La peur n’a pas de raison d’être, vous êtes en sécurité

Ce principe constitue un antidote à l’insécurité. Il nous enseigne que, quelle que soit la force de persuasion de la peur, celle-ci ne recèle aucune vérité.
On ne peut se fier à la peur.

La vie moderne nous apprend que le respect de la peur représente une composante essentielle à notre survie, un signal biologique qui nous alerte, corps et esprit, face à un danger imminent. Mais les sages de l’Inde ancienne nous enseignent que la peur naît de la dualité ; lorsque les êtres humains prirent conscience qu’ils étaient coupés de Dieu, ils ressentirent immédiatement de la peur face à ce qui pourrait leur arriver.

Au XXe siècle, après deux guerres mondiales dévastatrices et l’avènement de la bombe atomique, cette insécurité obsédante s’est vue martelée comme un fait incontournable de la vie et a pris le nom d’angoisse existentielle. Vous et moi sommes les enfants d’une époque où le simple fait d’être en vie s’apparente au risque ultime, ce qui génère en nous de l’angoisse face à qui nous sommes et ce à quoi nous appartenons.

 
La peur n’a pas de raison d’être, vous êtes en sécurité
 

La voie spirituelle vous permet de vous libérer complètement de cette angoisse.
Le rejet progressif de la peur s’accompagne de la prise de conscience que la vie ne constitue pas un péril de tous les instants. Vous êtes en sécurité, vous êtes vu et aimé. Ce repositionnement — de la peur à l’absence de peur — nécessite un changement de perspective, car nous baignons dans un climat où il n’est que trop facile de plier devant le tir de barrage constant des menaces potentielles. Les journaux du matin et du soir nous plongent dans un monde obscur secoué par des catastrophes permanentes. Pour contrer ce matraquage, vous devez vous fier à votre boussole intérieure. Prendre conscience que votre sécurité se fonde sur une intelligence supérieure qui se trouve à l’intérieur de vous. Les dangers potentiels ne sont que des illusions. Seul ce qui se trouve devant soi est réel.

Je ne prétends pas que l’existence puisse être expurgée de tous ses malaises et des soudains revers de fortune. J’offre la possibilité d’appréhender l’existence dans une perspective différente. Vous vous sentirez en sécurité lorsque vous aurez pris conscience que Dieu vous a donné tout ce dont vous avez besoin pour faire face aux défis de la vie quels qu’ils soient. Vous êtes le principal acteur de votre vie personnelle. Autour de vous se trouve une scène bien plus grande, et si vous traversez des moments dangereux sur cette scène-là, il ne s’agit pas de nier que le danger existe. Toutefois, cette perspective n’a rien de commun avec l’approche consistant à penser que vous vous trouvez en pleine tourmente avec une catastrophe imminente pour seule issue. Il va s’agir de prendre votre place avec confiance sur cette scène. Les choses sont comme elles doivent être.

Le rôle qui vous est assigné est juste et approprié. Il est fait sur mesure pour vous, pour votre moi entier. Et votre moi entier ne se contentera pas d’une existence apathique et sans histoires. Le fait que la vie ne soit pas dépourvue de risques ne modifie rien au fait qu’elle est pilotée par des choix effectués au niveau de l’âme. La voix de la peur tente de vous persuader que vous n’êtes qu’une victime impuissante du hasard. Or, c’est l’inverse qui est vrai. Au niveau le plus profond, celui de votre âme, vous êtes le créateur de tout ce qui vous arrive.

Extrait de « Ce qui fait rire les anges », de Deepak Chopra.

Commentaires

  1. Merci Philippe, très bon article Deepak Chopra
    L’importance d’être conscient que nous ne sommes pas séparé….nous faisons tous partie du tout.

    • C« est Grands de ce monde ..Chopra ..Wayne Dyer O« neale Walsh ont certainement ete inspiré par le livre UN COURS EN MIRACLE , SORTI EN1975 ET NOUS EN FRANCAIS EN2004 Je vous propose ce livre…qui renverse les pensées du monde…

      • Merci Jeannette, il y a quelques articles sur ce site qui sont extraits d’Un Cours En Miracle. Mais son aspect concernant le « pardon » n’est pas aligné dans mon référentiel.

Laisser un commentaire