L’homéopathie, une médecine vibratoire mal comprise (partie 2)

Le problème pour la médecine conventionnelle moléculaire est de constater que dans une dilution 12CH il n’y a plus de molécules de la substance initiale, car nous en sommes déjà au-dessus du fameux nombre d’Avogadro 10puissance-23. Et pourtant ça marche ! Certains parleront alors d’effet placebo. Mauvaise direction ! Car l’effet placebo existe aussi pour le médicament allopathique (je vous en parlerai).

Homéopthie

L’homéopathie est une médecine vibratoire. Une vue quantique de la question permet d’apporter des solutions. Quand nous dynamisons (secouons) une dilution, nous autorisons une certaine structuration de l’eau qui permet la prise en charge de l’information et aussi la conservation de la mémoire de l’information. Les travaux du Docteur Emoto et de Jacques Benveniste ont bien mis en évidence cette mémoire de l’eau. Pas facile pour les pionniers des temps modernes d’ouvrir le collectif scientifique limité dans ses dogmes à des idées nouvelles. La seule réponse immédiate est le déni et la colère. Puis arrive le compromis et finalement l’acceptation. Tout ce processus prend du temps (rien de nouveau à l’ouest…).

Pour ma part, je suis prêt à parier qu’en utilisant de l’eau structurée dans le processus de création des dilutions, la dynamisation prolongée des dilutions devient alors aléatoire. N’oublions pas aussi le rôle important et encore mal connu de l’alcool pour conserver la mémoire de l’eau.

Créer son propre médicament homéopathique apporte un gros plus. Dans ce processus, la machine est remplacée par nous même. Si notre intention est alors pleine d’amour et lorsque nous secouons la solution….l’eau dynamisée capte l’information. Donc, attention à ce à quoi nous pensons, car c’est la pensée qui crée la vibration.( nous y reviendrons).

L’intérêt de la médecine homéopathique réside dans le fait qu’elle vibre et stimule le corps à faire son auto-guérison. Néanmoins cette guérison ne doit pas rester au niveau des symptômes. Si nous ne comprenons pas le message exprimé ici, alors nous nous gaverons de médicaments homéopathiques et ceci peut devenir une addiction, bien que il n’y ait pas d’effets secondaires.

Plus judicieuse est la recherche d’un remède de fond, dit constitutionnel, à travers la pratique de l’homéopathie « uniciste » pour stimuler le corps à entretenir son bien-être. Ici, il n’est plus question d’effacer des symptômes, mais de regarder l’individu comme un Tout avec ses compartiments physique, émotionnel, mental et … divin. Cette pratique est beaucoup plus minutieuse et requiert, de la part du praticien, une grande expérience. C’est tout l’art de savoir écouter la personne et de la guider afin qu’elle puisse exprimer des symptômes et des signes qui mettront sur la piste du médicament « magique ». Rien n’étant gravé dans la pierre, un médicament de constitution peut en cacher un autre. C’est comme enlever une couche de l’oignon l’une après l’autre pour arriver au cœur du problème. N’oublions pas aussi que le mental est un petit malin qui en exprimant des signes subjectifs peut égarer le praticien dans sa quête. Soyons patients, c’est une des qualités de l’amour véritable.

Que vous soyez un adepte de l’homéopathie pluriciste (symptomatique) ou uniciste, je vous souhaite la bienvenue dans l’univers des médecines quantiques vibratoires. Vous y trouverez bien d’autres alliés comme la kinésiologie et autres techniques énergétiques intuitives.

Choisissez ce qui est bon pour vous, et ce avec quoi vous résonnez.

N’oubliez pas,vous êtes le maitre de votre santé.


 

Commentaires

  1. Bonjour,

    Je viens de lire les articles concernant l’homéopathie.
    Pour moi, Il est important de souligner l’intention qu’on y met dans la préparation, et aussi celle que l’on ressent lors de la prise.
    J’assiste, souvent, à des prises inutiles, sans être réceptif, ou ne pas accepter, la durée du traitement. La guérison doit toujours être rapide, comme si on pouvait l’acheter.

    Quant à la liberté du patient, un autre vaste sujet, qui m’a ébranlée en oncologie ambulatoire. Un patient, qui interrogeait les soignants, dérangeait par ses questions, réceptif à l’homéopathie, m’a dit un jour: Je n’ai pas eu le courage de refuser la chimio.

    Depuis 3 ans je fais mes macérats au calendula, chaque été, il me soigne des douleurs articulaires, des problèmes de peaux, et j’en utilise pour la fabrication de ma crème pour le visage. C’est, chaque fois un travail, que j’aime faire. J’ai l’impression que la guérison commence à la récolte des fleurs.

    Des couleurs pleins la tête pour la fin de semaine.

    Orcanette

  2. bonjour,

    Je suis néophyte en homéopathie, malgré cela et selon mon statut, il y a quelques point que je voudrais voir expliquer.

    Tout d’abord, je tiens à préciser que l’effet placebo, bien qu’existant en allopathie, joue pour moi un rôle prédominant dans homéopathie. En effet, et cela vous le savez, homéopathes, les recherches sur l’homéopathie sont pour la majorité en sa défaveur aussi, je tiens à vous rappelez que seul les tests en doubles aveugles sont à prendre en considération puisque permettant de n’influencer personne sur la fiabilité du traitement (placebo ou homéopathie).
    Je ne parlerai pas du principe de dilution et des ch qui sont ,pour moi, totalement insensés et infondés.

    Venons en maintenant à ce qui m’intrigue, à savoir, « une médecine vibratoire ». Lorsque vous écrivez « quantique », je ne puis m’empêcher de laisser échapper un sourire, vous justifiez votre sujet par un terme dont vous ne maîtrisez surement pas le contenu. De plus, les travaux de Jacques Benveniste sur le sujet reste en proie à de nombreuses controverses, et, les ayant parcourus, j’éprouve un certain scepticisme. Passons ensuite a Emoto, n’étant aucunement docteur ,d’une part, et suspecté d’avoir falsifié ses travaux, en plus d’utiliser foules de biais cognitif, nous dirigeant vers son hypothétique vérité.

    Pour le lien entre l’homéopathe et son client, je ne peut qu’approuver vos dires et souhaiter aux docteurs de s’inspirer de vous ;bémol cependant sur le « divin »…mais, c’est un autre sujet.

    J’espère que vous m’expliquerez en quoi les vibrations sont déterminantes dans l’homéopathie, et, en quoi cette médecine marche pour ce qu’elle est.
    J’invite également n’importe qui à me répondre, ou rajouter des informations sur ce sujet, que je trouve passionnant.

    Merci d’avoir pris le temps de me lire,
    Espérant des réponses constructives.

Laisser un commentaire