent. Pour une raison difficile à expliquer et malgré tout simple à comprendre, il est de loin préférable de nommer nos désirs au présent, comme s’ils étaient déjà réalisés. On donne de cette façon de la réalité à ce que l’on souhaite voir survenir. Construisez donc toujours vos affirmations positives au présent.

Visualiser efficacement, c’est choisir que les autres nous approuvent et nous soutiennent. Imaginez que les gens que vous faites intervenir dans vos séances de visualisation réagissent positivement et dans un sens qui vous est favorable. Quand les idées noires vous montent à la tête et ne vous quittent plus, c’est qu’il est temps de mettre fin à la visualisation. Pensez alors à autre chose et, surtout, faites autre chose.

Visualiser efficacement, c’est créer une unité intérieure. Voyez si vos émotions (votre cœur), votre pensée (votre esprit) et votre désir d’action (votre corps) vont dans le même sens, s’ils veulent la même chose, s’ils sont en accord. Le cœur, la tête et le corps ont avantage à s’entendre et à viser un même but pour qu’une action soit un succès. Si votre esprit veut obtenir quelque chose ou faire une rencontre… et que l’émotion n’y est pas, vous forcerez la réalité, vous aurez tendance à y mettre plus d’intellect pour masquer le manque de sentiment. Ce déséquilibre que nous nous cachons parfois, l’exercice de la visualisation permet de le voir rapidement. Ainsi, quand vous essaierez d’imaginer une situation que vous croyez vouloir se produire, mais qu’en réalité vous ne souhaitez pas, des images se superposeront, quelque chose bloquera, vous serez peut-être même incapable d’imaginer la situation… Si, par exemple, une image se présente sur votre écran intérieur, puis se dérobe, si vous sentez un « oui, mais… », n’essayez pas d’aller de l’avant, cessez tout, vous reprendrez un autre jour, après avoir réfléchi à ce qui cloche ou à ce qui en vous-même s’oppose à ce désir.

 

La visualisation, quelques habitudes à prendre

 

Visualiser efficacement, c’est donner de la vraisemblance à nos scénarios. Par exemple, si vous souhaitez parler avec une personne et la connaître sur un plan intime, imaginez-vous dans le décor dans lequel vous avez l’habitude de la rencontrer et voyez-vous avec cette personne. Les détails ont leur importance : rapprochez-vous le plus possible de la situation que vous souhaitez voir se produire. Autre exemple : vous devez parler en public et cela vous intimide. Visualisez la situation, vous et les gens qui vous entendent. Que la scène ne soit pas silencieuse : entendez-vous, entendez les bruits de la salle, imaginez le plus réalistement possible ce qui pourrait se produire. Il existe plusieurs manières de percevoir et il est avantageux d’utiliser tous nos sens. Alors, allez-y : entendez les sons, voyez les gestes, sentez les odeurs, touchez…

Visualiser efficacement, c’est avoir le sens de la réalité. Aucun rêve ne se réalise s’il n’est accompagné de gestes concrets allant dans un même sens. La visualisation est un outil d’accompagnement pour les réalisations souhaitées, elle n’est pas une baguette magique… ou plutôt oui, elle est une baguette magique, mais dont vous devez apprendre à vous servir. Si vous visualisez une situation rêvée, agissez dans le sens d’une réalisation concrète. Par exemple, si vous comptez acheter une maison d’ici cinq ans, visualisez le lieu et le type de maison qui vous tente, mais de plus, économisez et intéressez-vous à tout ce qui touche l’achat d’une maison. Gardez en tête que la pratique de la visualisation accompagne merveilleusement les actions concrètes.

Visualiser efficacement, c’est faire des choix. La plupart des gens voudraient bien que des changements surviennent dans plusieurs secteurs de leur vie. Peut-on mener de front plusieurs changements ? Assurément oui, mais dans une certaine mesure et dans un certain ordre. Ce n’est pas une règle au sens strict du terme, mais il vaut mieux établir des priorités et ne pas tout vouloir changer en même temps. Ainsi, vos visualisations ne devraient pas porter sur tous les sujets à la fois… Intéressez-vous à un changement durant deux semaines, puis passez à un autre durant quelque temps.

Visualiser efficacement, c’est agir sur le futur plutôt que sur le passé. On suggère généralement de ne pas visualiser des scènes vécues dans le passé, et ce, même si le but est de leur donner une tournure favorable. Bon, vous pouvez toujours le faire si cela vous attire vraiment, mais il est probable qu’en tentant de régler ce qui s’est mal passé, vous vous mettiez simplement une fois de plus face à l’échec. Se remémorer le passé peut être utile pour comprendre certaines questions et certains échecs, mais il vaut mieux ne pas trop s’y attarder en visualisation. Notre cerveau enregistre, il vaut mieux l’entraîner à garder en mémoire ce qui nous est profitable, plutôt que ce qui nous maintient dans une humeur triste et dans un état de perdant.

