Un épisode infectieux donne l’occasion de faire le point

Depuis quelques jours, je suis tout chaud comme un pain que l’on vient de cuire. Je postillonne, morve et crayonne. Il y a bien longtemps que cela ne m’étais pas arrivé. J’apprends à vivre cet épisode infectieux que je me suis créé.

Blotti au fond du lit, je sens ce corps comme meurtri qui fait mal sous toutes ses coutures. Je sens aussi la douleur cuisante de mon pharynx qui semble rougir comme une braise que la moindre respiration alimente. La toux quinteuse me déchire les bronches.

La première chose qui vient dans la tête est de crier au scandale et à l’injustice. Pourtant, cet épisode infectieux est bien l’une de mes créations. Comment pourrait-il en être autrement ? Je n’ai pas été assez vigilant. J’ai dépensé beaucoup d’énergie ces dernières semaines qui ont été très rapides. Mais ai-je investi vraiment dans ce qui est bon pour moi? Suis-je allé à l’essentiel ? Ou bien me suis-je éparpillé ici et là sans but ?

Faire le point

Le pharynx est un organe qui par ailleurs représente la communication. Il est situé entre la tête et le cœur. Une atteinte de cet organe illustre une difficulté à communiquer. Colère, frustration… C’est aussi le siège du retournement de la conscience séparée vers la conscience de type unitaire. Bref, un nettoyage cosmique de ces idées à la c… qui encombrent notre caboche chez beaucoup de nous. Je vous laisse le soin de comprendre ce que le pus excrété représente…

Il semble que la vie m’a cloué au lit et à la chambre pour que je définisse maintenant mes priorités et que j’apporte une solution à tout ce qui n’est pas encore réglé chez moi, qui freine le processus de reconnexion à mon unité. L’écran de la nouvelle humanité est vierge. C’est à nous d’y insérer nos projets qui nous tiennent à cœur pour définir ce que nous souhaitons vivre ensemble en tant que groupe. Lambiner en attendant un éventuel événement cosmique ou une ascension collective ne fait que perdurer l’emprise de ceux qui contrôlent l’humanité et la souffrance des masses. C’est à ceux qui réalisent ce qui se trame maintenant qu’il appartient de mettre la main à la pâte.

Pour finir, voici quelques petits moyens alternatifs que j’utilise pour m’aider à traverser cet  épisode infectieux.
Je bois beaucoup et mange peu.
Je fais des exercices respiratoires dans mon lit.
Je me relaxe et médite.
Je prends de l’huile essentielle d’origan (ça ramone) et de ravintsara pour stimuler le système immunitaire, par voie orale dans un peu d’huile.
L’ huile essentielle de thym et de tea tree agissent comme des antibios naturels (voie orale, inhalation).
Rien pour la fièvre qui fait naturellement son travail.
Une à deux gouttes d’eau oxygénée dans les oreilles (un truc que m’a transmis une amie  australienne).

Je me souhaite un bon rétablissement, dans la paix du cœur.

Commentaires

  1. Comme c’est curieux,je traverse depuis quelques jours un épisode semblable au tien avec des symptômes différents.
    Pour moi,je me décape la peau à force de démangeaisons et de grattage ( je ne parle pas des jeux de grattage!!).
    Je suis exacerbée…….tiens tiens! par quoi??
    Moi aussi,je n’ai pas été assez vigilante pour m’écouter et prendre le temps de me poser à l’intérieur de moi.
    Il est temps de me faire une nouvelle peau.

  2. oh! oh!!! ne serait-il pas plus juste de dire que ce sont des excès, des écarts par rapport aux régimes-conseils préconisés et que cet encombrement pulmonaire ainsi manifesté n’est que la conséquence d’un encombrement digestif. Cela semble dans l’ordre des réactions du corps. La règle des trois!! 3 heures pour réagir à quelque chose qui ne passe vraiment pas! genre intoxication, 3 jours lors d’un excès passager, 3 semaines quand ces excès sont répétés. Quelle coïncidence que trois semaines après les fêtes de Noël il y ait tant d’épidémies de gastro, de broncho etc…
    Alors ces huiles essentielles ne sont pas les plus adaptées!!! Il n’y a dans ces encombrement pas d’infection et le mucus vient bien de ces erreurs alimentaires. Ne faudrait-il pas préciser le chémotype du thym, car un thym thymol, là pourrait faire de sacrés dégâts.
    Donc le larynx! oui pour s’exprimer! mais aussi passage de la gourmandise, expression de l’avidité tout simplement!

Laisser un commentaire