Croire et devoir

Notre éducation et notre environnement nous conditionnent depuis notre naissance.

Nous avons un grand nombre de croyances, dont une partie est même présente sous forme de devoir, les fameux « il faut que… » et « je dois… ». Ces schémas sont si profondément ancrés dans notre inconscient qu’il est parfois difficile de les repérer.

Ce sont des pensées « réflexe », qui traversent notre tête de manière fluide et naturelle, un peu comme lorsque nous conduisons une voiture, nos jambes se déplacent d’une pédale à l’autre.

Croire et Devoir

Prendre conscience des pensées qui nous conditionnent nous permet de nous en libérer au fil du temps. Nous n’observons jamais ce que nous croyons être « normal » chez nous, c’est bien logique. Ce mot « normal », issu de « norme »… Normal pour qui ? Pour nous ou pour les autres ? Pour nous, donc pour notre mental, lui-même forgé par des années de conditionnement judéo-chrétien ou autre selon le cas.

C’est en commençant à observer ce qui est « normal » chez nous que la tête commence à tourner, et c’est un bon signe. C’est un excellent moyen de forcer le mental à se regarder lui-même, ce qui petit à petit dirige vers la conscience de l’observateur puis, peut-être, vers la conscience d’être.

Voici quelques exemples, ils sont volontairement très basiques, et je vous souhaite d’être déjà au-delà de ceux-ci : je crois que je dois être gentil avec tout le monde pour qu’on m’aime, je crois qu’un homme doit toujours tout maîtriser, je crois qu’une femme doit être belle pour plaire aux hommes. Vous avez compris le principe, à nous d’être attentif à nos croyances au quotidien afin de pouvoir les observer. Ces croyances formatent nos pensées, elles nous emprisonnent dans un schéma.

En dehors de nos croyances issues de l’éducation, il y a les croyances que nous nous sommes fait tout seul, celles qui sont issues de nos expériences propres. Et bien c’est pareil, c’est vraiment dommage de ne pas les remettre en question. Parce que tout change, le monde change, les autres changent, et nous changeons. Plusieurs fois par jour, dans des circonstances variées, observons nos pensées et nos croyances. En les observant nous sortons de notre schéma de penser habituel, profitons-en pour faire le vide quelques instants. C’est un excellent moyen pour se libérer l’esprit, s’ouvrir aux intuitions et aux énergies subtiles qui nous guideront.

Commentaires

  1. Bonjour. Il est vrai que nous sommes conditionnés par des croyances, qui nous rendent malheureux. Il m a fallu du temps pour voir que j etais dirigée par la croyance que si je n envoyais pas de messages, un coucou aux personnes que j aimais, elles allaient m’oublier et ne jamais penser à moi. Je me forçais à contacter souvent, à être presente, tout mon être leur criait: j existe, je suis là. A force je me suis rendu triste, pleine de culpabilité et j ai renoncé à les contacter, au bout d un certain temps, ce sont eux qui sont venu! J ai compris que ma croyance était fausse, et que je repoussais tout contact sans même m en rendre compte! Ce n est pas parcequ il y a du silence, que l on n existe plus. Merci pour votre article, qui me confirme que c etait bien une croyance!

Laisser un commentaire