Visualiser efficacement, c’est aller dans le sens de l’aisance. Quand rien n’avance, quand vous êtes mal à l’aise, mettez fin à la séance et passez à autre chose. Les résistances sont normales et il faut simplement oser voir en face ce qui cloche. Si vous faites une séance de visualisation et que des images négatives (violentes, par exemple) se présentent à vous, c’est peut-être qu’il est temps de mettre fin à l’exercice ou de tout simplement laisser passer ces images, tels des nuages passant dans le ciel. La peur peut créer des images négatives et tout n’est pas rose en nous. Il m’est arrivé de voir des images très noires se transformer en bandes dessinées. Cela dit, il peut arriver que ce que vous désiriez voir se produire se heurte à une forte opposition en vous-même ou, plus simplement, que vous soyez fatigué. Lorsque votre être intérieur s’oppose, ne luttez pas en vain, prenez du repos. Vous y reviendrez plus tard ou vous prendrez conscience que ce que vous vouliez n’allait, en réalité, vous offrir rien de bon.

Visualiser efficacement, c’est bâtir des scénarios en accord avec nos qualités principales. Chacun de nous est motivé par une ou deux qualités ou tendances, ou par un principe en particulier. Certains éprouvent un grand amour pour l’humanité, d’autres le souci de la justice, d’autres encore croient par-dessus tout en la vérité, ou accordent une grande importance à la beauté et à la créativité. En y pensant, vous constaterez que les décisions les plus importantes de votre vie ont toujours été prises en accord avec cette « qualité » principale que vous possédez. Découvrez et respectez votre qualité principale, et acceptez de la porter de plus en plus consciemment, vous ne le regretterez pas. Vous n’avez pas à en faire le sujet de toutes les visualisations, mais sachez que vos souhaits se réaliseront d’autant mieux qu’ils tiendront compte de la qualité maîtresse qui vous habite.

Visualiser efficacement, c’est voir ce que la réalisation d’un objectif aura comme conséquence à long terme. Voici un exemple : si vous souhaitez faire l’acquisition d’une automobile luxueuse, sachez que des changements intérieurs d’attitude devront prendre place pour que se réalise votre vœu. Une automobile luxueuse entraîne des coûts financiers, et ces coûts impliquent souvent plus de travail, donc moins d’heures de loisirs et plus de fatigue… Bref, avant d’imaginer un de vos rêves, mesurez de façon réaliste ce que la concrétisation de ce rêve changera dans votre vie. Avoir une attitude responsable rend la vie plus agréable.

Visualiser efficacement, c’est faire confiance à son intuition. Trop souvent, nous avons tendance à faire davantage confiance aux autres qu’à nous-mêmes. Notre intuition est notre meilleur guide en matière de visualisation. Partez du centre de vous-même… vous verrez ce qui vous inspire profondément.

Visualiser efficacement, c’est reconnaître que l’on ne maîtrise pas tout. Lorsque l’on fait de la visualisation, un danger nous guette : celui de croire que l’on peut influencer les situations et les gens à notre guise. Gardons-nous d’avoir cette attitude. Si vous aimez bien quelqu’un et souhaitez vous en rapprocher, restez conscient que l’autre aura aussi son mot à dire, qu’il a son propre « cinéma » intérieur et que son film n’est pas forcément le même que le vôtre ! Même si la visualisation créative permet de maîtriser son destin, elle ne permet pas – moralement – de contrôler les autres. La réalité nous surprend toujours. En compétition sportive, la visualisation est très utilisée parce qu’elle offre au sportif la chance d’anticiper toutes les possibilités et de prévoir les conséquences d’une action. On tente de maîtriser les impondérables. Cela dit, les surprises existent et il vaut mieux le savoir et composer avec cette possibilité. Quand une personne visualise, elle va chercher en elle-même des situations, des solutions et des opinions. Or, la réalité, ce n’est pas seulement la personne qui visualise, c’est aussi les gens avec lesquels elle est en interaction et la vie elle-même. Autrement dit, quand nous visualisons, acceptons que l’autre et la vie puissent nous surprendre.

Visualiser efficacement, c’est dire oui au bonheur et à une part de facilité. On peut considérer sa vie comme simple et agréable ou compliquée et dangereuse, comme triste ou gaie. Les faits viendront toujours nous surprendre, mais nous pouvons tout de même imaginer qu’une situation se produit avec aisance dans la joie, plutôt que dans la difficulté. Vous pouvez fort bien mener un projet à terme sans pour autant avoir la langue à terre et souffrir mille maux. Il n’est nul besoin de se fatiguer outre mesure ou de souffrir pour rien. Dites oui à l’aisance.

La suite est réservée aux membres.
Pour obtenir immédiatement le mot de passe : inscrivez-vous gratuitement.
(Si vous êtes membre, le mot de passe est rappelé dans chaque newsletter)


Extrait de « La Visualisation pour transformer votre vie », de Terry Schwartz

Laisser un commentaire