Egrégores (suite)

Quand les institutions ne seront plus protégées par l’écran de fumée mentale des égrégores, elles seront des coquilles vides sans âme. Les hommes vont de plus en plus réaliser que leur société elle-même est cause de la frustration et de la perversion, et seront obligés de trouver de nouvelles solutions. Cela tombe bien, leur connexion en haut les leur fournit (d’où l’idée que nous sommes en train de passer d’un gouvernement humain à un gouvernement divin).

Les jeunes de 20-25 ans vont être mûrs pour entrer dans la vie active (la phase où ils vont pouvoir exercer leur pouvoir dans la société en réalité). Or, ces jeunes ont un point commun (Pascal, qui gère du recrutement depuis des années, a mis le doigt dessus.) Ils sont hermétiques à la tyrannie mais pas à la hiérarchie ! C’est une déformation de mon propre mental car en ce qui me concerne, hiérarchie = tyrannie en fait. On ne peut pas les tyranniser car ils le refusent, tout simplement. Or, la société entière (les institutions et les entreprises) ne fonctionne que sur ce modèle. Par conséquent, ils refuseront simplement de continuer à fonctionner en étant traités ainsi, (et cela a déjà commencé dans les entreprises.)
 
 
Egrégores (suite)
 
 
Du coup, le système va forcément évoluer vers un modèle plus humain. Tout en sachant que la génération d’après (qui est très jeune pour l’instant) va nous enseigner l’amour. De quelle manière ? Simplement, en n’acceptant plus le karma familial. Or, un enfant qui n’accepte pas le karma familial et n’a plus de karma de société, si lui-même débarque avec peu, voire pas de karma (vu qu’il vibre très haut) ne va pas déformer son comportement pour entrer dans la perversion. Sa nature n’étant pas changée et pervertie, il reste dans l’amour. Ce faisant, il le propage autour de lui et c’est aussi simple que ça. Accessoirement, ces enfants nous mettent face à notre propre manque d’amour (déjà expérimenté pour ma part). Ce qui signifie que l’on peut faire ce qu’on veut, au final cela ne change rien car les choses bougent sans nous.

Pourquoi avons-nous accepté tout ça ? Pourquoi cet âge obscurantiste ? Sommes-nous masos ? Non, mais parfois, pour faire l’expérience de l’amour et de la liberté, il peut être intéressant d’avoir connu l’emprisonnement et le manque d’amour. La lumière n’existe jamais autant que par la présence de l’obscurité. Seul un esprit divin immortel et sans limite, pourrait trouver intéressant une expérience aussi saugrenue au final. Mais ça tombe bien, car nous sommes cela, tous, sans exception ! Aujourd’hui on nous dit de nous tourner vers l’intérieur et de tout lâcher. Pourquoi ?

Voici au moins trois raisons :

1) A l’extérieur on ne nourrit que des égrégores en dissertant sur le sens de la vie et en brassant du mental. Donc ça ne sert à rien, car ces égrégores se font laminer.
Au pire on va faire un peu plus durer la transition en gaspillant son énergie. Idem pour les religions de tous poils en tant qu’institutions (en ce, j’inclus le « new age »).

2) Il faut lâcher le vieux (donc les vieilles perversions). Le plus vite est le mieux et il suffit de lâcher, rien de plus.

3) La seule loi divine est le libre-arbitre, dès lors nous avons tous les droits sur nous-même, mais aucun d’imposer quoi que ce soit aux autres ! Etonnant non ? C’est l’antithèse d’une institution.

Extrait de Journal d’un éveil du 3e œil – Tome 2, Christophe Allain

Laisser un commentaire